Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Universités - Là où est l’argent

    30 janvier 2013 |Josée Boileau | Éducation
    Est-ce que l’on s’enfonce ou est-ce que l’on avance dans le débat sur le financement des universités ? François Legault expose un modèle qui mise sur l’excellence, celui du ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, vise l’accessibilité. Mais tous deux travaillent sur un fond de finances publiques exsangues. Vraiment ?

    On nous pardonnera ce raccourci, mais il faut bien parfois prendre une société dans son ensemble… N’est-il pas révélateur des dérives du Québec affairiste que depuis des semaines se déroulent d’un côté les conférences préparatoires au Sommet sur l’enseignement supérieur, où l’on débat ferme parce que les universités manquent d’argent, alors que de l’autre se bousculent les révélations à la commission Charbonneau, où l’argent circule à flots ?


    Cette toile de fond n’est pas anodine. Elle fait plutôt ressortir l’immense paradoxe auquel nous sommes arrivés. L’impôt, qui est l’outil que nos démocraties ont trouvé pour se donner les moyens de vivre en commun plutôt que selon la loi du plus fort, est maintenant perçu comme un écueil à éviter. Il n’est plus normal de payer sa juste part fiscale : cela fait fuir les individus à New York ou à Toronto, nous dit-on, et cela fait terriblement peur aux entreprises qui, dit-on aussi, ne voudront pas s’installer ici si l’on exige trop d’elles. D’ailleurs, nos gouvernements s’en gardent bien.


    Et pourtant, jour après jour après jour, la commission Charbonneau nous trace un tout autre portrait d’entreprises d’ici, qui n’hésitaient jamais à ouvrir leurs portefeuilles pour déverser des dizaines de milliers de dollars afin de contourner le système et s’attirer des avantages. Aucune pour protester contre cet « impôt » bien spécial qui leur était extorqué, aucune pour dire : assez, on m’exploite trop, je traverse en Ontario ou aux États ! Pourquoi se plaindre, c’était pour elles de « l’investissement ».


    Non, il ne manque pas d’argent au Québec. Mais ce dont on souffre, c’est de la perte du sens de la collectivité. Le débat sur le renflouement des coffres universitaires en offre un parfait exemple. Le Devoir plaide depuis longtemps pour une participation accrue du secteur privé dans le financement des universités. Non sur le mode direct, pernicieux arrimage de la formation aux aléas du marché du travail, mais en songeant à des formules comme la création d’un fonds de l’enseignement supérieur auquel les entreprises seraient invitées à contribuer - en tenant compte, évidemment, de divers paramètres.


    Un diplôme universitaire ne fait pas qu’enrichir son détenteur, comme le prouvent les statistiques ; une main-d’oeuvre qualifiée fait aussi la force d’une entreprise. Au Québec, le secteur privé ramasse les diplômés sur un plateau d’argent. Qu’exige-t-on de lui en retour ? Des broutilles en matière de formation continue, rien du côté de la recherche et du développement, et un simple encouragement bon enfant pour ce qui est des dons aux établissements d’enseignement. Mieux vaut prendre les 60 000 $ qui traînent au fond des tiroirs pour financer des élections…


    Il y a donc une large part d’iniquité dans le fait que la réflexion, par ailleurs nécessaire, sur le financement des universités n’est tournée que vers les étudiants. Faut-il ajuster les droits de scolarité à l’inflation, à la capacité de payer des familles, aux facultés fréquentées, aux universités mêmes, selon qu’elles sont de classe internationale ou de classe locale (hum !) ? Tenir compte des étudiants universitaires de première génération, donner un traitement préférentiel à ceux qui vont étudier en région ?… Questions fort pertinentes, qui imposent de bien définir ce que l’on attend d’une université au Québec.


    Mais les entreprises, elles ? N’auront-elles pour tout apport que de récolter un personnel bien formé aux frais un peu des jeunes et beaucoup d’un État que l’on ne veut plus financer ?

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel