Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Les leaders étudiants ont été «très, très durs» avec Line Beauchamp, reconnaît Martine Desjardins

    17 août 2012 |Jessica Nadeau | Éducation
    <div>
	Gabriel Nadeau-Dubois, Martine Desjardins et Léo Bureau-Blouin participaient jeudi à un atelier de l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde.</div>
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir
    Gabriel Nadeau-Dubois, Martine Desjardins et Léo Bureau-Blouin participaient jeudi à un atelier de l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde.
    Martine Desjardins, la présidente de la FEUQ, estime que les leaders étudiants ont été trop durs avec l’ancienne ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, qui a démissionné au plus fort de la crise étudiante en mai dernier. « C’est après coup que je m’en suis rendu compte, parce que sur le coup, je dois avouer qu’on a été très dur envers Mme Beauchamp. Très, très dur. »
     
    Avec le recul et l’annonce de la loi 78, Martine Desjardins dit avoir finalement compris pourquoi Line Beauchamp lui disait toujours : « Martine, tu ne peux pas me demander cela. » « C’était sa façon de nous dire qu’elle ne serait jamais capable d’obtenir ce que nous voulions. Mais je pense qu’elle voulait régler le dossier. Ça fait longtemps qu’elle nous aurait donné ne serait-ce qu’un moratoire, mais elle n’avait pas la possibilité de le faire. C’est la raison pour laquelle elle est partie. »
     
    La présidente de la FEUQ a tenu ces propos devant quelques centaines de citoyens — principalement des jeunes — dans le cadre d’un atelier de l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde qui se tenait jeudi soir à l’UQAM. Elle était accompagnée de ses anciens collègues Gabriel Nadeau-Dubois, qui a soulevé la foule à maintes reprises, et de Léo Bureau-Blouin, qui parle désormais comme un vrai politicien. Le débat, animé par l’animateur Simon Durivage, avait des allures d’un « club des ex » rajeuni.
     
    Legault ciblé

    Pour Martine Desjardins, le PLQ et la CAQ, c’est le « même mépris des jeunes ». Mais c’est surtout François Legault qui a été la cible des panellistes. « M. Legault est passé maître dans l’art de dire tout et son contraire », a lancé Martine Desjardins sous les applaudissements de la foule. Même si cette phrase semble tout droit sortie d’un discours de Jean Charest, elle jure, en riant, ne pas avoir été approchée, ni par le Parti libéral, ni par aucun autre parti. Gabriel Nadeau-Dubois non plus. Ce dernier a d’ailleurs précisé que s’il avait démissionné, c’était notamment pour ne pas servir « d’épouvantail » au Parti libéral qui aurait pu en profiter pour mener une campagne de peur.
     
    Pour Léo Bureau-Blouin et Martine Desjardins, la mobilisation doit maintenant passer par le vote. Mais Gabriel Nadeau-Dubois fait encore une fois classe à part. « Il ne faudrait pas surestimer les élections […] Les questions qui ont été posées par les grèves étudiantes sont graves et il n’y a aucun parti susceptible de prendre le pouvoir qui puisse répondre en profondeur aux interrogations qui ont été soulevées […] Tout cela ne sera pas réglé le 5 septembre. »
    <div>
	Gabriel Nadeau-Dubois, Martine Desjardins et Léo Bureau-Blouin participaient jeudi à un atelier de l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde.</div>
Gabriel Nadeau-Dubois croit qu’aucun parti politique ne pourra régler les problèmes soulevés par la lutte étudiante. Ses ex-collègues de la FECQ et de la FEUQ, réunis le temps d’un atelier à l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde jeudi soir, croient au contraire que la mobilisation doit désormais passer par le vote.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.