Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Nos sociétés ne seront plus jamais les mêmes…

    «Nous vivons de plus en plus dans un monde où tout le monde surveille tout le monde»

    5 octobre 2013 |Claude Lafleur | Éducation
    Un volet entier de la conférence sera consacré aux jeux vidéo, car ils prennent une grande place dans la vie de bien des gens, en plus de servir de fer de lance à de nouvelles technologies qui trouvent ultérieurement maintes autres applications.
    Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Un volet entier de la conférence sera consacré aux jeux vidéo, car ils prennent une grande place dans la vie de bien des gens, en plus de servir de fer de lance à de nouvelles technologies qui trouvent ultérieurement maintes autres applications.
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    Le Forum organisé par le Conseil international des sciences sociales, qui aura lieu du 13 au 15 octobre au Palais des congrès, aura pour thème « Les transformations sociales et ère numérique ». Des centaines de spécialistes venus du monde entier et représentant les diverses disciplines y discuteront du rôle croissant des technologies numériques dans toutes les sphères de l’activité humaine.

     

    Comme le relate Sally Wyatt, présidente du comité de programme scientifique du Forum mondial des sciences sociales, « c’est sûr, les technologies numériques - Internet, l’information et les communications électroniques, les réseaux sociaux, etc. - non seulement bouleversent la vie de tout le monde, mais changent également les façons de faire de la science. Nous rassemblerons donc en un même lieu des chercheurs couvrant l’ensemble des sciences sociales et représentant diverses nationalités et cultures, pour discuter de ces transformations. »

     

    Le Forum de Montréal est important pour plusieurs raisons, enchaîne Heide Hackmann, directrice exécutive du Conseil international des sciences sociales (CISS). « Premièrement, parce qu’il rassemble les plus éminents chercheurs qui oeuvrent dans une foule de disciplines en une même conférence, ce qui est assez rare. »

     

    Deuxièmement, poursuit-elle, « le thème du Forum - les transformations sociales - est important, puisque nous vivons dans un monde en plein bouleversement - changements planétaires, changements climatiques, défis posés par le développement durable - ce qui exige que nous examinions de près les enjeux des transformations sociales. Il faut donc se pencher autant sur les comportements individuels que collectifs. Et, bien sûr, qui dit transformations sociales dit nécessairement ère numérique, puisque l’impact du numérique sur le style de vie des individus et des sociétés est un sujet fascinant à explorer pour les sciences sociales. Et c’est ce dont nous parlerons au Forum de Montréal ! »

     

    Avoir 25 ans! Ou 15 ans! Ou 5 ans!

     

    Sally Wyatt, une spécialiste mondialement reconnue dans le domaine des cultures numériques, va même plus loin dans son analyse. « Il y a déjà un écart de génération entre les jeunes qui ont 25 ans aujourd’hui et ceux qui n’ont que 15 ans, et même entre ceux de 15 ans et ceux de 5 ans. » Le fait même d’être né avant l’ère numérique change profondément les perceptions du monde dans lequel chaque « génération » évolue.

     

    « Quelles seront les conséquences chez les adultes dont toute l’enfance et l’adolescence seront documentées dans Facebook et autres réseaux sociaux ? », demande-t-elle. On voit déjà certains des impacts des réseaux sociaux sur le développement de l’estime de soi des jeunes, sur leur socialisation, etc., mais on ne peut imaginer les conséquences à long terme de l’ère numérique, ajoute-t-elle. « On parle donc de transformations sociales au pluriel, insiste Sally Wyatt, comme nous le traiterons au Forum de Montréal. »

     

    Celui-ci abordera en fait deux grandes interrogations : comment les technologies numériques transforment-elles les différentes sphères de la vie sociale ? Comment transforment-elles les sciences sociales ?

     

    Durant leurs exposés et conférences, les participants exploreront quatre grandes questions : comment la conception des technologies affecte-t-elle les possibilités d’engagement et de participation des différents groupes de la société ? Que pouvons-nous apprendre des transformations sociotechniques du passé ? Comment les technologies numériques affectent-elles la façon dont les chercheurs réalisent à présent leurs recherches ? Comment les individus et les collectivités pensent-ils et construisent-ils leur identité et leurs activités à l’ère numérique ?

     

    Du jeu vidéo à une sensibilisation planétaire?

     

    Un volet entier de la conférence sera consacré aux jeux vidéo, indique Sally Wyatt. « Voilà qui peut surprendre un peu, concède-t-elle, mais n’oublions pas que les jeux numériques sont très importants par bien des aspects, ne serait-ce que parce que quantité de gens y consacrent énormément de temps. » Les jeux vidéo servent aussi souvent de fer de lance à de nouvelles technologies qui trouvent ultérieurement maintes autres applications et qui jouent un rôle économique majeur. « Cela nous amènera à nous demander ce que les jeunes font avec les technologies numériques, poursuit la chercheure. Ils vivent dans un environnement technologique vraiment différent. »

     

    Le Forum abordera par ailleurs la politique à l’ère du numérique. « On a beaucoup parlé du Printemps arabe, de la première révolution twitter et des réseaux sociaux, rappelle Mme Wyatt. On voit aussi Obama utiliser les réseaux sociaux de façon très habile. » Quels impacts a donc le numérique sur la société ?, se demandera-t-on.

     

    On abordera aussi les enjeux de la surveillance et de l’espionnage. « Nous vivons de plus en plus dans un monde où tout le monde surveille tout le monde, fait-elle remarquer. Ce n’est pas que le gouvernement qui surveille les citoyens, mais ce sont également ceux-ci qui se surveillent entre eux… et qui surveillent leurs dirigeants et les grandes entreprises. Voilà qui change énormément les rapports sociaux. »

     

    Somme toute, si le Forum du CISS sera avant tout un lieu de discussions scientifiques, parfois assez pointues, on y débattra néanmoins de questions qui nous touchent tous de très près.

     

    « J’espère que ce Forum stimulera l’intérêt non seulement des chercheurs, mais également des décideurs politiques et de ceux qui financent la recherche, afin qu’on s’intéresse de près aux transformations sociales à l’ère du numérique, déclare Heide Hackmann, directrice exécutive du CISS. Il y a tant de questions et d’enjeux vraiment importants qu’il nous faut étudier et, si les décideurs pouvaient en prendre conscience, voilà qui serait une belle réalisation pour le Forum de Montréal. »

     


    Collaborateur













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.