Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Étude française - Travailler plus de 16h par semaine nuirait aux études universitaires

    26 février 2013 |Christian Rioux | Éducation
    Paris — Comme au Québec, les associations étudiantes françaises sont parties en guerre contre le salariat étudiant. Même si le phénomène est moins répandu que chez nous, le travail en cours de session est considéré en France comme une des principales causes d’échec scolaire. L’Union nationale des étudiants de France (UNEF), l’un des principaux syndicats étudiants de France, vient de lancer une campagne sur le sujet dans laquelle elle dénonce l’extension du salariat étudiant qu’elle qualifie de nouveau « péril jeune ».

    L’UNEF s’appuie sur une étude réalisée en 2009 qui démontre que, au-delà de 16 h de travail par semaine, le travail des étudiants nuit à leur réussite scolaire. L’étude ne concerne que les étudiants de l’université, le travail à temps partiel étant pratiquement inexistant chez les élèves du secondaire et du lycée (cégep). Selon l’étude du Centre de recherche en économie et statistiques, il n’y aurait aucune corrélation entre l’échec scolaire et le fait qu’un étudiant à l’université travaille moins de 16 h par semaine. Par contre, au-delà de 16 h, « l’occupation d’un emploi régulier réduit significativement la probabilité de réussite à l’examen de fin d’année universitaire », disent les chercheurs.
     
    Cette étude semble corroborée par le travail de Jean-François Giret, maître de conférences à l’Université de Bourgogne. Selon lui, au-delà d’un travail à mi-temps dans un emploi sans rapport avec son cursus universitaire, les chances de réussite d’un étudiant à l’université chutent à 68 %. Il note cependant que si l’étudiant travaille dans un domaine proche de son champ d’études, ses chances de réussite sont nettement plus élevées. « Dans tous les cas, plus l’investissement en temps est important, plus le travail en cours d’études a des chances d’être valorisé sur le marché du travail, mais plus le risque qu’il perturbe les études est élevé », écrit-il.

    Étudier est un métier

    L’UNEF soutient de son côté qu’étudier est un métier à plein temps. D’ailleurs, les grandes écoles françaises, généralement gratuites et qui décernent les diplômes les plus prestigieux, avertissent les candidats que les études y sont incompatibles avec un emploi, même à temps partiel. On estime néanmoins qu’environ la moitié des étudiants français qui fréquentent l’université travaillent. 
     
    Une proportion en hausse, mais qui demeure moins élevée qu’au Québec. Selon une récente étude de l’Institut de la statistique du Québec, les étudiants québécois travaillent de plus en plus durant leurs études. Depuis les années 2000, 59,4 % des étudiants québécois à temps plein entre 20 et 24 ans travaillaient plus de 15 h par semaine durant l’année scolaire. Dans ce groupe, ils étaient même 17,3 % à dépasser 25 heures.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel