Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Concordia - L’université, ça se prépare dès le secondaire

    Le futur «artiste» peut soumettre un portefolio le 9 novembre

    26 octobre 2013 |Claude Lafleur | Éducation
    Le pavillon intégré Génie, informatique et arts visuels de l’Université Concordia, au centre-ville de Montréal
    Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Le pavillon intégré Génie, informatique et arts visuels de l’Université Concordia, au centre-ville de Montréal
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    Le 9 novembre, l’Université Concordia tiendra sa journée Portes ouvertes, dont profiteront près de 5000 visiteurs. « C’est l’une de nos très grosses activités », déclare en riant Savvy Papayiannis, conseillère en recrutement international pour cette université. Cette activité est populaire, dit-elle, parce qu’il y en a « pour tous les goûts ! »

     

    Bien sûr, comme visiteur, on songe aux étudiants qui s’apprêtent à entrer à l’université ou qui ont un intérêt particulier - par exemple, se familiariser avec certaines installations ou poser des questions précises - mais c’est aussi une excellente occasion, nous révèle Mme Papayiannis, de faire découvrir aux élèves du secondaire de possibles parcours professionnels.

     

    « Lorsqu’on visite les écoles secondaires et qu’on demande aux élèves de dire quelle profession ils aimeraient faire plus tard, on nous répond généralement en évoquant les plus connues : médecin, enseignant ou ingénieur, relate Savvy Papayiannis. Mais il y a tellement plus que cela ! Chez nous, nous avons 300 programmes de premier cycle, alors que la plupart des élèves ne pourraient en nommer que quelques-uns ! »

     

    Deux campus

     

    C’est dire que l’Université Concordia invite fortement les élèves du secondaire et leurs parents à venir « se promener » dans l’un ou l’autre de ses deux campus afin d’y faire des découvertes inattendues. Non seulement pourront-ils y voir différentes installations et avoir un aperçu des nombreux programmes offerts, mais, surtout peut-être, ils croiseront des étudiants et des professeurs passionnés par ce qu’ils font. « Qui sait ce que le jeune découvrira ? », lance la conseillère en recrutement.

     

    « C’est vraiment l’occasion de s’entretenir avec des gens qui vivent à l’université, poursuit-elle, qui désirent partager leur expérience, parler de ce qu’ils font ou rêvent de faire… »

     

    Un programme de visite

     

    Le samedi 9 novembre, de 10 à 16 heures, une foule d’activités sont offertes à Concordia, notamment des présentations générales (de l’Université, des programmes, des modalités d’inscription et d’enseignement, etc.), des ateliers plus spécifiques, des visites guidées ainsi que des rencontres « un à un » ou par petits groupes avec des professeurs-chercheurs et des étudiants.

     

    C’est entre autres l’occasion idéale, pour les élèves du secondaire comme pour les étudiants du collégial, de s’informer des prérequis nécessaires pour accéder à telle ou telle formation.

     

    « Aller à l’université, ce n’est pas une décision qu’on prend à la dernière minute, recommande Savvy Papayiannis. Il faut y songer d’avance afin de prendre les cours dont on aura besoin pour l’admission. » C’est dire, par exemple, qu’un élève qui découvre que la gestion ou l’ingénierie pourrait l’intéresser devra choisir dès le cégep le bon programme afin d’avoir les prérequis pour l’admission.

     

    « Or, souvent, un étudiant qui décide à la dernière minute qu’un programme l’intéresse n’a pas du tout les préalables requis, constate Mme Papayiannis. Par conséquent, nous encourageons vivement les élèves du secondaire et leurs parents à venir nous visiter lors de notre journée Portes ouvertes. »

     

    Cette journée permet également aux futurs étudiants de Concordia de se familiariser avec les lieux et de voir eux-mêmes ce qu’on y offre. C’est aussi leur chance de s’entretenir avec des étudiants et des professeurs ainsi qu’avec des conseillers d’admission. Ils peuvent entre autres s’informer sur les aides financières disponibles, les stages rémunérés, les programmes de coop, les sessions à l’étranger, etc. Ils peuvent même remplir leur formulaire d’admission sur place en compagnie d’un conseiller en admission qui répondra à leurs questions particulières. Mme Papayiannis prévient toutefois qu’aucune décision n’est prise sur place.

     

    Pour «artiste»

     

    « Il y a tant d’activités que tout visiteur peut aisément passer la journée chez nous ! », lance joyeusement la conseillère en recrutement.

     

    Elle avance aussi que l’une des activités très courues est l’évaluation des portefolios des candidats aux programmes des beaux-arts. Pour être admis dans ce genre de programme, dit-elle, il faut montrer des exemples de travaux qu’on a réalisés en arts plastiques ou en beaux-arts. « Il faut savoir que la plupart de ces programmes sont extrêmement contingentés, indique Savvy Papayiannis, certains ne prenant que 10 % des étudiants qui soumettent leur candidature. »

     

    Par conséquent, il est fortement recommandé de faire évaluer à l’avance son portefolio - c’est-à-dire bien avant de soumettre sa candidature. « Ça vaut vraiment la peine, insiste Mme Papayiannis, car ça peut souvent faire la différence entre être admis ou pas. »

     

    Or, justement, durant la journée Portes ouvertes, les professeurs des beaux-arts rencontrent un à un les éventuels candidats afin d’évaluer leur dossier et de les conseiller pour améliorer leur portefolio. « Aucune décision n’est prise sur place, avertit-elle, ce ne sont que des conseils pour améliorer ses chances… » Elle ajoute qu’il s’agit même d’une activité très populaire, puisque près de 400 étudiants s’y présentent.

     

    Enfin, elle suggère que la meilleure façon d’amorcer sa visite de l’Université Concordia consiste à se présenter à l’édifice principal, situé au 1400, de Maisonneuve Ouest. On y accède directement par la station de métro Guy-Concordia. « Si on arrive par le métro, c’est la bonne place pour commencer », recommande la conseillère. En outre, une navette gratuite relie les deux campus universitaires. Elle recommande également de consulter le site web, qui décrit en détail la journée Portes ouvertes, afin de voir l’éventail des activités.

     

    « Tous les jours, je parle à de futurs étudiants, raconte Savvy Papayiannis, et j’ai beau leur décrire l’université et leur montrer des photos, mais ce n’est jamais comme venir sur place et tout voir. Venez donc nous visiter, ça vaut vraiment la peine ! »


    Collaborateur













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.