Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Une nouvelle manifestation est prévue à Montréal en soirée

    L'Association générale des étudiants du Collège Édouard-Montpetit veut que la ministre relance les négociations

    26 avril 2012 16h29 |La Presse canadienne | Éducation
    Dans son invitation à la manifestation, l’AGECEM déclare que «la paix sociale est terminée».
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Dans son invitation à la manifestation, l’AGECEM déclare que «la paix sociale est terminée».
    Il pourrait y avoir une manifestation tous les soirs jusqu’à ce que la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, «cesse ses enfantillages, réinvite la CLASSE et relance les négociations», met en garde une association étudiante montréalaise.

    Voilà la proposition qu’a faite sur Facebook l’Association générale des étudiants du Collège Édouard-Montpetit (AGECEM), qui invite la population à une autre manifestation de soirée à Montréal, la troisième en autant de soirs.

    Mardi et hier, des rassemblements similaires se sont soldé par des gestes de violence et de vandalisme, menant à des affrontements musclés avec les policiers.

    Dans son invitation, l’AGECEM déclare que «la paix sociale est terminée» puisque la ministre Line Beauchamp, selon l’association, «déclare pratiquement la guerre civile au Québec» en excluant la Coalition large de l’association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) de la table des négociations.

    Hier, le centre-ville Montréal a été le théâtre d’importants débordements alors que les policiers ont procédé à 85 arrestations, dont trois mineurs, lorsqu’une autre manifestation a mal tourné.

    Galvanisées par l’exclusion de la CLASSE et la rupture des négociations avec les associations étudiantes, des milliers de personnes étaient réunies à la Place Émilie-Gamelin. Un peu plus d’une heure après le début de l’événement, la manifestation a été déclarée illégale à cause d’actes de vandalisme. Des vitrines de commerces ont été fracassées, des voitures ont été abîmées, dont une qui a été incendiée et, plus tard en soirée, un poste de police a été la cible de casseurs.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel