Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Des universités disent non à la charte

    Pour la première fois, deux établissements francophones sortent de leur silence et rejettent le projet de charte de la laïcité du ministre Drainville

    3 décembre 2013 |Lisa-Marie Gervais | Éducation
    À l’Université de Montréal (UdeM), l’Assemblée universitaire, qui a réuni une centaine de personnes lundi après-midi, a décidé à la majorité que le projet de loi ne réussissait pas le test.
    Photo: François Pesant - Le Devoir À l’Université de Montréal (UdeM), l’Assemblée universitaire, qui a réuni une centaine de personnes lundi après-midi, a décidé à la majorité que le projet de loi ne réussissait pas le test.









    Consultez tous nos textes sur la Charte des valeurs québécoises
    Muettes jusqu’ici dans le débat sur la laïcité, deux universités francophones brisent le silence : l’Université de Sherbrooke et l’Université de Montréal rejettent sans appel le projet de charte, a appris Le Devoir.

    « Les signes ostentatoires, ça ne peut pas fonctionner. Pour nous, c’est inapplicable », a déclaré au Devoir Luce Samoisette, rectrice de l’Université de Sherbrooke. « Ce n’est pas une bonne idée de faire ça et, justement, c’est le rôle de l’université de confronter toutes ces idées. »

     

    À l’Université de Montréal (UdeM), l’Assemblée universitaire, qui a réuni une centaine de personnes lundi après-midi, a décidé à la majorité que le projet de loi ne réussissait pas le test. « Le constat a été que la charte ne répond pas à nos besoins », a indiqué le porte-parole de l’UdeM, Mathieu Filion.

     

    La rectrice de l’Université de Sherbrooke précise qu’elle n’est pourtant pas contre la laïcité ni contre les demandes accommodements, qui sont traitées depuis des années. Mais demander aux universités d’être neutres, ça ne se fait pas, avance-t-elle. « Si on avait des profs qui exagéraient, ne vous en faites pas, on est tous en présence d’adultes, ils se feraient remettre à leur place par leurs collègues ou les étudiants. »

     

    Mme Samoisette souligne l’absurde d’une situation où, dans un même laboratoire, se côtoieraient une étudiante voilée, parce que boursière, et une autre, qui ne pourrait pas se voiler, parce que salariée. « Ça n’a pas de sens ! », a-t-elle lancé.

     

    Pour la liberté universitaire

     

    Au début octobre, soit un mois avant le dépôt du projet de loi, la rectrice avait clairement annoncé ses couleurs dans une lettre qu’elle a fait parvenir au ministre responsable de la charte, Bernard Drainville, et dont Le Devoir a obtenu copie. Interdire le port de signe religieux revient à « contredire la nature et la mission mêmes de l’université », lit-on. Il n’a été rapporté « aucun cas où le port de signes religieux a pu remettre en cause la neutralité de l’établissement ».

     

    Mme Samoisette condamne également le projet de charte en invoquant le principe de liberté universitaire, qui stipule qu’il ne doit exister aucunerestriction visant les opinions, politiques notamment, que peuvent exprimer les professeurs d’université. « Restreindre ce droit remettrait en question le caractère premier de notre institution et constituerait une atteinte au caractère et à la mission de l’université », a-t-elle écrit dans sa lettre, à la suite d’une rencontre avec M. Drainville et le ministre de la Santé, Réjean Hébert, à laquelle ont participé les doyens, la rectrice, le cégep de Sherbrooke et l’Université Bishop.

     

    La rectrice se défend de s’être volontairement enfermée dans un mutisme et d’avoir subi des pressions pour garder le silence. Sa première réaction à la charte n’a tout simplement pas été publique. Maintenant que le projet de loi est en consultation, une position plus officielle sera déposée après discussion et adoption par son conseil d’administration.

     

    L’Université de Montréal, qui s’est aussi montrée peu bavarde dans le débat sur la laïcité, poursuit les discussions dans le but de déposer un mémoire dans le cadre de la commission parlementaire cet hiver. Le recteur Guy Breton avait laissé entendre qu’il allait se prévaloir de la clause dérogatoire, mais celle-ci a été évacuée du présent projet de loi.

     

    D’autres universités s’opposent au projet

     

    L’Université Bishop a aussi fait connaître ses réactions préliminaires d’opposition à la charte par l’envoi d’une lettre au ministre Drainville, confirme Mme Samoisette.

     

    L’Université McGill a été la plus prompte à rejeter la charte publiquement, avant même le dépôt officiel du projet de loi. « L’Université doit demeurer un espace de liberté et d’échange d’idées. La proposition d’interdire à nos professeurs et employés qui le souhaitent ou qui s’y sentent tenus de porter des signes religieux, même s’ils sont facilement visibles, est contraire à nos principes et n’ajoute en rien à la stricte neutralité religieuse et politique de McGill », avait signifié par voie de communiqué la nouvelle principale, Suzanne Fortier, exigeant le retrait de l’interdiction du port de signes religieux.

     

    Quant à l’Université Concordia, l’heure est encore aux discussions. Bien qu’aucune position ferme n’émane du cabinet du recteur, Alan Shepard, la charte est néanmoins critiquée. Si certains éléments du projet de loi obtiennent un appui, « d’autres aspects clés, ainsi que l’idée même de cette charte, suscitent une vive opposition de la part d’un grand nombre d’entre nous ». Enfin, les positions de l’Université Laval et de l’UQAM, de même que celles des établissements de l’Université du Québec, se font toujours attendre.

     

    Avec Marco Fortier













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.