Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettres - Dénoncer la violence

    23 avril 2012 | Vincent Rossignol - Lavigne, Ontario, le 20 avril 2012 | Éducation
    Je suis d’accord avec la ministre de l’Éducation. Dénonçons la violence… la violence policière. Quand un État se met à frapper ses enfants, on est vraiment tombés très creux.

    Quelle leçon de vie montrons-nous à nos enfants ? Entre une douzaine de yahous qui lancent de la peinture rouge sur un mur, une bouteille prétendument remplie d’essence déposée devant un bureau de ministre et une brutalité policière envers nos enfants… quelle violence est la pire ? La ministre a trouvé les allumettes, et elle veut mettre le feu aux poudres pour ne pas parler des vrais enjeux…


    Je n’en ferais pas ma gardienne d’enfants, encore moins une ministre de l’Éducation du Québec. L’intimidation de l’État envers nos enfants est une honte nationale.


    L’utilisation de sophismes, de fausses vérités n’est pas, je l’espère, le genre d’adulte dont la ministre nous donne le prototype de ce que seront les Québécois de demain…


    Il est temps qu’elle parte…


    ***

    Vincent Rossignol - Lavigne, Ontario, le 20 avril 2012

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel