Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Académie Sainte-Thérèse - Après la Manic, une école!

    À l’horaire régulier, il suffisait d’ajouter trois heures…

    14 septembre 2013 |Benoit Rose | Éducation
    L’académie Sainte-Thérèse offre des cours de la maternelle à la cinquième année du secondaire. Le campus au bord de la rivière des Mille-Îles à Rosemère accueille les élèves du primaire.
    Photo: Source Académie Sainte-Thérèse L’académie Sainte-Thérèse offre des cours de la maternelle à la cinquième année du secondaire. Le campus au bord de la rivière des Mille-Îles à Rosemère accueille les élèves du primaire.
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    Le personnel du campus de Rosemère de l’académie Sainte-Thérèse poursuit le rêve un peu fou de Jacques About et ses collègues, qui ont voulu créer en 1982 un véritable milieu de vie pour leurs enfants. Cet automne, le souffle de la rentrée scolaire rapatrie sur le terrain du campus près de 800 élèves, de la maternelle à la cinquième année du primaire. Une éducation présentée comme « totale » les attend en bordure de la rivière des Mille-Îles.

     

    Au bout du fil, la directrice générale de l’académie Sainte-Thérèse, Mme Rose De Angelis, revient sur la personnalité de son ancien collègue et prédécesseur, Jacques About, décédé en avril dernier après avoir dirigé l’école à partir de sa fondation en 1982 jusqu’en 2008. « Il avait beaucoup d’imagination. C’était un écrivain dans l’âme qui n’avait pas nécessairement la patience pour écrire. J’ai toujours dit que c’était un hyperactif, mais son hyperactivité était très bien employée. C’est la même personne qui a conçu la première et dernière voiture fabriquée au Québec, la Manic », nous informe-t-elle. Le Musée des sciences et de la technologie à Ottawa présente d’ailleurs l’un des rares exemplaires de ce bolide, créé à Granby à la fin des années 1960.

     

    C’est donc un homme dynamique et curieux qui, en compagnie d’autres parents, a mis sur pied le projet éducatif particulier de cette école privée. « Il pensait, comme tous ceux qui se sont joints à lui par la suite, qu’un enfant ne doit pas seulement apprendre le français, l’anglais et les mathématiques. Il s’agit d’un tout : il faut aussi développer son goût pour les arts, la culture et les sports. Comme les exigences du ministère de l’Éducation couvrent cinq bonnes heures par jour, il a été prévu dès le départ que nos journées seraient plus longues que la normale, pour arriver à obtenir un projet global. Actuellement, on ouvre l’école à 8 h 15 et les enfants ne quittent pas avant 16 h 30, sauf le vendredi [à 15 h 25]. Ça nous permet de leur offrir autre chose, en plus de ce qui est imposé par le ministère », explique la directrice.

     

    Maternelle enrichie

     

    C’est à son campus de Rosemère, en bordure de la rivière des Mille-Îles, que l’académie Sainte-Thérèse accueille ses élèves de niveau primaire. Ces jeunes esprits effervescents reçoivent une éducation dite « totale », visant la formation fondamentale de la personne. Elle comprend trois volets : scolaire, culturel et sportif.

     

    Sur le plan scolaire, le programme enrichi commence dès la maternelle. « C’est un peu plus structuré au niveau de l’apprentissage de la base de la lecture, explique Mme De Angelis à propos de la pédagogie privilégiée à la maternelle. Les parents qui le désirent peuvent aussi obtenir pour leur enfant un début d’apprentissage dans la langue seconde. Comme les élèves des niveaux suivants, les petits vont être initiés à l’informatique et à la bibliothèque. Parce que les enfants qui nous arrivent, sauf exceptions, ont tous fait les CPE [Centres de la petite enfance] pendant quatre ans, ils ont développé largement le côté social et sont prêts à passer à autre chose. »

     

    On leur propose aussi des cours de théâtre pour améliorer leur communication orale, une activité de céramique, ainsi que des cours dits de « mouvement créatif et développement moteur », qui permettent aux enfants d’expérimenter des tâches et des actions liées au développement de leurs habiletés physiques.

     

    Tout au long du primaire, le programme insiste sur l’apprentissage des langues. Une pédagogie axée sur le développement du raisonnement vise à amener les élèves à aller au-delà des textes qu’ils lisent dans leurs cours de français. Le matériel utilisé par les professeurs, qui comprend des romans et des ouvrages informatifs, a d’ailleurs été spécialement préparé par un conseiller pédagogique, Christian Boyer, plutôt que par une maison d’édition courante.

     

    « Le côté enrichi, c’est d’aller plus loin et d’approfondir les matières, résume Mme De Angelis. Par exemple, en première année, nos enfants ne vont pas seulement écrire des phrases, mais vont déjà commencer à écrire des textes. Ils en sont capables et ne manquent pas d’imagination. Souvent, on ne leur en demande simplement pas assez. »

     

    Plus de cours

     

    Grâce à son horaire allongé de trois heures par jour, le campus de Rosemère peut se permettre de donner davantage de cours de langue seconde, soit quatre cours d’anglais tout au long du primaire. « La plupart de nos enfants quittent notre établissement vraiment bilingues », affirme sa directrice. Elle insiste également sur l’accent mis par son établissement sur les mathématiques et les sciences, deux matières au travers desquelles la gymnastique du cerveau est également sollicitée. Un nouveau laboratoire scientifique vient d’être mis sur pied pour les petits.

     

    Cet horaire plus long permet surtout à l’académie Sainte-Thérèse d’offrir à ses élèves du primaire deux cours supplémentaires, à sélectionner parmi un éventail d’activités artistiques ou culturelles, d’une part, et sportives, d’autre part. Pour approfondir ces deuxième et troisième volets du projet éducatif, l’enfant choisit obligatoirement un cours qui stimulera son intellect et un second qui doit faire travailler ses muscles. « Il faut qu’ils bougent, insiste Mme De Angelis. Depuis nos débuts, on donne deux cours d’éducation physique par semaine aux enfants. »

     

    Et si tout cela devait être insuffisant pour certains infatigables petits individus, des activités telles que la robotique, le trampoline, la gymnastique, les arts plastiques, la chorale, la danse ou les sciences peuvent être pratiquées à l’heure du dîner. « Et même si l’horaire se termine à 16 h 30, on offre quand même des activités parascolaires après les cours, jusqu’à 17 h 45, ajoute la directrice. Étonnamment, je dirais qu’entre le quart et le tiers des élèves de l’école y participent. »

     

    Des parents engagés

     

    Les parents sont concrètement très engagés au sein de cet établissement d’enseignement privé. Sur les neuf membres du conseil d’administration, trois doivent être des parents d’élève, sans compter les trois membres honoraires qui peuvent aussi être des parents d’élève ou d’ancien élève. Présentement, ils forment techniquement la majorité au conseil. Les trois autres sièges sont occupés par des éducateurs, soit des membres du personnel de l’école. Une structure administrative atypique, dont le mode d’organisation emprunte aux modèles coopératif et corporatif.

     

    Certains parents bénévoles contribuent à la tenue de différentes activités culturelles et sportives, telles que les olympiades annuelles, au cours desquelles l’athlétisme pratiqué par les jeunes est célébré. « C’est devenu une journée sociale. Les parents viennent pique-niquer sur le terrain avec les enfants. Pour moi, c’est l’une des plus belles journées de l’année, parce que toute l’école y participe. »

     

    Même si Jacques About manque à l’appel cette année, son esprit semble plutôt bien se porter le long de la rivière des Mille-Îles.

     

     

    Collaborateur

    L’académie Sainte-Thérèse offre des cours de la maternelle à la cinquième année du secondaire. Le campus au bord de la rivière des Mille-Îles à Rosemère accueille les élèves du primaire. L’académie Sainte-Thérèse offre des cours de la maternelle à la cinquième année du secondaire. Le campus au bord de la rivière des Mille-Îles à Rosemère accueille les élèves du primaire.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.