Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Aux Habitations Jeanne-Mance - La littératie est inscrite au coeur de l'action communautaire

    Ils sont 25 tuteurs bénévoles à rejoindre 80 individus de tous âges

    3 septembre 2011 |Valérie R. Carbonneau | Éducation
    Collège Frontière œuvre un peu partout au Canada.<br />
    Photo: Source Collège Frontière Collège Frontière œuvre un peu partout au Canada.
    Fondé en 1899, Collège Frontière est le premier organisme d'alphabétisation au pays. Au tournant du siècle, l'organisme recrutait des étudiants universitaires pour en faire des ouvriers-enseignants qui allaient vivre, travailler et enseigner aux «frontières» du pays, explique Mélanie Valcin, gestionnaire du Québec. L'objectif ultime? Élever le niveau d'alphabétisme des Canadiens, où qu'ils soient, et promouvoir l'apprentissage.

    «Notre action a pris racine sur les chantiers des chemins de fer de l'Ouest du pays, dans les camps de bûcherons et dans les mines des régions isolées», précise Mme Valcin. Du côté du Québec, les bénévoles et partenaires communautaires de Collège Frontière oeuvrent au sein des «nouvelles frontières» de l'alphabétisation depuis bientôt 20 ans. Par «nouvelles frontières», on entend entre autres des écoles situées en milieu urbain défavorisé, des centres communautaires, des complexes d'habitation à loyer modique et auprès des communautés autochtones.

    Quand on lui demande d'illustrer un bel exemple de projet avancé par l'organisme, Mélanie Valcin soulève celui des Habitations Jeanne-Mance (HJM), un complexe d'habitations à loyer modique de Montréal où, selon le recensement de Statistique Canada en 2006, plus de 50 % des résidants adultes se classent en deçà du niveau 2 de littératie.

    Or Collège Frontière collabore avec les HJM depuis 2006 afin d'instituer des initiatives visant à intégrer des activités de littératie au sein de la communauté de résidants, un projet mené de front par le coordonnateur Diego Gallego. Le but est de rejoindre tous les individus ayant des besoins en matière d'alphabétisation et d'intégrer la littératie dans un maximum d'activités communautaires existantes (programmes parascolaires, activités récréatives, cours d'alphabétisation et de francisation, services de garde en milieu familial, marché public, etc.), de sorte que tous les résidants puissent développer leurs compétences en lecture et en écriture en vue de réaliser leur plein potentiel.

    Autant d'activités... que de besoins

    Histoire de répondre aux différents besoins de cette communauté en matière de littératie, Collège Frontière a mis sur pied de manière graduelle plusieurs types d'activité. Parmi ceux-ci, on retrouve des ateliers d'alphabétisation familiale ainsi que des cercles et tentes de lecture pour les enfants et leur famille, pour découvrir le plaisir de lire tout en développant des compétences de lecture. Il y a aussi le soutien à la réussite scolaire pour les 6-16 ans où, chaque semaine, les tuteurs bénévoles formés de Collège Frontière rencontrent plus d'une cinquantaine de jeunes dans un local du cégep du Vieux-Montréal ou dans des locaux des résidences pour faire des travaux scolaires, aller plus loin dans certaines matières, s'adonner à des jeux d'apprentissage et travailler les compétences en lecture et en écriture.

    Quant au soutien à l'alphabétisation et à la francisation des adultes, des bénévoles interviennent sur une base individuelle ou auprès de petits groupes d'adultes désirant améliorer leurs compétences en lecture et en écriture. Ici, ce sont les apprenants qui établissent des objectifs d'apprentissage et qui y travaillent chaque semaine avec le soutien de leur tuteur, enchaîne Mme Valcin. Le service d'écrivain public destiné aux résidants peu alphabétisés sert également de moyen de dépistage et de recrutement des apprenants. «Il s'agit d'un service bénévole d'aide aux personnes peu alphabétisées ou francisées pour les accompagner dans la lecture ou l'écriture de leur correspondance quotidienne. Les résidants arrivent avec un formulaire à remplir, des lettres à lire ou à rédiger, précise-t-elle. Le but est de les amener à mieux comprendre les documents écrits avec lesquels ils doivent traiter au quotidien, en plus de nous donner la possibilité de présenter nos activités de francisation et d'alphabétisation.»

    Une affaire de famille

    Au cours des six dernières années, la contribution de Collège Frontière en matière de littératie a été très bénéfique pour les résidants des HJM. En 2010-2011, 25 tuteurs bénévoles ont rejoint près de 80 individus de tous âges en effectuant près de 600 heures de bénévolat en alphabétisation au sein de cette communauté. Grâce à cet apport continu, les groupes communautaires offrant des services aux résidants de tous âges ont pu insérer des activités de littératie dans leur programmation régulière.

    Des exemples? On n'a qu'à penser aux ateliers favorisant la réussite scolaire à la Fondation pour l'éducation des enfants et des jeunes adultes défavorisés (FEEJAD) et au Centre d'entraide et de ralliement familial (CERF), aux cercles de lecture destinés aux enfants d'âge préscolaire à la FEEJAD et au CPE Fleur-de-Macadam, aux tentes de lecture estivales pour les familles et au soutien personnalisé offert aux apprenants du Centre de ressources éducatives et pédagogiques (CREP).

    En 2006, la fondatrice de la FEEJAD, Perpétue Mukarugwiza, a fait appel à Collège Frontière pour développer ses activités de soutien scolaire et d'alphabétisation familiale auprès des familles des HJM. Leader de sa communauté ayant à coeur le succès scolaire, l'alphabétisation et la francisation des résidants, elle offrait chez elle, autour de sa table de cuisine, un service de soutien scolaire aux familles. Quelques familles pouvaient ainsi bénéficier d'un soutien en littératie et en apprentissage.

    Au début, chaque semaine, un grand nombre de parents se présentaient à sa porte pour inscrire leurs enfants. Afin de répondre à la demande grandissante et parce que la table de cuisine était devenue trop étroite, Mme Mukarugwiza a interpellé Collège Frontière pour constituer un programme de soutien scolaire destiné aux élèves de 6 à 16 ans, qui accueille aussi leurs parents, souvent allophones. «Une vingtaine de tuteurs de Collège Frontière sont ainsi au rendez-vous chaque semaine pour des sessions de tutorat hebdomadaires avec les enfants et, par la bande, pour les parents. Depuis, on a délaissé la table de cuisine et les activités se déroulent au cégep.» Voilà donc un exemple concret de projet de littératie, fruit d'une collaboration entre Collège Frontière et un organisme du milieu.

    La mise sur pied du projet d'écrivain public constitue aussi une belle réussite. «Cet été, des bénévoles étaient présents lors de la tenue du marché public des HJM les jeudis après-midis. Un simple parasol, une belle volonté d'engagement et des sourires accueillants ont non seulement permis aux résidants de connaître le service d'écrivain public, mais plusieurs personnes ont ensuite téléphoné à l'organisme pour demander d'être jumelées à un tuteur de Collège Frontière afin d'améliorer leurs compétences en lecture et en écriture», termine-t-elle.

    ***

    Collaboratrice du Devoir
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel