Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Cégeps - C’est la fin du programme arts et lettres

    La littérature n’est plus qu’une «option» dans le nouveau programme culture et communication

    Le ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne
    Exit le programme collégial arts et lettres, bonjour culture et communication. Le ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, a officiellement approuvé le 18 avril dernier le nouveau programme d’études préuniversitaires qui devra entrer en vigueur dès l’année scolaire 2015-2016 dans tous les cégeps du Québec. Un changement pas seulement cosmétique qui suscite déjà de vives réactions.

    Culture et communication a pour objectif de « donner à̀ l’élève une formation équilibrée qui comprend une formation culturelle de base et une formation générale » afin de lui permettre de poursuivre à l’université dans les domaines des « arts, des langues, des lettres, des sciences de l’éducation ou des communications », précise-t-on dans le document explicatif du programme, dont Le Devoir a obtenu copie.


    À la lecture de ce document au jargon hermétique, quelques nouveautés. On constate d’abord d’emblée que la littérature devient une « option » (profil) aux côtés de six autres (théâtre, arts, médias, langues, multidisciplinaire et cinéma). La formation spécifique de ce nouveau programme est aussi bonifiée de 30 heures pour un total de 705 heures, rattrapant presque totalement l’écart avec d’autres programmes comme sciences de la santé et sciences humaines.


    Quoi d’autre ? On y lit, entre les lignes, une volonté plus ferme du gouvernement d’insister sur l’histoire dans ce programme qui ne comptait aucun cours obligatoire (ni en formation générale ni en formation spécifique). « Dans les sondages auprès des étudiants, une des lacunes qui est ressortie est les connaissances générales en histoire. Les jeunes pouvaient bien connaître les techniques de montage en cinéma, ou l’actualité cinématographique, mais ils manquaient de connaissances générales en histoire, dans la chronologie. Par exemple, quand on parlait du cinéma dans l’époque de “l’entre-deux-guerres”, les jeunes avaient de la difficulté à la situer », explique David Descent, conseiller pédagogique au cégep régional de Lanaudière, à Terrebonne.


    L’un des objectifs du nouveau programme culture et communication était de mieux arrimer les programmes collégiaux et les programmes universitaires et d’assurer un « continuum de formation ». Certains contenus théoriques, notamment en cinéma, se dédoublaient entre les deux niveaux d’études. Le nouveau programme fait aussi disparaître certains cas étranges, comme le fait que feu le programme arts et lettres avait un profil… en arts et lettres. Il répond aussi à un souhait d’uniformiser le programme entre les cégeps, sans obliger à ce que les cours soient tous les mêmes d’un établissement à l’autre.


    Mais selon M. Descent, le ministère voulait répondre aux préoccupations des étudiants pour qui le terme « communication » avait davantage de résonance, comparativement au mot « lettres », qui fait un peu « vieilli ». « [Le ministère] s’est aperçu que 45 % des gens allaient dans le profil communication. Il drainait tellement de gens que le ministère s’est dit qu’il allait le nommer ainsi », constate-t-il.

     

    Des craintes chez les littéraires


    Sans être du pareil au même, le programme change tout en s’inscrivant dans la continuité du précédent. « C’est comme si on jetait à terre une maison et qu’on la rebâtissait exactement pareille, mais avec des matériaux différents, qu’ils soient plus durables ou à la mode », résume un enseignant au cégep. N’empêche que le programme était vieux et qu’il méritait une modernisation, comme l’ont évoqué plusieurs.


    Pour Luc Bouchard, professeur de littérature au cégep du Vieux-Montréal, qui a réfléchi comme bien d’autres de ses collègues à ce changement de programme, c’est le nom « culture et communication » qui pose problème. « Je trouve ça d’une infinie tristesse que lettres disparaisse. C’était ce sur quoi l’éducation était fondée depuis toujours. La littérature, c’est l’étude des textes, la transmission du savoir par la lecture…, dit-il. Dans culture et communication, ça devient une option, alors que, bien que je sois prof dans cette discipline, il m’a toujours semblé que le meilleur moyen d’accéder à la culture était d’abord et avant tout la littérature », poursuit-il. M. Bouchard déplore que le mot « oeuvre » ait été remplacé dans le programme par « objet culturel ». « Un objet culturel, ça peut être L’homme rapaillé, mais ça peut être aussi une bouteille d’eau », fait-il remarquer.


    Le blogue pARLE prof a recensé plusieurs réactions à l’avènement du nouveau programme. Plusieurs enseignants craignent que culture et communication mène davantage les élèves à s’inscrire à l’université dans des disciplines relevant des sciences humaines. En accord avec le terme « culture », le directeur du Département des littératures de langue française à l’Université de Montréal, Benoît Melançon, craint que le mot communication n’induise une certaine « professionnalisation ». « Les gens travaillent dans le domaine de la communication, mais on ne peut pas dire la même chose du domaine des lettres. On n’est pas du tout dans une logique professionnalisante », a-t-il soutenu.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel