Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Universités - La gratuité est réaliste, dit Jacques Parizeau

    L’obsession du déficit zéro empêche de réfléchir, croit l’ancien premier ministre

    12 février 2013 | Alexandre Shields | Éducation
    Les étudiants « ne sont pas hors norme, ils ne sont pas hors d’ordre. C’est ridicule de les envoyer paître », estime l’ancien premier ministre Jacques Parizeau.
    Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir Les étudiants « ne sont pas hors norme, ils ne sont pas hors d’ordre. C’est ridicule de les envoyer paître », estime l’ancien premier ministre Jacques Parizeau.
    La gratuité scolaire est une option financièrement réaliste qui doit être discutée dans le cadre du Sommet sur l’enseignement supérieur. C’est ce que croit l’ex-premier ministre Jacques Parizeau, qui s’explique mal que le gouvernement Marois n’ait pas manifesté une ouverture spontanée au discours des étudiants sur l’abolition des droits de scolarité, une des visées de la création des universités du Québec.

    « Est-ce que [la gratuité scolaire] peut se financer ? Eh bien oui, il faut regarder cela », a-t-il affirmé au cours d’une rencontre avec Le Devoir. M. Parizeau, qui a notamment été ministre des Finances et ministre du Revenu du Québec, admet que la question est complexe et qu’elle mérite une analyse sérieuse. Mais selon lui, le sommet qui doit se tenir dans deux semaines est un lieu tout à fait approprié pour lancer cet important « débat de société ».
     

    Il critique indirectement l’attitude du gouvernement Marois par rapport aux demandes des étudiants, lui qui a tergiversé pendant quelques semaines avant de finalement promettre que la question de la gratuité pourra être abordée lors des discussions. « Pendant plus de 20 ans, la société québécoise a fonctionné sur la base d’une gratuité scolaire qui, éventuellement, devait venir quand les frais de scolarité ne devaient plus représenter grand-chose, à cause de l’inflation. Que des jeunes d’aujourd’hui veuillent discuter de ça, eh bien, il y a toute une génération qui a pensé la même chose. Ils ne sont pas hors-norme, ils ne sont pas hors d’ordre. C’est ridicule de les envoyer paître. »


    M. Parizeau a ainsi rappelé qu’à la fin des années 60, au moment d’implanter le réseau des universités du Québec, le gouvernement s’était clairement donné comme objectif de tendre, à long terme, vers la réduction à néant des droits de scolarité. Ainsi, au moment de la naissance des polyvalentes et des cégeps, Québec avait décidé que la gratuité serait évidemment la norme au secondaire, mais aussi au collégial. « Mais en arrivant aux universités, on a constaté qu’on n’avait pas assez d’argent pour rendre ça gratuit. C’est ce qu’on voulait, mais on n’avait pas les moyens, a expliqué M. Parizeau, qui était alors conseiller économique du premier ministre Daniel Johnson. On a pris la moyenne des frais de scolarité des universités du Québec à ce moment-là. On a établi le montant des frais à 567 $ partout, on a décidé de le geler et de laisser l’inflation gruger ça. Nous étions tous d’accord, et il y avait un consensus social évident. On voulait laisser l’inflation réduire le fardeau des étudiants. »


    Ce gel a été en vigueur de 1968 à 1989. La facture a par la suite été multipliée par trois en quelques années. Depuis, le débat sur la hausse des droits de scolarité refait constamment surface. Le Parti québécois, qui privilégie la voie de l’indexation, juge que la gratuité scolaire n’est tout simplement pas possible, en raison de l’état actuel des finances du Québec. « La gratuité scolaire nous apparaît plus comme un idéal à long terme que comme une mesure concrète dans le contexte actuel », a dit le ministre de l’Enseignement supérieur - et auteur d’une biographie en trois tomes de Jacques Parizeau -, Pierre Duchesne, la semaine dernière.


    Se donner les moyens


    L’ancien ministre des Finances croit plutôt que le gouvernement devrait mettre de côté l’absolue nécessité de boucler chaque année financière sans le moindre déficit, sans quoi le débat sur le financement des études supérieures ne pourra se faire. « Le déficit zéro bousille tout. À partir du moment où vous fixez l’objectif zéro pour une date butoir et que ça devient une religion, vous cessez de réfléchir. On coupe partout, on ne se pose pas de questions », a-t-il laissé tomber.


    Acteur important de la Révolution tranquille, Jacques Parizeau suggère en outre de réfléchir aux moyens que l’État pourrait se donner pour accroître ses revenus. « Pour le financement des universités, si on décide que la gratuité est un objectif à long terme, c’est certain que la contribution des entreprises doit être augmentée », a-t-il souligné. « Par exemple, voulez-vous bien me dire pourquoi on a enlevé la taxe sur le capital au Québec ? Qu’est-ce que ça a donné ? Enlever les taxes pour l’industrie manufacturière, je comprends ça. C’est important pour la maintenir. Mais pour les banques, ça ne crée pas une job. Tout ce que ça fait, c’est transférer de l’argent des contribuables aux actionnaires. »


    « Réimposer la taxe sur le capital pour les banques, ça ne me dérangerait pas, a-t-il poursuivi. Et on parle de quelques centaines de millions de dollars. Ce n’est pas rien. C’est au moins deux fois ce que le gouvernement [de Jean Charest] attendait de ses propres hausses. » Pour les seules institutions financières, les revenus pour l’État québécois provenant de cette taxe abolie par les libéraux entre 2007 et 2011 ont déjà représenté plus de 600 millions de dollars. Ce montant représente à lui seul la majorité de la somme nécessaire pour financer la gratuité, selon les diverses évaluations disponibles.


    Le rôle de l’université


    Au-delà des questions financières, Jacques Parizeau se dit convaincu de la nécessité de réfléchir à la mission des universités. « C’est de ça qu’il faudrait discuter d’abord. On se fixe un objectif, et ensuite, on cherche de l’argent, pas le contraire. À l’heure actuelle, on fait toujours le contraire. » Selon lui, les institutions accordent trop de place à la recherche, au détriment de la mission d’enseignement, à laquelle il faudrait pourtant accorder la priorité. « Quand on dit qu’il faut avoir des professeurs d’excellence, de première qualité, pour rivaliser avec les autres universités, on ne pense pas à l’enseignement ou à la qualité de l’enseignement. On pense à la recherche. »


    Il s’oppose par ailleurs à l’idée - défendue par le chef caquiste François Legault et la rectrice sortante de l’Université McGill, Heather Munroe-Blum - d’instaurer un système universitaire qui distinguerait les grandes universités tournées vers la compétition mondiale de celles plus vouées au développement régional. « C’est proprement insensé, a lancé M. Parizeau. Les petites universités régionales jouent un rôle qui est sans aucune commune mesure avec leur taille. C’est habituellement le plus grand centre culturel de la région. Elles jouent souvent le rôle de levier économique que les grandes entreprises jouaient auparavant quand elles venaient ouvrir une usine ou une mine. »

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel