Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La réplique › Droits de scolarité - Nous accusons!

    8 mars 2012 | Collectif d'auteurs | Éducation
    Nous nous présentons, étudiants issus de diverses disciplines, fatigués par les oppositions gauche/droite, sciences sociales/sciences pures. Nous sommes une génération éclatée, qui doit composer avec les désillusions politiques, l'insécurité et la précarité grandissantes des conditions de travail. Nous sommes une génération plus que jamais ouverte sur le monde, connectée, réseautée, informée, une génération ayant eu l'immense chance de côtoyer dans la rue, dans la cour d'école, des gens de divers milieux, de divers pays, de toutes les cultures.

    Malgré le cynisme ambiant, malgré le parti pris de certains de nos pairs pour un individualisme crasse — mes études, ma carrière, mon succès, mon avenir —, nous croyons encore aux valeurs collectives, humanistes et égalitaires. Vous ne nous connaissez sans doute pas ainsi, car nous faisons partie de cette foule d'étudiants qu'on peint à gros traits comme de jeunes paresseux irresponsables, gâtés et parasites, brandissant l'iPhone comme on brandit le poing.

    Nous sommes intimement convaincus que l'éducation n'est pas un privilège, mais un droit fondamental et inaliénable, c'est pourquoi nous accusons le gouvernement Charest, et tous ceux qui se flattent d'être socialement responsables de:

    réduire l'éducation à une industrie au service de l'économie;

    faire
    des étudiants des consommateurs-payeurs, et de leurs diplômes des objets de consommation;

    restreindre l'éducation à une question comptable plutôt que de risquer le débat, le dialogue.

    Enfin, nous accusons le gouvernement Charest, et ceux qui adhèrent aveuglément à ses tours de passe-passe mathématiques, d'encourager une logique individuelle au détriment d'une logique collective.

    Nous proposons

    Nous proposons au gouvernement Charest d'être cohérent avec son engagement de «faire du Québec une des sociétés les plus instruites au monde». Si, comme l'affirme le ministre Bachand dans son discours sur le budget 2011-2012, «l'éducation n'est pas subordonnée à l'économie [et qu']elle se justifie en soi, par le développement humain qu'elle permet à tout un chacun», il lui faut absolument revenir sur sa décision de hausser les droits de scolarité de 75 %, soit 1625 $, en cinq ans.

    Nous sommes profondément convaincus qu'un dialogue est encore possible entre le gouvernement et les étudiants, même si, jusqu'à maintenant, le gouvernement Charest se complaît dans son intransigeance injustifiée.

    Afin de trouver une issue à cette impasse, nous demandons au gouvernement Charest de:

    reconnaître
    l'actuelle mauvaise gestion des universités québécoises plutôt que de montrer du doigt leur sous-financement;

    faire preuve d'ouverture quant aux autres solutions en cessant de présenter la hausse des droits de scolarité comme le remède miracle;

    admettre avoir failli
    aux principes démocratiques les plus élémentaires en encourageant le personnel enseignant à franchir les piquets de grève.

    Il est grand temps que le gouvernement Charest fasse sa juste part: nous exigeons le dialogue, nous dénonçons son silence.

    ***

    Ont signé ce texte: Frédéric Beaupré, doctorant en médecine, David Bélanger, maîtrise en études littéraires, Charles Boissonneault, doctorant en médecine, Marie-Andrée Bergeron, doctorante en études littéraires, Geoffroy Boucher, baccalauréat en sciences biomédicales, Michèle Côté-Lévesque, baccalauréat en physiothérapie, Anne Arena Daigle, doctorante en médecine, Joël Desgreniers, baccalauréat en physiothérapie, Sébastien Hogue, maîtrise en études littéraires, Pierre-Luc Landry, doctorant en études littéraires, Eve Larouche-Laliberté, maîtrise en sciences de l'administration, Catherine Ménard, maîtrise en droit, Alexandre Paré, baccalauréat en administration des affaires, Mireille Vaillant, baccalauréat en physiothérapie, Mélissa Rouillard Volle, maîtrise en sciences de l'administration, Marie-Hélène Voyer, doctorante en études littéraires, Université Laval.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel