Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Manifestation devant Hydro-Québec: le «coup d’envoi du retour en grève», prévient la CLASSE

    8 août 2012 17h39 |Raphaël Dallaire Ferland | Éducation
    Quelques centaines de manifestants associés à la CLASSE se sont rendus ce midi devant l'édifice d'Hydro-Québec, sur le boulevard René-Lévesque à Montréal. Ils arrivaient du Square-Phillips, ayant parcouru une bonne partie du trajet au pas de course.
    Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Quelques centaines de manifestants associés à la CLASSE se sont rendus ce midi devant l'édifice d'Hydro-Québec, sur le boulevard René-Lévesque à Montréal. Ils arrivaient du Square-Phillips, ayant parcouru une bonne partie du trajet au pas de course.



    Après une course folle à travers le Quartier des spectacles, quelques centaines de manifestants ont bloqué l’entrée principale du siège social montréalais d’Hydro-Québec, mercredi après-midi.

    «Cette première manif-action annonce le retour en grève !», a scandé au mégaphone l’un des manifestants, juché aux pieds de la statue d’Édouard VII au Square Phillips, où quelques centaines de manifestants avaient répondu à l’appel à «une action de perturbation nationale», lancé par la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).

    Ce sont plutôt avec les journalistes que sont survenues les premières perturbations. Un employé de Radio-Canada a menacé d’«étaler» un manifestant qui jouait du sifflet pour tenter d’enterrer les entrevues offertes par Jeanne Reynolds et Camille Robert, coporte-paroles de la CLASSE. Une autre altercation a éclaté lorsqu’un black-bloquiste a jugé un peu trop intrusif le photographe qui a refusé d’arrêter de le bombarder de clichés.

    Dans la cohue médiatique, une question ressurgissait constamment: les manifestations favorisent-elles la réélection de Jean Charest, qui se présente comme le défenseur de la loi et l’ordre ? L’inaction est la meilleure manière d’aider le Parti libéral, répondaient Reynolds et Robert. En entrevue avec Le Devoir, Mme Reynolds a offert davantage de perspective: « Si on nous pose toujours la même question, cela veut dire que tout le monde sait que Jean Charest utilise le conflit à son avantage. Comment pouvons-nous être en train de lui donner des munitions si tout le monde voit clair dans son jeu ? »

    Perturbation symbolique

    La manifestation, déclarée illégale avant le départ pour absence d’itinéraire, a rapidement été qualifiée d’attroupement illégal par le Service de police de Montréal (SPVM) lorsque des morceaux d’asphalte ont été lancés vers les policiers.

    Les marcheurs ont prévenu les mesures de dispersion en se précipitant au pas de course vers le 75 boulevard René-Lévesque, scandant leurs slogans d’une fougue qui s’était alanguie jusqu'à la 100e manifestation de soir de la semaine dernière.

    «Hydro-Québec symbolise la hausse des tarifs imposés par le gouvernement depuis 2012 », a harangué Jeanne Reynolds devant les manifestants massés devant la porte avant du bâtiment.

    L’occupation était effectivement symbolique, puisque les «manif-acteurs» étaient trop peu nombreux pour bloquer aussi l’arrière du bâtiment, avant prendre la fuite à l’arrivée de l’escouade anti-émeute, qui est rapidement parvenue à libérer l’accès au bâtiment autour de 13 h.

    La manifestation s’est poursuivie pacifiquement – si ce n’est une altercation mineure entre deux étudiants et des employés de la construction défendant leurs cônes – jusqu’à ce que les protestataires regagnent les trottoirs au coin des rues Sainte-Catherine et University. Les insultes échangées entre passants et manifestants se sont progressivement transformées en débats civils sur les enjeux du mouvement étudiant.


    Quelques centaines de manifestants associés à la CLASSE se sont rendus ce midi devant l'édifice d'Hydro-Québec, sur le boulevard René-Lévesque à Montréal. Ils arrivaient du Square-Phillips, ayant parcouru une bonne partie du trajet au pas de course.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.