Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Des milliers de manifestants bravent la pluie pour participer à la marche de la CLASSE

    La fine pluie qui s'abattait sur Montréal n'aura pas eu raison des manifestants qui ont répondu en masse à l'invitation de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La fine pluie qui s'abattait sur Montréal n'aura pas eu raison des manifestants qui ont répondu en masse à l'invitation de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).
    Plusieurs milliers de personnes ont bravé la fine pluie qui tombait sur Montréal pour se réunir au parc Jeanne-Mance, cet après-midi, afin de prendre part à la marche organisée par la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).

    Ce rassemblement survient deux jours après la rupture des négociations entre les étudiants et le gouvernement Charest. «Armés» de parapluies et de casseroles, les étudiants et ceux qui les appuient n'avaient pas l'intention d'abandonner leurs différents moyens de pression.

    Les organisateurs de la marche estimaient la foule entre 5000 et 7000 personnes vers 15h. Puis, toujours selon le compte Twitter de la CLASSE, l'estimation a grimpé à 25 000 personnes à 16h. Le SVPM n'a quant a lui pas fourni d'évaluation.

    La grande manifestation, qui se voulait «familiale», a été déclarée illégale dès son commencement par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), puisque les organisateurs n'ont pas fourni leur itinéraire, selon le règlement municipal P-6. Mais comme d'habitude, le SPVM a indiqué que la marche pouvait se poursuivre si aucun acte criminel n'était commis.

    Plusieurs membres de Québec solidaire étaient aussi présents dans la manifestation, notamment Amir Khadir, Françoise David et Manon Massé.

    Vers 14h30, après le début de la marche, la foule s'est immobilisé au coin des avenues du Parc et Mont-Royal, où les deux porte-paroles de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois et Jeanne Reynolds, ont tenu un point de presse. M. Nadeau-Dubois a dit que la CLASSE était ouverte à une médiation avec le gouvernement, mais qu'elle souhaitait avoir son mot à dire sur le médiateur sélectionné.

    Le coporte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, a affirmé que cette manifestation allait doublement à l'encontre de la loi 78, ajoutant en être d'ailleurs très fier. Sa collègue Jeanne Reynolds a quant à elle réitéré le caractère inapplicable de la loi, ajoutant qu'elle attendait toujours son amende après toutes les manifestations illégales auxquelles elle a participé. M. Nadeau-Dubois a promis que la pression sur le gouvernement Charest se poursuivrait au même niveau tout au long de l'été.

    Les leaders ont affirmé qu'une régionalisation de la lutte était possible, puisque les étudiants allaient probablement retourner dans leur région natale pour l'été. Les manifestations seront peut-être plus petites, mais elles seront plus nombreuses, a-t-il poursuivi.

    Gabriel Nadeau-Dubois a aussi profité de l'occasion pour signaler que le regroupement étudiant ne prévoyait pas perturber le Grand Prix de Montréal, mais qu'il profiterait tout de même de cet événement pour faire connaître la cause défendue par les étudiants. «C'est normal qu'une crise sociale transparaisse lorsqu'il y a des événements publics», a-t-il plaidé. «Donc on va distribuer de l'information, des carrés rouges, pour que les touristes qui visitent le Québec soient au courant qu'il se passe quelque chose et qu'ils comprennent pourquoi ils voient des images de manifestations à la télévision tous les jours.»

    Par ailleurs, la CLASSE est réunie en congrès ce week-end pour établir son plan d'action estival, après l'échec des négociations avec le gouvernement pour tenter de résoudre le conflit étudiant.

    La coporte-parole Jeanne Reynolds a affirmé que la stratégie devait être peaufinée, notamment face à une situation politique de plus en plus floue. «M. Charest a laissé entendre qu'il y aurait peut-être des élections bientôt, mais on veut continuer la mobilisation», a-t-elle expliqué. «Jusqu'à maintenant, on pense que ce qui a vraiment mis de la pression sur le gouvernement, c'est le fait qu'il y ait des gens dans les rues. On est toujours prêts à négocier, mais on sent que c'est plutôt fermé en ce moment de la part du gouvernement.»

    La CLASSE s'engage à faire front commun avec les autres associations étudiantes si une nouvelle invitation à la table des négociations était lancée par le gouvernement Charest. «Il y a différentes associations avec des façons de faire différentes, et donc nous n'avons pas de plan d'action conjoint», a réitéré Jeanne Reynolds.

    Mme Reynolds estime par ailleurs qu'une élection ne serait pas une façon noble de résoudre le conflit. Le gouvernement, d'après elle, devrait plutôt faire des compromis, «piler sur son ego» et trouver des solutions.

    Pour l'ancien député péquiste Daniel Turp, un tel scénario électoral serait l'occasion pour les Québécois de choisir des dirigeants qui auront à coeur les étudiants et l'accès à l'université. «Les étudiants avaient des propositions raisonnables et le gouvernement devrait donner suite à leurs propositions. Et pour le débat plus global, il y aura des élections», a-t-il soutenu, ajoutant que la lutte actuelle en est une qui mérite d'être poursuivie.

    Une touriste américaine s'était jointe à la manifestation avec deux compatriotes, affirmant que la mobilisation au Québec était très excitante.«Il serait temps que les Américains se tiennent debout eux aussi; les droits de scolarité chez nous atteignent des sommets complètement fous», a souligné Maggie, une résidante du Vermont.

    Lors du congrès de la CLASSE demain, Gabriel Nadeau-Dubois demandera une prolongation de son mandat. Il entend demeurer à son poste jusqu'à la résolution de la crise étudiante, pour ensuite quitter sa fonction.
    La fine pluie qui s'abattait sur Montréal n'aura pas eu raison des manifestants qui ont répondu en masse à l'invitation de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE). Le coporte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois «Armés» de parapluies, de casseroles, de banderoles et de pancartes, les étudiants et ceux qui les appuient marchaient aujourd'hui dans les rues de Montréal dans la manifestation familiale organisée par la CLASSE. Quelques masques pour braver la loi 78 aujourd'hui à la manifestation organisée par la CLASSE.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.