Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Compressions

    Des cours abolis par dizaines dans les universités

    28 janvier 2015 |Lisa-Marie Gervais | Éducation

    Les universités sortiront grandement affectées par les compressions, selon une nouvelle compilation d’« effets concrets » réalisée par des syndicats en enseignement. Partout, des abolitions de cours, par centaines dans certains établissements, sont prévues ou sont déjà en train de se faire, d’après des documents obtenus par Le Devoir.

     

    Les informations colligées par la Fédération nationale des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) permettent de dresser un portrait plutôt désolant de la situation. « Les administrations disent qu’elles sont obligées de couper, le gouvernement dit qu’elles ont d’autres alternatives pour couper ailleurs que dans l’enseignement, mais nous, pour éviter d’être piégés, on va dans le concret et les impacts réels », souligne Sylvain Marois, vice-président du regroupement université à la FNEEQ-CSN.

     

    Après les propositions de baisse de salaires des professeurs, la réduction de leurs congés et l’augmentation de leur tâche qui étaient rapportées dans les médias la semaine dernière, c’est maintenant au tour de la formation d’être sérieusement affectée. À l’Université Laval, au Département de langues, linguistique et traduction, les chargés de cours ont enregistré une perte réelle de 20 cours ou de sections de cours. Sept cours du Département des sciences historiques, dont quatre à la session d’hiver 2015, seront annulés et le baccalauréat en ethnologie devrait fermer dès l’automne prochain.

     

    À la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal, un plan de coupe dans les charges de cours vise la suppression graduelle de 250 cours sur deux ans et l’augmentation de la taille des groupes. À l’Université McGill, 100 cours à la Faculté des arts ont été coupés dans les dernières années, mais sans lien avec les compressions actuelles, précise l’administration. « En 2012-2013, la faculté avait entrepris de revoir l’utilité de maintenir une centaine de cours où le taux d’inscription était tellement bas qu’on ne voyait pas l’utilité de les maintenir », a expliqué Christopher Manfredi, doyen de la Faculté des arts. Cette année, en matière de restrictions budgétaires, McGill s’en tient au gel de l’embauche du personnel administratif et de soutien. Le budget pour 2016 est à l’étude.

     

    À l’UQAM, les syndicats et l’association des étudiants en sociologie ont rapporté que pour l’année 2015-2016, deux cours obligatoires de cette discipline seront retranchés, de même que deux cours semi-obligatoires et au moins cinq cours optionnels, ce que dément la direction de l’université.

     

    En région, la formation des universités du réseau de l’Université du Québec (UQ) est aussi grandement affectée. À l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), dix cours attribués à la session d’hiver 2015 ont été finalement annulés et/ou fusionnés. Par exemple, une chargée de cours qui devait enseigner à deux groupes de 30 étudiants se retrouve avec un groupe de 60. Et pour l’année 2015-2016, c’est quelque 85 cours que l’UQAC entend retrancher en fusionnant des groupes.

     

    À l’Université du Québec en Outaouais et à Rimouski, on vise l’augmentation de la taille des groupes classes, et certains cours pourraient être offerts tous les deux ans plutôt qu’annuellement. À l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), le syndicat rapporte que la formation aux Premières Nations est remise en question et que des programmes pourraient être fermés au campus de Val-d’Or.

     

    La preuve

     

    Selon la FNEEQ, ce nouveau bilan montrant l’impact réel des coupes sert précisément de preuve au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Yves Bolduc, qui ne semble pas vouloir reconnaître que l’effort budgétaire demandé aux universités se répercute dans l’enseignement et les services aux étudiants. « La dernière fois que j’ai vu le ministre Bolduc, je lui ai dit qu’il ne pourra plus dire que ça n’a pas d’impact négatif. Ce sont eux qui portent l’odieux de la chose. Et lorsqu’il y aura une sortie publique qui dit que les coupes n’ont pas d’impact, on va pouvoir montrer l’information qu’on a et dire que oui, les compressions sont extrêmement dommageables pour la qualité de l’enseignement », a dit M. Marois.

     

    Certaines coupes paraissent plus banales mais toutes affectent les universités à leur façon, note-t-il. Par exemple, à son université, l’Université Laval, plusieurs activités sociales ont été coupées, comme le cocktail qui suivait la collation des grades, les retrouvailles avec les diplômés de Montréal, le dîner de la rentrée de septembre et la Nuit de la création, une soirée d’activités artistiques organisée par la Faculté des lettres et sciences humaines.

     

    Le kiosque de cette même faculté, où étudiants et professeurs pouvaient déposer leurs travaux et examens, sera également fermé de façon définitive. « On aimait le kiosque, c’était une institution au pavillon De Koninck. C’était des étudiants qui y travaillaient. Et là, on va le fermer pour faire des économies de bouts de chandelle, pour économiser le salaire de deux-trois employés qui le faisaient rouler de 9 h à 17 h cinq jours par semaine au salaire minimum, a déploré Sylvain Marois. Mais dans les faits, ça a un impact sur le roulement et l’efficacité de la distribution des travaux entre les étudiants et les profs. »

     

    M. Marois reconnaît que tout n’est pas joué et que le portrait est encore à se préciser. « C’est vers la fin février et le début mars, quand les sessions vont être stables, qu’on va vraiment pouvoir faire les comparaisons. » Et si les administrations cherchent à rouvrir les conventions collectives en s’appuyant sur les compressions qu’on leur impose, « c’est de bonne guerre », conclut-il.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.