Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le réseau de l’UQ veut se soustraire à la loi 15

    11 octobre 2014 |Philippe Orfali | Éducation
    Un couloir de l'Université du Québec à Montréal
    Photo: Michaël Monnier Le Devoir Un couloir de l'Université du Québec à Montréal

    Martin Coiteux se trompe carrément en tentant d’imposer au réseau de l’Université du Québec les mêmes contraintes d’austérité qu’aux cégeps, commissions scolaires et autres organismes publics québécois, estiment les recteurs de l’UQ, qui ont demandé vendredi au président du Conseil du trésor de soustraire leurs organismes au gel des effectifs prévu dans le projet de loi 15.

     

    « On n’est pas différentes des autres universités québécoises. Pourtant, seule l’UQ est couverte par ce projet de loi. Un gel d’effectifs dans dix établissements du réseau, c’est… peu judicieux », indique la présidente du réseau de l’UQ, Sylvie Beauchamp.

     

    La mesure, qui vise aussi la fonction publique, le réseau de la santé et les sociétés d’État, impose un gel des effectifs jusqu’à la fin du mois de mars 2016. L’application d’une telle loi aux UQ « compliquerait leur gestion » et « apparaît même incompatible avec la mission d’enseignement et de recherche », ajoute la présidente. De nouveaux programmes et de nouvelles initiatives de recherches pourraient même être compromis faute de ressources, dit-elle.

     

    Les universités à charte comme Laval, McGill ou de Montréal ne sont pas visées par l’exercice, ajoute Mme Beauchamp. Elle dit aussi s’inquiéter de la « multiplication des redditions de compte » qu’imposerait la loi aux universités. « On transfère des ressources qui devraient servir à l’enseignement et à la recherche à des tâches strictement administratives. On arrive difficilement à se concentrer sur notre mission. »

     

    Le cabinet du ministre n’a pas rejeté d’emblée les demandes de l’UQ, vendredi soir. Les intervenants pourront se prononcer sur le projet de loi, a souligné une porte-parole.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.