Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    13 chercheurs réclament un meilleur accès aux données gouvernementales

    8 avril 2013 11h00 | Fabien Deglise | Éducation
    Un groupe de 13 universitaires demande aujourd’hui à Québec un meilleur accès à toutes les données gouvernementales qui permettent au monde de la recherche en science sociale de mieux comprendre et d’analyser le vivre ensemble.
    Photo : Yan Doublet Le Devoir Un groupe de 13 universitaires demande aujourd’hui à Québec un meilleur accès à toutes les données gouvernementales qui permettent au monde de la recherche en science sociale de mieux comprendre et d’analyser le vivre ensemble.

    Mettre les données des ministères et organismes au service de la recherche scientifique, sans restriction, ni entrave. En marge du dépôt prochainement par le gouvernement provincial de la Politique nationale de recherche et d’innovation (PNRI), un groupe de 13 universitaires demande aujourd’hui à Québec un meilleur accès à toutes les données gouvernementales qui permettent au monde de la recherche en science sociale de mieux comprendre et d’analyser le vivre ensemble. Cette mesure, selon eux, est incontournable pour renforcer « la production scientifique sur le Québec », écrivent-ils dans une lettre publiée dans les pages du Devoir ce lundi, mais également pour permettre une « évaluation objective de l’efficacité des politiques publiques dans des domaines comme l’éducation, la santé, l’emploi, la langue ou l’immigration ».



    À l’emploi des grandes universités du Québec, mais aussi de l’Institut national de la recherche scientifique et du Centre interuniversitaire québécois de statistiques sociales, les signataires de cette lettre estiment que le Québec est en retard aujourd’hui, à l’échelle fédérale et internationale, « en matière de valorisation des données publiques ». Ils évoquent également un accès inégal à ces données, d’un ministère à un autre, en raison d’un « manque de ressources pour [en] assurer la production et la transmission », mais aussi à cause de la « frilosité d’une certaine classe politique qui semble croire que moins l’information est diffusée, moins les problèmes potentiels seront nombreux ».

     

    Un gouvernement plus transparent


    L’appel de ces universitaires fait écho à celui lancé à maintes reprises dans les derniers mois par les défenseurs des données publiques ouvertes qui voient dans ces informations numérisées une façon de rapprocher le citoyen des institutions démocratiques, mais aussi de créer des services numériques imaginés par des citoyens pour les citoyens. Entre autres. Les données ouvertes sont présentées par ailleurs comme un remède possible à la corruption et à l’indolence de certains fonctionnaires et politiques.


    Pour le groupe des 13, « les données gouvernementales constituent une richesse collective et leur démocratisation aurait de nombreuses répercussions positives pour le Québec, notamment en inscrivant la transparence dans l’ADN du gouvernement », écrivent-ils, en citant en exemple le Danemark où la recherche scientifique a été passablement stimulée dans les dernières années par l’adoption de politiques qui facilitent et systématisent l’accès aux données publiques pour les chercheurs.



     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel