Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les élèves québécois champions en maths

    Un palmarès canadien révèle cependant d’importantes carences en sciences

    7 octobre 2014 |Mélanie Loisel | Éducation
    Les élèves québécois sont deuxièmes au pays en lecture, et les filles réussissent mieux que les garçons.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les élèves québécois sont deuxièmes au pays en lecture, et les filles réussissent mieux que les garçons.

    Les élèves de 2e secondaire du Québec ont sans aucun doute la bosse des mathématiques, mais un peu moins celle de la lecture et de la science. Une autre étude, celle du Programme pancanadien d’évaluation (PPCE) réalisée en 2013, confirme qu’ils sont les meilleurs au pays à comprendre la « reine des sciences » comme l’avait relevé la dernière étude du programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA).

     

    Dans cette étude nationale menée tous les trois ans à la demande du Conseil des ministres de l’Éducation du Canada, les résultats montrent que les élèves du Québec traînent la patte en science. En fait, ils se classent au 8e rang des dix provinces canadiennes, soit bien en dessous de la moyenne nationale. Les jeunes de l’Alberta suivis de ceux de l’Ontario maîtrisent beaucoup mieux qu’eux les concepts en science physique, en science de la vie, de la nature et de la terre. Néanmoins, environ 91 % des élèves québécois ont acquis les connaissances de base en science et comprennent généralement le tableau périodique des éléments.

     

    Tout comme en science, les résultats en lecture des jeunes Québécois de 13 ans sont inférieurs à la moyenne canadienne, même si la situation est loin d’être catastrophique. Sur une échelle de 0 à 1000, le Québec obtient 503 points en lecture contre 521 points en Ontario ce qui lui permet d’occuper la deuxième position. Les élèves québécois francophones sont tout de même légèrement meilleurs que leurs confrères anglophones. Les filles ont aussi beaucoup plus de facilité à lire les grandes oeuvres littéraires que les garçons.

     

    Amélioration

     

    Si on compare avec la dernière étude du PPCE en 2010, les parents seront heureux d’apprendre que les résultats montrent tout de même une amélioration des habiletés en lecture au cours des dernières années au Québec. Ils seront aussi soulagés de savoir que leurs enfants comprennent beaucoup mieux l’arithmétique, l’algèbre et la géométrie que les élèves de 8e année du reste du pays. Selon l’étude, non seulement, les élèves québécois de 2e secondaire se classaient premiers en mathématiques en 2010, et l’étaient toujours en 2013, mais leurs résultats se sont aussi améliorés. Ils peuvent même se targuer d’avoir obtenu des résultats largement supérieurs à la moyenne du Canada. Les filles s’en tirent encore mieux que les garçons, mais l’écart entre les deux est minime.

     

    « Les résultats ne sont pas très surprenants », note Caroline Lemieux, la porte-parole de la Fédération des Commissions scolaires du Québec. « La dernière étude du programme PISA nous plaçait premiers en mathématique au Canada et 8e au monde. Les résultats étaient aussi moins éclatants en science et en lecture et c’est pour cette raison qu’on doit continuer à faire des efforts pour améliorer leur performance dans ces matières. »

     

    Bien que les programmes scolaires varient d’une province à l’autre, l’étude du PPCE, qui mesure le rendement des élèves et non les approches d’apprentissage, a au moins le mérite de démontrer que les jeunes Québécois ont encore du rattrapage à faire dans certaines disciplines, mais ils réussissent généralement aussi bien que leurs concitoyens.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.