Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La lutte des étudiants est juste, dit Guy Rocher

    L'un des penseurs du système d'éducation québécois prône l'abolition des droits de scolarité

    11 avril 2012 | Lisa-Marie Gervais | Éducation
    Le principe de la gratuité scolaire est toujours d’actualité, estime le sociologue Guy Rocher.<br />
    Photo : Jacques Grenier - Le Devoir Le principe de la gratuité scolaire est toujours d’actualité, estime le sociologue Guy Rocher.
    À lire: la lettre ouverte de Guy Rocher et Yvan Perrier (PDF)
    Le sociologue Guy Rocher a choisi son camp: c'est dans la rue avec les étudiants qu'il trouve sa place depuis le début du mouvement de grève. Et au-delà du gel des droits de scolarité, c'est pour le principe de la gratuité scolaire qu'il milite, une lutte qu'il qualifie de «juste», a-t-il confié en entrevue au Devoir. «La gratuité est souhaitable, a rappelé M. Rocher. En adoptant ce principe de départ, ça nous impose de repenser les politiques tout autrement. Tant qu'on est dans le débat du gel et du dégel, on reste sur une discussion de chiffres qui tournent en rond.»

    Dans une lettre qu'il cosigne avec Yvan Perrier, enseignant en sciences politiques au cégep du Vieux-Montréal, M. Rocher soutient que les droits de scolarité constituent une mesure «régressive». «Seuls les étudiants en provenance de milieux aisés peuvent l'envisager. Pour les autres, ils assumeront difficilement les augmentations qu'on veut leur imposer», peut-on lire.

    M. Rocher rappelle d'ailleurs que l'élimination des droits de scolarité est la position qu'avait adoptée la commission Parent en 1965, grande commission dont il faisait partie et qui a mené à la création des cégeps et du ministère de l'Éducation. Pour des raisons conjoncturelles, étant donné les grandes dépenses du gouvernement, qui s'apprêtait à réformer tout le système, l'argent n'a pas été consacré à cette gratuité. «Mais on espérait qu'à plus ou moins long terme, la gratuité soit appuyée. Sauf que tranquillement, le gouvernement a plutôt adopté la perspective néolibérale du consommateur-payeur», déplore ce professeur de l'Université de Montréal et chercheur au Centre de recherche en droit public.

    Pas une utopie


    Envers et contre tous ses détracteurs, la gratuité n'est pas une utopie, scande-t-il. Même qu'elle n'aurait coûté que 750 millions en 2011-2012, soit 1 % du budget du gouvernement du Québec, selon les données du ministère des Finances. Il en appelle à revoir les politiques gouvernementales du Québec. «Il n'y a pas plusieurs endroits où on peut aller chercher des fonds. C'est dans les fonds publics. Et quand je vois les dépenses que l'on projette de faire pour le Plan Nord et dont on est loin d'être certains que ça va rapporter, j'ai l'impression qu'on fait des dons énormes à des compagnies. Comment peut-on en même temps faire de tels dons à des entreprises qui s'en prennent à nos ressources naturelles et refuser aux étudiants l'investissement pour assurer leur avenir à l'université? Ce sont là des choix politiques.»

    Mais la gratuité est-elle possible à l'aune de la mondialisation? «C'est vrai qu'on vit dans un monde élargi de compétition, mais il y a d'autres pays qui vivent dans le même monde que nous et qui ont adopté de tout autres politiques», souligne-t-il en faisant allusion à la Scandinavie, où la gratuité est une idée plus répandue. «J'ai l'impression que la Finlande a lu le rapport Parent et qu'elle l'a appliqué!»

    Le principe de gratuité des années 60 avait certes pour objectif la démocratisation et l'accessibilité aux études supérieures. Mais près de 50 ans plus tard, cela est toujours d'actualité, affirme M. Rocher. «Le Québec n'est pas la province la plus en avance en ce qui concerne la fréquentation universitaire», croit-il. «Quand je regarde les chiffres de la hausse, ce qui m'inquiète c'est qu'on nous propose de revenir, en 2017, à ce que ça coûtait en droits de scolarité en 1968. Mais comment pense-t-on qu'on avance en revenant à la situation de 1968? Et c'est dangereux de transposer en dollars constants. C'est un important retour en arrière», a dit ce grand défenseur de l'État-providence.

    Un gouvernement aveugle

    Au lieu de s'enliser dans une impasse, le gouvernement aurait mieux fait de tenir un débat plus large sur le financement des universités pour revaloriser leur rôle, croit Guy Rocher. «C'est ça qui nous manque. C'est l'absence de dialogue avec une grande partie des citoyens du Québec que sont les étudiants. Par son attitude, le gouvernement entretient un climat malsain et c'est lui qui va finir par payer à la longue.»

    Le professeur s'étonne de la mauvaise analyse que font les ministres, et leurs conseillers, concernant le projet de la hausse des droits de scolarité. «J'ai peur qu'au gouvernement, on ait mal apprécié l'importance de ce mouvement. Par exemple, la grande marche des 200 000 personnes le 22 mars aurait dû ouvrir les yeux au gouvernement», a-t-il noté.

    La proposition de bonifier les prêts faite par Québec la semaine dernière n'est que de la poudre aux yeux. «Le gouvernement n'est pas assez naïf pour croire qu'après 52 jours de grève, les étudiants allaient bien recevoir leur proposition. [...] Ce gouvernement a des stratégies de myopie, ou bien il pense pouvoir casser le mouvement. C'est probablement une autre erreur de ce gouvernement. C'est comme ça que j'interprète l'impasse», a-t-il expliqué.

    D'ailleurs, hormis ses revendications, le printemps étudiant actuel ne ressemble pas aux mouvements qui l'ont précédé, «par son étendue et sa constance de frappe», remarque Guy Rocher. «Je suis très impressionné par le fait qu'il y a en ce moment, dans le milieu étudiant, un assez grand nombre de personnes qui partagent le même point de vue, la même opposition, la même résistance aux politiques actuelles. À cet égard, c'est novateur, a-t-il conclu. C'est révélateur d'un changement d'attitude dans une partie de la jeunesse, qui voit dans la hausse des droits de scolarité autre chose que seulement la hausse des droits, mais qui voit aussi des politiques sociales et une conception de la société à changer.» Une société qui aurait tout intérêt, selon lui, à être de cette «lutte juste» qui n'est pas celle de la «juste part».
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel