Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    L'iPad en classe

    Un combat contre l’inertie en éducation

    9 janvier 2014 |M.-A. Girard, directeur des services éducatifs dans un établissement d’enseignement secondaire | Éducation
    Utilisé dans les classes du Québec et des États-Unis (ci-haut, en Virginie), le iPad permet aux élèves de consulter les versions électroniques de leurs manuels scolaires.
    Photo: Jacquelyn Martin - Associated Press Utilisé dans les classes du Québec et des États-Unis (ci-haut, en Virginie), le iPad permet aux élèves de consulter les versions électroniques de leurs manuels scolaires.
    Au début du mois dernier, Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et des communications (TIC) en éducation, a publié les résultats d’une enquête exhaustive sur l’intégration de l’iPad à la pédagogie québécoise. L’auteur et son équipe en sont venus à plusieurs conclusions. Bien malheureusement, plusieurs de ces dernières ont été ignorées.

    […] Les journalistes ont davantage extirpé du rapport les défis que les forces de l’outil en classe. Cela dit, il faut recentrer le débat autour d’une certaine logique pédagogique et éducative.

    L’iPad est arrivé sur les tablettes des magasins canadiens en mai 2010. Il est évident que l’opinion des enseignants est mitigée ! La collecte des données des chercheurs dans les milieux scolaires a été effectuée à partir de l’automne 2012 (p. 8). Un an et demi s’est écoulé entre la mise en marché de l’appareil et cette mesure de son intégration en classe. Bien peu de formations ont été rendues disponibles entre mai 2010 et l’automne 2012 ! Apple elle-même me semble dépassée par le succès de son iPad en milieu scolaire. Bref, l’iPad est un nouvel outil et, à l’heure actuelle, bien peu d’enseignants peuvent se targuer d’en maîtriser totalement l’énorme potentiel.

    Ces stéréotypes qui encouragent l’inertie

    Bien évidemment, l’intégration des TIC à la pédagogie est un sujet chaud et qui comporte son lot de détracteurs, à commencer par les enseignants eux-mêmes. S’il semble valorisé socialement de s’opposer à un élan de nouveauté et d’en énoncer les moindres écueils, quitte à les glorifier, il n’en demeure pas moins que plusieurs enseignants ou autres acteurs du monde de l’éducation soutiennent l’intégration des TIC à l’éducation. Ces derniers sont souvent qualifiés de geeks, de technos ou d’autres sobriquets comparant cette nouvelle race d’éducateurs à ceux issus d’un film futuristes. Comme si l’utilisation d’un iPad relevait d’un exploit technologique hors du commun. Le propre de son intégration en milieu scolaire est justement d’en exploiter sa polyvalence, son aspect intuitif et, bien évidemment, sa convivialité.

    […] Voilà ce qui manque dans le monde de l’éducation : de l’enthousiasme pour la nouveauté en éducation, un milieu marqué trop longtemps par son conservatisme et son inertie. Cet enthousiasme doit déloger la peur du changement et, surtout, celle de l’échec. Certains enseignants craignent d’intégrer les TIC à leurs stratégies par peur d’échouer dans leur profession. Ce même échec doit pourtant être valorisé et transformé en occasion pour être ensuite partagé par une communauté d’enseignants qui existe bel et bien grâce, entre autres, aux médias sociaux. Le risque, calculé, doit être pris. Et s’il est vrai que l’iPad n’est qu’un outil parmi tant d’autres, il n’en demeure pas moins que l’Internet regorge de ressources didactiques ou pédagogiques d’une richesse incommensurable. Il ne manque qu’un pédagogue pour les exploiter et les adapter à la réalité de sa classe ou de son école.

    Pourquoi évacuer l’aspect ludique de l’apprentissage?

    Il est évident que la presque totalité des élèves trouve l’iPad distrayant. C’est le principe même de l’outil ! Avec son intégration à l’enseignement, on vise, entre autres, la combinaison d’un outil personnel d’un élève pour l’en faire découvrir les aspects « professionnels » qui lui seront utiles dans sa « profession » d’élève. On vise l’intégration du scolaire directement dans sa sphère personnelle d’élève.

    Il est évident qu’il sera distrait ! Non seulement peut-il utiliser ses manuels scolaires sur son iPad en plus d’utiliser différentes applications propres à une matière, mais aussi, il peut aller sur Facebook, texter ses amis, etc. Nul besoin de rappeler que l’adolescence est particulièrement marquée par le besoin de socialiser chez les élèves […]. L’élève trouvera toujours un outil pour communiquer avec son voisin de classe. Il n’y a qu’à penser aux petits papiers qui circulaient à une époque pas si lointaine…

    Malheureusement, les journalistes rapportent des statistiques dénaturées et aucun ne traite de l’importance de la formation des enseignants en gestion de classe avec un tel appareil, information pourtant omniprésente dans le rapport Karsenti.

    Certains médias ont mis l’accent sur la statistique suivante : un tiers des étudiants du Québec sondés sur l’usage de l’iPad en classe ont admis pratiquer des jeux durant les heures d’école […]. Cette lapalissade met en relief la première utilisation que les élèves ont reconnue à l’iPad : le jeu. Il ne faut pas s’étonner du fait qu’ils veulent jouer avec l’appareil. Cependant, l’affirmation laisse fallacieusement croire que le tiers des élèves ne fait que ça ! Comme s’ils jouaient tout le temps de leur quotidien scolaire… Les heures d’école comprennent des pauses, et les élèves jouent principalement à ce moment. Cela ne veut pas dire qu’ils jouent en classe pour autant. Cependant, soyons réalistes. Il est évident que plusieurs élèves jouent pendant la classe et y perdent leur temps. Mais, dans les classes sans iPad, ces mêmes élèves crayonneraient ou dessineraient dans leurs cahiers, rêvasseraient ou perdraient leur temps de différentes façons. […]

    Développer des compétences… qui n’existent toujours pas

    […] La cohorte d’élèves qui fera son entrée au secondaire l’an prochain sera sur le marché du travail autour de 2025, pour s’en retirer vers 2060. Nous devons former ces élèves à employer des outils qui n’existent toujours pas. À tout le moins, nous devons les éduquer à être ouverts au changement, à l’exploitation d’une pléthore d’outils TIC, mais surtout, nous devons leur permettre d’apprendre à trouver le bon outil et à en analyser et critiquer l’information qui s’y trouve. Car au XXIe siècle, la pire attitude que le monde de l’éducation peut adopter face aux défis qui se posent dans la société, c’est l’immobilisme.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.