Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Vers un nouveau cours d’histoire nationale au secondaire

    27 février 2014 18h20 |Lisa-Marie Gervais | Éducation
    <p>Le nouveau cours qui s’appellerait Histoire du Québec et du Canada propose un retour à l’enseignement chronologique sur deux ans (3e et 4e secondaires).</p>

<p> </p>
    Photo: Renaud Philippe -Le Devoir

    Le nouveau cours qui s’appellerait Histoire du Québec et du Canada propose un retour à l’enseignement chronologique sur deux ans (3e et 4e secondaires).

     

    Pour lire le rapport «Le sens de l'histoire» (PDF)

    Les tenants d’une approche plus nationaliste de l’enseignement de l’histoire seront contentés : la nouvelle mouture du cours au secondaire devrait faire une plus grande place à la trame nationale et politique de l’histoire du Québec.

     

    C’est ce qui ressort des recommandations du très attendu rapport d’experts commandé par la ministre de l’Éducation, Marie Malavoy. Après avoir pris connaissance de ce rapport, la ministre a annoncé l'implantation de projets-pilotes en histoire dès septembre 2014 dans plus de 90 classes de 3e année du secondaire du Québec.

     

    Sans surprise, le nouveau cours qui s’appellerait Histoire du Québec et du Canada propose un retour à l’enseignement chronologique sur deux ans (3e et 4e secondaires), l’enseignement chronologique/thématique actuel ayant été très condamné par les profs.

     

    Quoique très critiques sur la trop grande place faite aux compétences dans l’actuel programme, au détriment des connaissances, les deux experts ne les évacuent pas complètement pour autant. Toutefois, la compétence qui introduisait la notion à l’éducation à la citoyenneté, sans être éliminée comme le souhaitaient plusieurs, est remplacée par une volonté de développer l’esprit critique des élèves.

     

    Le rapport recommande également que soient enseignées des notions de géographie au début de chaque année, en 3e et en 4e secondaire. Il suggère aussi d’augmenter le nombre de cours d’histoire dans la formation universitaire des futurs enseignants de cette discipline. Toutefois, les experts remettent à plus tard la réflexion sur la révision du cours d’histoire au primaire.

     

    Réactions positives

     

    Le rapport est bien accueilli dans l’ensemble, particulièrement par les groupes qui plaidaient pour le retour d’une trame nationale de l’enseignement de l’histoire du Québec. « Dans l’ensemble, on est très satisfait et on se réjouit de la proposition. Le rapport est bien écrit et très nuancé », a indiqué au Devoir le porte-parole de la Coalition pour l’histoire, Robert Comeau.
     

    Le retour à l’enseignement chronologique, le titre du cours, le renforcement de la formation universitaire, le nouvel équilibre compétences/connaissances… À peu près toutes les recommandations du rapport satisfont la Coalition. Seul bémol : elle aurait aimé que soit complètement éliminée la référence à l’éducation à la citoyenneté, qu’elle considère « prescriptive », contrairement à l’histoire qui est « analytique ». « On a aussi une petite déception concernant le primaire. Il y a très peu de choses dans le rapport. Tout ce qu’on dit c’est qu’il faut revoir le cours au primaire mais il n’y a pas de recommandations spécifiques ».

     

    Le professeur au département de didactique de l’Université de Montréal, Marc-André Éthier, confirme que la trame nationale est « très assumée » mais n’y voit pas d’inconvénient et ne croit pas que cela diffère de ce qui s’enseigne actuellement dans les écoles. « Le mot national est là partout dans le rapport. Si j’étais sociologue ou historien, je verrais sans doute qu’il y a eu une lutte entre différents groupes et que le groupe qui a une sensibilité nationale aura gagné cette bataille-là mais ce n’est pas gênant en soi », a-t-il noté.

     

    Pour sa part, la Société des professeurs d’histoire du Québec accueille positivement le rapport. « C’est un pas extrêmement positif et dans le bon sens. Il y a bien sûr des détails qui mériteraient d’être peaufinés mais l’esprit général du document va tout à fait dans le sens de ce qu’on demande depuis des années », a souligné Félix Bouvier, vice-président de la SPHQ.

     

    Trop vite ?

     

    Enfin, Robert Comeau de la Coalition se dit heureux de voir qu’il s’agit d’une nouvelle mouture du cours et non d’un «rapiéçage». Il félicite aussi la ministre d’avoir agi si rapidement et l’invite à poursuivre sur sa lancée. Sur ce point, Marc-André Éthier n’est pas d’accord. « Il devra y avoir une version provisoire du programme dès le printemps qui sera ensuite testée en septembre et dès le printemps prochain, on devra en faire l’évaluation. C’est quand même rapide », s’est-il inquiété. « Pour que ce soit bien fait, il faudra déployer beaucoup de ressources ».
     

    Le sociologue Jacques Beauchemin et l’historienne Nadia Fahmy-Eid avaient pour mandat d’identifier ce qui n’allait pas avec le programme d’histoire, revu en 2006 dans la foulée de la réforme, et de colliger le fruit d’une consultation menée dans le milieu de l’enseignement de l’histoire.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.