Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    40 heures, deux offres, deux refus

    Les négociateurs n’avaient pas le mandat de discuter hausse des droits de scolarité

    26 avril 2012 |Le Devoir | Éducation
    Durant les quelque 40 heures de discussions entre les quatre associations étudiantes et les négociateurs du gouvernement, deux offres ont été mises sur la table et refusées sur-le-champ, a appris Le Devoir. Il s’agissait d’abord d’une autre bonification de l’aide financière aux études ; et ensuite, d’une commission (temporaire) qui aurait suggéré des recommandations à la ministre en matière de gestion des universités.

    La douzaine de représentants d’association ont expliqué qu’ils souhaitaient parler de la hausse des droits de scolarité. Ils se sont fait répondre par les négociateurs du gouvernement que ceux-ci n’avaient aucun mandat pour aborder ce sujet.

    Les pourparlers ont eu lieu à partir de 16 h lundi jusqu’à minuit. Mardi ils ont discuté toute la journée ; mais hier, il n’y a pas eu de rencontre. La reprise devait avoir lieu hier matin, mais le gouvernement l’a d’abord repoussée à l’après-midi, au terme du Conseil des ministres. Vers 13 h, le négociateur du gouvernement Pierre Pilote a averti les associations que la CLASSE « s’était exclue » des pourparlers. Outre M. Pilote, le gouvernement était représenté par le secrétaire au conseil du Trésor Clément D’Astous et la sous-ministre du MELS Christiane Piché. La ministre Beauchamp n’a assisté qu’à quelques heures de discussions mardi matin.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel