Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Droits de scolarité: mince ouverture de Jean Charest sur les prêts et bourses

    Des manifestations d'étudiants sont organisées dans plusieurs villes du Québec

    27 mars 2012 16h21 | La Presse canadienne | Éducation
    À Montréal, au siège de la SAQ, la manifestation a donné lieu à des échauffourées, alors que les employés attendent encore d'avoir accès à leur lieu de travail.
    Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir À Montréal, au siège de la SAQ, la manifestation a donné lieu à des échauffourées, alors que les employés attendent encore d'avoir accès à leur lieu de travail.
    Des policiers ont dû intervenir ce matin pour contrer des manifestations d'étudiants devant le ministère des Finances à Québec et la Société des alcools du Québec à Montréal. Pendant ce temps, le premier ministre Jean Charest a donné un premier signe — quoique très mince — d’ouverture.

    Sans aller jusqu’à soumettre une proposition aux étudiants en grève, le premier ministre, qui participait à une conférence de presse à Québec, a créé une brèche non pas du côté de la hausse des droits de scolarité, comme le réclament les étudiants, mais bien de celui de l’aide financière.

    «Au fil du temps, on va toujours chercher à améliorer notre système de prêts et bourses qui est le plus généreux en Amérique du Nord. On met un demi-milliard par année en bourses au Québec. Est-ce que c’est possible de rendre meilleur notre système? La réponse sera toujours oui», a-t-il indiqué.

    «Nous sommes toujours à l’écoute des étudiants, nous n’avons jamais arrêté d’écouter et nous sommes sensibles à ce qu’ils expriment», a-t-il poursuivi.

    M. Charest a cependant fait comprendre que son gouvernement ne cédera pas sur la question de l’augmentation des tarifs imposés aux étudiants, peu importe les manifestations et les pressions exercées sur les députés libéraux.

    La décision d’accroître de 1625 $ les droits de scolarité au cours des cinq prochaines années a beau être impopulaire, elle n’en demeure pas moins nécessaire pour assurer la compétitivité de l’enseignement supérieur au Québec, a insisté le premier ministre.

    «Gouverner au Québec, ce n’est pas toujours dire oui. Être premier ministre du Québec, c’est de prendre des décisions qui de temps en temps ne sont pas populaires, mais l’avenir du Québec commande que nous ayons la capacité, comme société, de prendre des décisions d’avenir», a-t-il dit.

    La SAQ ciblée

    À Montréal, au siège de la SAQ, la manifestation a donné lieu à des échauffourées, alors que les employés attendent encore d'avoir accès à leur lieu de travail.

    «Nous avons lu un ordre d’éviction, a expliqué le lieutenant Ian Lafrenière, du Service de police de la ville de Montréal (SPVM). Nous avons fait une première intervention avec les policiers du poste de quartier. Il y a eu beaucoup de résistance physique. Les jeunes n’ont pas voulu quitter. Il y a alors eu intervention avec le groupe d’intervention et finalement nous avons dû utiliser aussi des gaz irritants, à savoir du poivre de Cayenne.»

    Les étudiants ont ensuite pris d’assaut les rues, bloquant la circulation sur un long parcours improvisé dans le centre-ville de Montréal pour finalement aboutir devant l’Université Concordia. Un manifestant a été appréhendé.

    Jeanne Reynolds, porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), a ainsi expliqué la décision de cibler la SAQ: «si le gouvernement, le seul langage qu’il veut parler, c’est celui de l’argent, c’est celui avec lequel on va lui répondre et on espère que, de cette façon, il va peut-être accorder un peu plus de sérieux à nos revendications».

    «Il semble bien qu’une manifestation historique ça ne le fait pas bouger. Alors on va continuer comme ça avec des petites perturbations», a-t-elle ajouté.

    En après-midi, une nouvelle marche a été entreprise par quelques centaines d’étudiants qui se sont rendus de l’Université Concordia aux bureaux de Loto-Québec, qui abritent également le siège social de la Conférence des recteurs et des principaux d’universités du Québec (CREPUQ), là même où une manifestation avait mal tourné le 7 mars dernier. Le tout s’est cependant déroulé dans l’ordre jusqu’ici, bien qu’un groupe de manifestants se soit détaché et ait de nouveau mis les policiers sur un pied d’alerte en empruntant spontanément des artères sans avoir fourni d’itinéraire.

    La manifestation s’est amorcée plus calmement à Québec, devant le ministère des Finances. Après avoir été tenus à l’extérieur par les étudiants pendant 90 minutes, les fonctionnaires ont pu entrer dans l’édifice, à la suite de l’intervention des policiers, qui leur ont ouvert le passage.

    Dans le calme à Québec

    La manifestation s’est déroulée plus calmement à Québec, devant le ministère des Finances. Après avoir été tenus à l’extérieur par les étudiants pendant 90 minutes, les fonctionnaires ont pu entrer dans l’édifice, à la suite de l’intervention des policiers, qui leur ont ouvert le passage.

    Environ 75 étudiants de la région de Québec, munis de banderoles, ont scandé des slogans pendant que les fonctionnaires entraient en file dans l’immeuble du Vieux-Québec, à côté du Château Frontenac.

    Marie-Christine Trottier, porte-parole du front régional des associations étudiantes à Québec, a déclaré que l’objectif de perturber le ministère avait été atteint.

    Mme Trottier, dont le mouvement est rattaché à la CLASSE, a affirmé que les étudiants voulaient rappeler leur opposition à la hausse des droits de scolarité.

    «C’est quand même un ministère de 400 employés et leur faire perdre quelques heures de travail, ça peut être significatif au niveau de l’impact, a-t-elle dit. On espère que ç’a pu perturber et permettre de passer un message au ministre [Raymond] Bachand.»

    Alors que le mouvement contre la hausse des droits de scolarité a culminé la semaine dernière par une gigantesque manifestation à Montréal, Mme Trottier a affirmé que la mobilisation continue.

    «Il y a près de 200 000 étudiants en grève et le but c’est de maintenir le mouvement, a-t-elle dit. Le mouvement n’a pas l’air de s’essouffler dernièrement. Plusieurs votes de grève ont été reconduits lundi et vendredi dernier.»

    Ailleurs au Québec

    Plus tard dans la journée, des manifestations se tiendront dans les villes de Montréal, Laval, Saint-Hyacinthe, Sherbrooke, Jonquière et Val-d’Or, de même que devant l’Assemblée nationale, à Québec. Elles sont organisées par Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). Dans le cas de la manifestation montréalaise, le parcours a été déterminé et communiqué aux forces de l’ordre.

    Par Alexandre Robillard, La Presse canadienne


     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel