Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Loi spéciale - Rendez-vous devant les tribunaux

    Les étudiants s’adresseront à la cour pour faire invalider la loi spéciale

    Le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, a qualifié la loi 78 de loi « injuste », « arbitraire » et « inconstitutionnelle ».
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, a qualifié la loi 78 de loi « injuste », « arbitraire » et « inconstitutionnelle ».
    Les organisations étudiantes promettent de contester devant les tribunaux la loi spéciale adoptée hier par l’Assemblée nationale dans le but d’apaiser la crise. Malgré les amendements, cette « loi matraque » adoptée sous le bâillon est un affront « démesuré » au mouvement contre la hausse des droits de scolarité, selon les représentants étudiants.

    Ils avaient la mine déconfite, hier, lorsqu’ils ont rencontré la presse après l’adoption de la loi qui encadre les manifestations, prévoit des amendes pour les associations ou manifestants récalcitrants et suspend les sessions des étudiants en grève jusqu’à la fin de l’été. Mais ils étaient surtout en colère et assuraient que « c’est pas fini, tant que c’est pas fini », comme l’a dit la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins.


    Les étudiants répondront eux aussi par la voix des tribunaux, car « malgré les timides amendements d’aujourd’hui [hier], la loi qui a été adoptée reste une loi injuste, une loi arbitraire et surtout, une loi inconstitutionnelle », a dit le coporte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), Gabriel Nadeau-Dubois.


    Dès mardi, un premier recours en nullité sera déposé, a annoncé le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin. « Je ne vous cacherai pas que j’ai l’impression qu’il y a un peu de vengeance dans tout ça, que beaucoup de députés libéraux ont voulu utiliser la puissance de l’État pour démontrer aux étudiants que le gouvernement est plus puissant qu’eux. »

     

    Désobéissance ?


    En matinée, la CLASSE avait dit réfléchir à la possibilité d’inciter ses membres à la « désobéissance civile ». En fin de journée, M. Nadeau-Dubois a préféré se taire lorsqu’il a été questionné à ce sujet. « L’effet bâillon de cette loi-là fonctionne déjà, puisqu’elle m’empêche de répondre à votre question de la manière dont les membres de la CLASSE voudraient que je réponde. On va essayer d’être le plus créatif possible pour contester cette loi. »


    Le congrès de la Coalition décidera demain s’il transmettra son trajet au Service de police de la Ville de Montréal pour la manifestation nationale prévue ce mardi, ce qu’ordonne la nouvelle loi. « Il va y avoir de grandes discussions à ce sujet-là dimanche [demain] » avec les membres et des avocats.


    Les représentants de la FECQ et de la FEUQ ont quant à eux invité leurs membres à respecter la loi spéciale.


    Au-delà de la contestation judiciaire et des manifestations, Martine Desjardins promet que le gouvernement libéral trouvera les jeunes sur son chemin. « Nous nous en souviendrons, les jeunes, aux prochaines élections. »


    Le Mouvement des étudiants socialement responsables du Québec (MESRQ) se « résigne » à respecter la loi. Ce mouvement regroupant des étudiants favorables à la hausse des droits de scolarité avait dénoncé jeudi le projet de loi. « On se résigne et on invite les associations étudiantes à le faire aussi, mais on croit toujours que ça aurait dû être utilisé en dernier recours », a expliqué la présidente, Karolane Baillargeon. Le mouvement espère que la mesure permettra un retour en classe.


    Hier soir, plusieurs milliers de personnes ont participé à la manifestation de nuit à Montréal. Le trajet avait été transmis aux policiers en avance. Au moment de mettre sous presse, des cocktails Molotov avaient été lancés aux policiers qui ont répliqué, mais la marche se poursuivait.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.