Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les étudiants proposent de «couper dans le gras» des budgets des universités

    Les hôpitaux s'inquiètent de manquer de personnel cet été

    11 avril 2012 15h17 |La Presse canadienne | Éducation
    Les policiers ont dispersé ce matin les quelques dizaines d’étudiants qui bloquaient l’entrée d’un immeuble de la Banque Nationale situé sur la rue de la Gauchetière Ouest, à Montréal.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les policiers ont dispersé ce matin les quelques dizaines d’étudiants qui bloquaient l’entrée d’un immeuble de la Banque Nationale situé sur la rue de la Gauchetière Ouest, à Montréal.
    Des leaders étudiants proposent une série de mesures pour «couper dans le gras» dans les budgets des universités, selon leur expression, afin d’accroître les investissements dans la recherche et l’enseignement universitaires, sans pour autant hausser les droits de scolarité.

    En conférence de presse, ce matin, les représentants de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) ont indiqué avoir identifié des compressions possibles de 300 millions $ sur cinq ans dans les budgets des universités.

    Ils proposent notamment de geler pendant cinq ans les fonds liés à l’informatique, aux communications, à l’administration et aux investissements immobiliers.

    Les fédérations étudiantes demandent également une diminution des salaires des recteurs des universités à chartre, pour les arrimer à ceux du réseau de l’Université du Québec. Les étudiants réclament aussi des coupes dans les budgets liés au personnel de gestion.

    Ces différentes mesures permettraient de dégager un surplus supérieur à ce que représenterait la hausse des droits de scolarité, sans pour autant accroître le fardeau fiscal des Québécois, font valoir les leaders étudiants.

    Inquiétudes dans le milieu de la santé

    Par ailleurs, les hôpitaux pourraient bien manquer de personnel cet été si la grève étudiante perdure.

    C’est ce que déplore le syndicat des infirmières qui exhorte le gouvernement Charest à agir «rapidement de façon responsable» pour régler la crise à la satisfaction des grévistes.

    Dans une entrevue récente à La Presse Canadienne, la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), Régine Laurent, soutient que si rien n’est fait, les établissements du réseau seront privés de plusieurs centaines de finissantes, mais également des externes, des étudiantes de deuxième année qui sont tout aussi importantes.

    Les établissements de santé et des services sociaux observent aussi la situation. La porte-parole de leur association, Catherine Bourgault-Poulin, a affirmé que les membres sont préoccupés par l’impasse et ses conséquences sur la gestion des effectifs.

    Les directeurs généraux et leurs adjoints partagent également ces inquiétudes. Le président de leur association, André Côté, a notamment rappelé que des établissements en région comptent beaucoup sur les cohortes d’étudiants des cégeps locaux pour combler leurs besoins de main-d’oeuvre.

    Selon lui, il est donc «possible» que les retards dans les sessions scolaires «causent certaines perturbations».

    D'autres manifestations

    Douze manifestations en douze heures: c’est le programme établi par les étudiants à Montréal pour aujourd'hui.

    Le mouvement de contestation contre la hausse des droits de scolarité s’était ancré au Square Victoria tout au long de la journée.

    Pendant ce temps, des groupes d’étudiants menaient des actions de perturbation à plusieurs endroits névralgiques de la métropole. La Grande Bibliothèque, l’édifice Loto-Québec, le magasin La Baie de la rue Sainte-Catherine, le complexe Desjardins ont notamment été visités par les manifestants.

    La journée avait débuté tôt pour les étudiants, alors que plusieurs dizaines d’entre eux s’étaient massés, dès 7h, devant l’immeuble de la Banque Nationale sur la rue de la Gauchetière Ouest pour en bloquer l’accès.

    Vers 9h45, les policiers ont eu recours à du gaz irritant pour disperser les manifestants. Un homme de 23 ans a été arrêté pour voies de fait à l’endroit d’un policier. Un autre manifestant a été blessé à la cheville en quittant les lieux à la course.

    Une dame, qui a été victime d’un malaise à l’intérieur de l’immeuble, a dû attendre que les policiers libèrent l’entrée de l’édifice avant d’être prise en charge par Urgences Santé.

    Des étudiants ont également tenu des manifestations à Québec. Des succursales de la CIBC et de la Banque Nationale ont été occupées par des étudiants.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel