Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Colère contre le Parti libéral

    5 mai 2012 | Le Devoir | Éducation
    Une manifestation a rapidement été qualifiée «d’émeute» par les policiers, hier, devant le Centre des congrès de Victoriaville où se tient le conseil général du Parti libéral du Québec.
    Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir Une manifestation a rapidement été qualifiée «d’émeute» par les policiers, hier, devant le Centre des congrès de Victoriaville où se tient le conseil général du Parti libéral du Québec.
    Les habituelles scènes d’affrontements entre forces policières et étudiants dans la métropole se sont transportées à Victoriaville, hier, où les militants libéraux de Jean Charest étaient réunis en conseil général pour se donner un programme électoral. En moins d’une heure, la scène a complètement dégénéré.

    Une manifestation organisée par les groupes membres de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics avait réuni environ 2000 personnes au point de départ, dans le stationnement de la succursale locale d’un Walmart, qui avait fermé ses portes à la mi-journée avant le début de la grand-messe annoncée. Les manifestants étaient là pour « dénoncer l’intransigeance d’un gouvernement qui fait la sourde oreille à toutes les revendications citoyennes », dont celles concernant la hausse des droits de scolarité. Au moins 55 autobus avaient transporté des personnes provenant d’un peu partout au Québec. « Colère générale contre le Parti libéral », ont scandé les manifestants. Les policiers étaient omniprésents, dans les rues et jusque sur le toit d’un hôtel.

    La foule a entrepris une marche de moins d’un kilomètre. Arrivés devant le Centre des congrès où se déroule le conseil général du PLQ, des protestataires ont renversé les clôtures installées pour empêcher l’accès au bâtiment et des pétards auraient été lancés. Rapidement, alors que la période des discours commençait à peine, la manifestation a été déclarée illégale par la Sûreté du Québec (SQ) et les escouades antiémeutes présentes en grand nombre ont usé de grenades assourdissantes et de dizaines de jets de gaz irritants pour repousser la foule. Des manifestants, dont certains étaient masqués, auraient lancé divers projectiles en direction du bâtiment.


    Le conseil général, qui se déroule à huis clos, a commencé à ce moment, après que les portes de l’édifice ont été verrouillées. Une vitre du hall du Centre des congrès a volé en éclats, tandis que la police antiémeute forçait les étudiants aux abords de l’édifice à s’éloigner.


    Au total, sept manifestants ont été blessés, tout comme quatre policiers. Le nombre d’arrestations était inconnu au moment de mettre sous presse.


    Selon la SQ, des manifestants ont lancé vers les policiers des boules de billard et ont attaqué les agents avec des objets contondants. Des images au Réseau de l’information (RDI) montraient des personnes frappant un policier au sol.


    La SQ promet de faire la lumière sur le déroulement de l’opération. « Mais je le répète, la Sûreté du Québec a agi avec rapidité, avec professionnalisme et rigueur, a dit le capitaine Jean Finet en point de presse après l’opération. La SQ ne ménagera pas ses efforts pour retrouver les auteurs des crimes qui ont été commis, autant des méfaits que des actes qui auraient été commis à l’égard d’autres citoyens ou de policiers. »


    Plusieurs manifestants dénonçaient plutôt l’attitude agressive des policiers. « On déplore l’usage excessif de la force policière, a dit Véronique Laflamme du Front d’action populaire en réaménagement urbain, membre de la coalition organisatrice de la marche. Des balles de caoutchouc ont été utilisées et les gaz ont été utilisés abusivement. La police n’a donné aucun avis de dispersion. »


    Plus tôt en journée, le premier ministre Jean Charest avait déclaré ne pas croire que les manifestations étudiantes allaient perturber les travaux des militants libéraux. Devant les journalistes, M. Charest s’était montré serein et rassurant. « Ça fait partie de la vie politique qu’il y ait des moments comme ça qui sont plus intenses. Espérons que ça se passe bien, je pense que ça va bien se passer », avait dit M. Charest, lors d’un bref point de presse non planifié, à son arrivée à Victoriaville.


    Il en aura été tout autrement, pendant près de deux heures. Depuis Québec, où ils étaient en rencontre avec le représentant du gouvernement dans les négociations sur le conflit actuel, les représentants des associations étudiantes nationales ont lancé un appel au calme.


    Des mesures de sécurité exceptionnelles entourent le Centre des congrès, ceinturé de clôtures, où se situe l’événement ce week-end. La SQ a déployé un imposant contingent de policiers, beaucoup plus qu’habituellement pour ce genre d’événement, afin de permettre aux libéraux de se rencontrer sans être intimidés. À l’hôtel Le Victorin, attenant au Centre des congrès, ce sont des policiers de la SQ qui accueillent visiteurs et clients. Dans les couloirs de l’hôtel, on ne peut faire un pas sans croiser un agent de la SQ.


    Tout le week-end, les travaux des militants libéraux feront suite aux résolutions adoptées lors du congrès du PLQ de l’automne dernier.


    Depuis des jours, la ville de Victoriaville était sur un pied d’alerte. Hier, devant le Centre des congrès, le maire de la ville, Alain Rayes, multipliait les entrevues, comme il le fait depuis quelques jours, pour énumérer les nombreuses mesures préventives prises en vue d’éviter que les commerçants subissent des dommages à la suite du passage des manifestants.


    Le maire a mis sur pied une cellule de crise, pour s’assurer que les services d’urgence (pompiers, ambulances) seraient disponibles, au besoin.


    Voisin du Centre des congrès, un concessionnaire d’automobiles a dû soustraire ses véhicules à la vue des passants.


    À quelques kilomètres du Centre des congrès, le cégep de Victoriaville, qui a tourné le dos au mouvement de grève, a fermé ses portes il y a deux jours, pour éviter tout risque de casse.


    L’événement a aussi provoqué un déploiement médiatique impressionnant. Tout ce branle-bas fera l’affaire des hôteliers : à des kilomètres à la ronde, on ne trouve plus une seule chambre d’hôtel.


    À Montréal, une onzième manifestation nocturne a encore une fois rassemblé des centaines de personnes pour une très longue marche.


     

    D’après La Presse canadienne et l’AFP

    Une manifestation a rapidement été qualifiée «d’émeute» par les policiers, hier, devant le Centre des congrès de Victoriaville où se tient le conseil général du Parti libéral du Québec. <div>
	Une manifestation a rapidement été qualifiée «d’émeute» par les policiers, hier, devant le Centre des congrès de Victoriaville où se tient le conseil général du Parti libéral du Québec.</div>
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel