Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les associations étudiantes rejettent la proposition de Québec

    Des étudiants organisent par ailleurs un «chemin de croix de l'éducation» à Montréal

    6 avril 2012 16h57 |La Presse canadienne | Éducation
    Les porte-paroles de la CLASSE, Jeanne Reynolds et Gabriel Nadeau-Dubois, ont déclaré qu'ils feront front commun avec les représentants de la FEUQ et de la FECQ pour faire fléchir le gouvernement sur la question des droits de scolarité.<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les porte-paroles de la CLASSE, Jeanne Reynolds et Gabriel Nadeau-Dubois, ont déclaré qu'ils feront front commun avec les représentants de la FEUQ et de la FECQ pour faire fléchir le gouvernement sur la question des droits de scolarité.
    Les associations étudiantes rejettent en bloc la proposition de la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, sur la bonification du régime de prêts et appellent les étudiants à poursuivre la grève.

    En point de presse cet après-midi, les leaders des trois associations étudiantes nationales ont qualifié d'insultante la proposition formulée hier par le gouvernement Charest.

     

    La ministre Beauchamp avait annoncé la bonification du programme de prêts étudiants, tout en instaurant un régime de remboursement proportionnel au revenu des futurs diplômés. Par contre, le gouvernement du Québec demeure inflexible sur l'enjeu fondamental de la grogne étudiante: pas question de renoncer aux hausses de 1625 $ en cinq ans des droits de scolarité.
     

    Les représentants de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) ainsi que de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) ont déclaré qu'ils feront désormais front commun pour faire fléchir le gouvernement sur la question des droits de scolarité.
     

    Ils ont affirmé se sentir plus près que jamais de la victoire, alors que des discussions ont été entamées avec le ministère de l'Éducation pour organiser une rencontre avec la ministre Beauchamp au début de la semaine prochaine.

    Un «chemin de croix de l'éducation» à Montréal
     

    Plus tôt dans la journée, des étudiants ont continué de manifester contre la hausse des droits de scolarité.
     

    Des dizaines d'entre eux avaient organisé un «chemin de croix de l'éducation» dans les rues de l'arrondissement Outremont, à Montréal. La manifestation avait débuté vers midi au métro Édouard-Montpetit pour se terminer devant les bureaux du ministre des Finances, Raymond Bachand.
     

    Cette initiative de l'Association des étudiants de Polytechnique visait à démontrer que le gouvernement Charest est en train «de tuer l'accessibilité aux études», selon sa présidente Patricia Boivin.
     

    Au moins deux autres manifestations étudiantes étaient aussi organisées, l'une à Sainte-Thérèse dans les Laurentides et l'autre à Saguenay.

    Les porte-paroles de la CLASSE, Jeanne Reynolds et Gabriel Nadeau-Dubois, ont déclaré qu'ils feront front commun avec les représentants de la FEUQ et de la FECQ pour faire fléchir le gouvernement sur la question des droits de scolarité.<br />
Le «chemin de croix de l'éducation»...
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel