Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Un premier établissement annule la session des étudiants en grève

    21 avril 2012 |Mélissa Guillemette | Éducation
    Les policiers de Montréal ont été forcés de fuire les manifestants et de réclamer l’assistance de la Sûreté du Québec.<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les policiers de Montréal ont été forcés de fuire les manifestants et de réclamer l’assistance de la Sûreté du Québec.
    Des universités touchées par le mouvement de grève des étudiants contre la hausse des droits de scolarité tentent d'apaiser le climat. Et un premier établissement d'enseignement annule la session des étudiants en grève.

    Le Conservatoire de musique de Montréal, où la grève dure depuis quatre semaines, a annoncé que la session des étudiants qui avaient cumulé deux absences et plus dans chaque cours était annulée. Les cours seront repris à la prochaine session, sans remboursement et avec la mention «incomplet temporaire». L'Association étudiante du Conservatoire de musique de Montréal a dénoncé la décision jugée «discriminatoire» pour les personnes qui «ont choisi de respecter le boycott des cours».

    L'Université du Québec en Outaouais a quant à elle décidé de suspendre de nouveau les cours lundi. La direction avait décidé de fermer l'établissement hier pour permettre aux étudiants de tenir leur assemblée générale, mais elle a finalement été reportée à une date ultérieure. La direction estime néanmoins «qu'une pause additionnelle est nécessaire avant de pouvoir reprendre l'offre des cours», après une semaine particulièrement mouvementée au cours de laquelle plusieurs centaines de manifestants ont été arrêtés.

    Le syndicat des professeurs de l'université a d'ailleurs dénoncé hier le «climat de peur» sur le campus. Le syndicat s'inquiète de la présence massive d'agents de police et du fait que certains professeurs et étudiants se sont retrouvés coincés dans des immeubles ou dans les stationnements ces derniers jours. Les professeurs dénoncent particulièrement le cas de la centaine d'arrestations survenues dans la cafétéria de l'université, jeudi. «Les professeurs ne peuvent pas être tenus d'enseigner dans des conditions anormales ne permettant pas une relation pédagogique», affirment-ils.

    Les professeurs de l'Université de Sherbrooke, où une injonction obtenue par des étudiants forçait théoriquement un retour en classe jeudi, ont aussi fait part de leurs craintes à leur employeur hier. Les cours n'ont toujours pas repris pour les facultés en grève.

    La direction de l'Université de Montréal (UdeM) a pour sa part décidé de ne pas déposer de demande afin que soit renouvelée l'injonction qu'elle avait obtenue il y a une dizaine de jours et qui obligeait les étudiants à ne pas bloquer les entrées de l'établissement. La direction s'est entendue avec la Fédération des associations étudiantes du campus de l'UdeM, qui s'est engagée à défendre auprès de ses membres le respect des règles et l'esprit de l'injonction. C'est après l'obtention de cette injonction que le pavillon Roger-Gaudry avait été vandalisé.Les cours visés par le débrayage sont toujours suspendus à l'UdeM.

    Par ailleurs, le site du ministère de l'Éducation a de nouveau été bloqué hier pendant plusieurs heures. Des étudiants étaient parvenus à bloquer le site Web du ministère et du Parti libéral il y a une semaine.

    Les étudiants du cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, où la direction a tenté de forcer un retour en classe lundi dernier, ont reconduit la grève hier, tout comme ceux du cégep régional de Lanaudière. La direction du cégep de Saint-Jean s'est engagée «à respecter le vote». Les étudiants inscrits aux études supérieures à l'Université Laval ont pour leur part voté une grève générale illimitée hier, deux semaines après avoir voté contre une reconduction de leur mandat de grève.

    Le nombre d'étudiants en grève serait légèrement en hausse, établi à 176 000 personnes.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel