Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les hôpitaux risquent de manquer de personnel

    Les établissements pourraient être privés de centaines de finissantes en soins infirmiers

    12 avril 2012 |La Presse canadienne | Éducation
    Les étudiants ont poursuivi leurs actions de contestation hier en bloquant la circulation au centre-ville de Montréal et en forçant l’intervention des policiers.<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les étudiants ont poursuivi leurs actions de contestation hier en bloquant la circulation au centre-ville de Montréal et en forçant l’intervention des policiers.
    Québec — Les hôpitaux pourraient bien manquer de personnel cet été si la grève étudiante perdure.

    C'est ce que déplore le syndicat des infirmières, qui exhorte le gouvernement Charest à agir «rapidement de façon responsable» pour régler la crise à la satisfaction des grévistes.

    Le gouvernement «court un risque», celui d'être en pénurie de main-d'oeuvre dans les hôpitaux, a martelé la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), Régine Laurent, dans une entrevue récente à La Presse canadienne.

    Elle estime la cohorte annuelle habituelle des finissantes de 1000 à 1200. Elle soutient que, si rien n'est fait, les établissements du réseau seront privés de plusieurs centaines de finissantes, mais également des externes, des étudiantes de deuxième année qui gagnent une expérience essentielle en milieu de travail.

    «Elles sont tout aussi importantes que les finissantes, et cela permet aux établissements de les fidéliser, de les retenir quand elles finiront leurs études», a-t-elle indiqué.

    Elle a rappelé que son syndicat en conseil fédéral avait récemment réitéré son «appui à la lutte étudiante», même si ses membres pourraient être affectés par le manque de relève à courte échéance. «Je suis d'accord avec l'argumentation [de mes membres], selon laquelle on aime mieux souffrir maintenant et s'assurer qu'on aura du monde qui viendra nous remplacer plus tard, davantage de finissants dans les cohortes, au lieu de risquer d'avoir moins de monde dans nos professions en raison de la hausse des droits de scolarité.»

    Elle a reconnu toutefois qu'il est difficile de chiffrer la pénurie à venir, car ce ne sont pas tous les départements de sciences infirmières dans les collèges et les universités qui sont perturbés par les mouvements de protestation.

    Les employeurs, c'est-à-dire les hôpitaux et les centres d'hébergement et de soins de longue durée, observent aussi la situation. La porte-parole de l'Association québécoise des établissements de santé et des services sociaux (AQESS), Catherine Bourgault-Poulin, a affirmé hier que les membres sont «préoccupés» par l'impasse et ses conséquences sur la gestion des effectifs.

    «C'est certain que, plus ça avance, plus c'est préoccupant, puisque les vacances dans le réseau sont normalement du 15 mai au 15 septembre, donc le gros des embauches a lieu à compter du 15 mai», a-t-elle précisé.

    «J'ai l'impression qu'il y aura des impacts. Quels seront-ils exactement?», a-t-elle demandé.

    En effet, elle ignore combien d'emplois sont en jeu et sont à pourvoir. Son association reste par ailleurs prudente et ne souhaite pas s'engager sur le terrain politique. «On espère avoir le même nombre d'embauches que les années précédentes», a-t-elle dit, non sans souhaiter de vive voix une solution rapide.

    Les gestionnaires du réseau partagent également ces inquiétudes. Le président de l'Association des directeurs généraux des services de santé et des services sociaux du Québec, André Côté, a notamment rappelé que des établissements en région comptent beaucoup sur les cohortes d'étudiants des cégeps locaux pour combler leurs besoins de main-d'oeuvre.

    Selon lui, il est donc «possible» que les retards dans les sessions scolaires «causent certaines perturbations».
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel