Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Des juristes en toge marchent ce soir contre la loi 78

    Notaires et avocats iront en silence du palais de justice de Montréal jusqu'à la place Émilie-Gamelin

    28 mai 2012 13h14 | La Presse canadienne | Éducation
    Les juristes disent vouloir exprimer leur «désarroi» face à cette loi spéciale qu'ils estiment être «une atteinte disproportionnée aux libertés d'expression, d'association et de manifestation pacifique».
    Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir Les juristes disent vouloir exprimer leur «désarroi» face à cette loi spéciale qu'ils estiment être «une atteinte disproportionnée aux libertés d'expression, d'association et de manifestation pacifique».
    Un groupe de juristes sans affiliation particulière — notaires et avocats — quittera le palais de justice de Montréal vers 18 h 30 pour une marche silencieuse en direction de la place Émilie-Gamelin.

    Les juristes porteront la toge afin, disent-ils, «de rappeler la dignité inhérente à [leur] profession, et au système de justice fondé sur la primauté du droit et le respect des libertés fondamentales.»

    Ils disent vouloir ainsi exprimer leur «désarroi» face à cette loi spéciale qu'ils estiment être «une atteinte disproportionnée aux libertés d'expression, d'association et de manifestation pacifique».

    L'un des organisateurs, Me François Desroches, souligne que les sources de malaise des juristes face à la loi spéciale sont multiples.

    «Par rapport au droit de manifestation, comment l'exercice de manifestations est encadré, cela peut être problématique aux yeux de certains. Beaucoup de personnes m'ont fait part aussi que les amendes qui peuvent être imposées sont préoccupantes. La délégation de pouvoirs semble aussi problématique pour plusieurs.»

    Les juristes veulent aussi signifier leur préoccupation devant la perte de confiance prévisible d'un nombre croissant de citoyens envers les institutions judiciaires suite à l'adoption de cette loi.

    En tant que juristes, les protestataires observeront strictement la loi: ainsi, leur itinéraire a été remis aux policiers montréalais plus de huit heures à l'avance.

    Par ailleurs, en tant qu'officiers de justice, certains promettent de se loger aux premières lignes du combat pour faire invalider les dispositions de la Loi 78 qui leur semblent incompatibles avec la Constitution et les chartes des droits.

    L'appel a été lancé à tous les acteurs du milieu juridique mais il est déjà acquis que certains n'y répondront pas, au premier chef les juges: «Ce serait assez inhabituel parce que les juges, normalement, ont un très grand devoir de réserve», a fait valoir Me Desroches.

    Il croit également que les juristes de l'État, qu'il s'agisse de ceux qui sont à l'emploi du gouvernement ou encore des procureurs de la Couronne, pourraient avoir des réserves assez importantes.

    «Les avocats qui travaillent dans des organismes gouvernementaux ne voudront pas nécessairement s'afficher [...] Je peux comprendre la question éthique derrière cela et c'est tout à fait logique", a-t-il fait valoir.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel