Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Persévérance scolaire - Les banlieues-dortoirs moins propices à la réussite

    Un portrait inédit de la performance scolaire au Québec

    2 novembre 2013 |Lisa-Marie Gervais | Éducation
    Les revenus des familles et la scolarisation sont généralement élevés dans les nouvelles banlieues en pleine croissance démographique, par exemple dans la couronne Nord de Montréal. Pourtant, la performance scolaire des élèves n’y est pas optimale.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les revenus des familles et la scolarisation sont généralement élevés dans les nouvelles banlieues en pleine croissance démographique, par exemple dans la couronne Nord de Montréal. Pourtant, la performance scolaire des élèves n’y est pas optimale.









    Consultez en grand format la carte des indices de réussite scolaire par région.

    Contrairement aux régions éloignées, souvent pauvres et peu peuplées, on s’attend à ce que les villes plus dynamiques, en plein boom démographique, soient des modèles de réussite. Vraiment ? Une étude inédite vient bousculer cette idée reçue. Premier d’une série de trois textes, publiée en marge des Grandes Rencontres sur la persévérance scolaire qui débutent lundi.

     

     

    On dit que ça prend tout un village pour élever un enfant. Mais pas n’importe lequel, suggèrent des données inédites. Malgré le boom démographique et la vitalité économique vécus dans les nouvelles banlieues boulot-dodo-réseaux sociaux, ce n’est pas nécessairement là où l’on réussit le mieux à l’école. Certaines se font même doubler par des villes en région, depuis longtemps installées et tricotées serrées.

     

    Une étude inédite menée par Michel Perron, titulaire de la Chaire UQAC-Cégep de Jonquière sur les conditions de vie, la santé et les aspirations des jeunes (VISAJ), fait ressortir les principales caractéristiques influençant la persévérance et la réussite scolaires dans une MRC donnée. Contrairement aux idées reçues, même s’il a son importance, le dynamisme économique n’est pas nécessairement LE facteur le plus déterminant. De façon surprenante, le taux de croissance de la population - un facteur démographique - a un effet négatif sur la réussite, tout comme la proportion de logements ayant besoin de réparations majeures et la proportion d’individus dont la langue parlée à la maison n’est ni l’anglais ni le français. Viennent ensuite le poids démographique, la proportion de familles monoparentales et celle de logements plus vieux, construits avant 1946.

     

    « Dans mon modèle, là où j’ai été étonné, c’est avec la variable du pourcentage de variation d’une population. C’était dans le sens contraire de ce que j’attendais. Je suis habitué à voir de plus faibles résultats dans des territoires en perte de vitesse démographique, mais ici, les territoires en croissance démographique sont ceux qui performent le moins bien », a souligné M. Perron, véritable sommité en matière de persévérance scolaire.

     

    Ainsi, les revenus des familles et la scolarisation sont généralement élevés dans les nouvelles banlieues en pleine croissance démographique, par exemple dans la couronne Nord de Montréal. Pourtant, la performance scolaire des élèves n’y est pas excellente. Dans des MRC comme celles de Deux-Montagnes (Saint-Eustache) ou des Moulins (Terrebonne Mascouche), pour ne nommer que celles-ci, la persévérance et la réussite n’ont pas de quoi impressionner.

     

    En somme : plus la communauté est tricotée serrée et implantée depuis longtemps sur un territoire donné, meilleure serait la performance des élèves à l’école. C’est l’hypothèse que formule Michel Perron, qui n’en est pas à ses premières recherches sur les liens entre persévérance scolaire et caractéristiques du territoire. « Là où, par exemple, il y a plus de logements de 60 ans et plus, la performance est meilleure. Ce serait moins le cas d’une population éparse et moins organisée », dit-il, en ajoutant que c’est vrai pour les deux couronnes, mais davantage pour celle au nord de Montréal.

     

    Dans ces banlieues-dortoirs, le tissu social n’est pas encore solide et il ne peut pas être remplacé par les réseaux sociaux, croit le chercheur. « Dans ces milieux, de classe moyenne, plus récents et en croissance rapide, les gens se connaissent moins. La mobilisation n’est pas très grande. Les gens n’ont pas eu le temps de se serrer les coudes autour des questions de persévérance scolaire. »

     

    Et là où il y a boom économique et création d’emplois, il y a peut-être aussi plus de jeunes qui travaillent et délaissent l’école, suggère M. Perron. « On n’avait pas les données pour mesurer ça à l’échelle d’une MRC, mais peut-être que ça serait un autre facteur important pour expliquer la réussite. »

     

    Un indice éclairant

     

    Avec une équipe de sociologues, statisticiens et autres spécialistes des sciences sociales, ce chercheur a créé un indice de persévérance et de réussite scolaires (IPRS) pour chacune des MRC du Québec, composé de huit indicateurs, dont les taux de diplomation après 5 ans et après 7 ans pour garçons et filles séparément, leur taux de sortie sans diplôme et leur taux de réussite aux épreuves en langue d’enseignement. Constat : 11 variables permettent de prédire environ 80 % de l’indice. En tête de liste, la croissance de la population, la proportion de logements ayant besoin de réparations majeures et la proportion d’individus dont la langue parlée à la maison n’est ni l’anglais ni le français, tous des facteurs qui font varier à la baisse l’IPRS. On retrouve aussi la proportion de logements construits avant 1946 (plus il y en a, plus l’indice est élevé), la proportion de familles monoparentales et la proportion d’individus sans diplôme qui, eux, tirent cet indice vers le bas.

     

    Sur une carte tout en couleur, les conclusions sont claires : les petites taches de rouge, jaune et vert disséminées un peu partout montrent que les performances sont très diverses d’une MRC à l’autre, et même au sein d’une même région administrative. Parmi les plus performantes, la région du Bas-Saint-Laurent est un bon exemple de cette diversité : une MRC est faible, trois ont un score moyen, quatre ont des taux de réussite élevés ou très élevés. « Les MRC performent en général, mais c’est inégal au sein de la région. Les quatre MRC qui réussissent le mieux ne sont pas dans l’arrière-pays, mais le long de l’autoroute, le long du fleuve, dans des milieux plus installés, qui ont un historique de peuplement plus ancien, constate M. Perron. Ce que l’on constate là vient appuyer notre modèle. »

     

    N’empêche, certaines tendances demeurent : oui, certaines régions éloignées des grands centres, peu peuplées, avec des revenus et un niveau de scolarisation faibles, contiennent une majorité de MRC où la réussite scolaire bat de l’aile. C’est le cas de la Côte-Nord, des Hautes-Laurentides, de l’Abitibi, de l’Outaouais, par exemple. Ailleurs, comme dans la région de la Capitale-Nationale et dans Chaudière-Appalaches, les élèves ont plus de succès à l’école.

     

    Que cachent de tels constats ? Même si le portrait des inégalités a bien changé depuis 50 ans, il faut continuer d’étudier les caractéristiques territoriales en lien avec la persévérance. « Il faut même s’y intéresser encore plus qu’avant », soutient M. Perron, convenant qu’il reste encore « beaucoup à faire. »

     

    Les revenus des familles et la scolarisation sont généralement élevés dans les nouvelles banlieues en pleine croissance démographique, par exemple dans la couronne Nord de Montréal. Pourtant, la performance scolaire des élèves n’y est pas optimale.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.