Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Manifestations étudiantes - Près de 700 arrestations

    24 mai 2012 17h40 |Guillaume Bourgault-Côté | Éducation
    À Montréal, la 30e manifestation nocturne du conflit étudiant s’est terminée vers 1h du matin par l’arrestation massive de 475 personnes.
    Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir À Montréal, la 30e manifestation nocturne du conflit étudiant s’est terminée vers 1h du matin par l’arrestation massive de 475 personnes.
    Un total de près de 700 personnes ont été arrêtées cette nuit à Montréal (518) et Québec (176) au terme de manifestations jugées illégales par les services policiers. Dans la métropole, plusieurs ont dénoncé avoir été pris en souricière sans possibilité d'obtempérer aux ordres de la police.

    À Montréal, le service de police a donc procédé à 518 arrestations dans le cadre de la 30e manifestation nocturne consécutive. On compte 506 arrestations de groupe et 12 arrestations isolées (dont une pour avoir porté un masque). La plupart des arrestations réfèrent à une infraction au règlement municipal sur les attroupements illégaux.

    Les manifestations d'hier se sont pourtant bien déroulées, de l'avis général. Des participants à deux types de manifestations différentes ont été impliqués dans les arrestations de groupe. D'une part, la manifestation nocturne quotidienne qui part du parc Émilie-Gamelin a été déclarée illégale avant même de commencer, vers 20h30, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n'ayant pas reçu de trajet pré-établi. Un avis de dispersion a été lancé.

    Les policiers ont toutefois toléré la manifestation (environ 3000 personnes) pendant les premières heures parce qu'elle se déroulait sans anicroche (un peu comme la manifestation monstre de mardi, en partie illégale, mais tolérée d'un bout à l'autre). Parallèlement à cet événement, des centaines de Montréalais manifestaient de leur côté en participant au grand tintamarre de casseroles improvisé chaque soir depuis vendredi dans plusieurs quartiers de Montréal.

    Si le récit précis des événements demeure à éclaircir, il est confirmé qu'un contingent (plusieurs centaines de personnes) de frappeurs de casseroles parti de la rue Masson s'est dirigé vers le sud en empruntant notamment la rue Iberville. Selon notre photographe, présente tout au long de la soirée, ces manifestants ont défilé joyeusement dans les rues de Montréal. D'autres «casseroliers» partis de Villeray ou de la Petite-Italie ont aussi migré vers le sud au fil de la soirée.

    Puis, vers 1h, ces deux ou trois manifestations se seraient en partie rejointes au coin des rues Sherbrooke et Saint-Denis. Certains affirment que ce sont les policiers qui ont dirigé les gens vers ce point central. Selon le SPVM, «des objets [roches, pièces pyrotechniques] ont été lancés vers les policiers, indique le porte-parole Raphaël Bergeron. Nous avons lancé un nouvel appel à la dispersion, après quoi nous avons procédé à une arrestation de groupe.»

    Regroupés dans 17 autobus de la STM, les manifestants ont été transportés dans un centre de détention, où un processus d’identification est actuellement mené. Des constats d’infraction de 634 $ seront remis. Ils pourront être contestés.

    Méthodes contestées

    Mais ils étaient plusieurs ce matin à dénoncer la façon de procéder des policiers. Dans les médias électroniques et sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui expliquent avoir été pris en souricière sans avoir la possibilité de répondre à l'ordre de dispersion de la police. Si quelques projectiles ont été lancés, le caractère généralement pacifique de la manifestation n'est contesté par personne.

    Un participant indiquait ce matin au Devoir que les «casseroliers» de Rosemont, Villeray, Petite-Italie et du Plateau n'ont jamais été informés que la manifestation d'Émilie-Gamelin était illégale. Ils se sont fait arrêter dans l'un des rares quadrilatères où il n'y a pas de ruelles [pour se disperser]», affirme Julien Lacoste. Ce témoignage, semblable à d'autres, laisse entendre que le SPVM a créé la souricière pour surprendre les manifestants.

    Sauf qu'au SPVM, on indique que les avertissements ont été lancés, que les gens (surtout ceux partis du parc Gamelin) savaient pertinemment que la manifestation était illégale, et que la police a agi après avoir reçu des projectiles.

    Manifestation à Québec
     
    À Québec, c’est en vertu de la loi 78 et d'un règlement sur la sécurité routière que 176 personnes ont été arrêtées un peu avant minuit. Déclarée illégale dès le départ (trajet non fourni), la manifestation s’est déroulée dans le calme. Mais peu avant minuit, les policiers ont sévi et arrêté tous les participants qui faisaient un sit-in sur la rue Saint-Jean. Ils recevront un constat d'infraction de près de 500 $ pour avoir fait entrave à la circulation.






    À Montréal, la 30e manifestation nocturne du conflit étudiant s’est terminée vers 1h du matin par l’arrestation massive de 475 personnes. Selon les informations transmises par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) au Devoir à 7h45, ces 475 personnes ont été arrêtées en vertu du règlement municipal sur les attroupements illégaux. Les arrestations se sont faites au coin des rues Sherbrooke et Saint-Denis. Selon les informations transmises par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) au Devoir à 7h45, ces 475 personnes ont été arrêtées en vertu du règlement municipal sur les attroupements illégaux. Les arrestations se sont faites au coin des rues Sherbrooke et Saint-Denis. À Montréal, la 30e manifestation nocturne du conflit étudiant s’est terminée vers 1h du matin par l’arrestation massive de 475 personnes.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.