Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Essais québécois - En manque de nature

    Louis Cornellier
    4 septembre 2010 |Louis Cornellier | Éducation | Chroniques
    Perdus sans la nature

    Pourquoi les jeunes ne jouent plus dehors et comment y remédier
    • François Cardinal
    • Préface du Dr Jean-François Chicoine
    • Québec Amérique
    • Montréal, 2010, 208 pages

    ***

    Nous n'irons plus au bois

    La biodiversité québécoise en péril

    • Michel Leboeuf
    • Préface de Pierre Brunel
    • Vélo Québec
    • Montréal, 2010, 200 pages
    Les enfants ne jouent plus dehors. L'urbanisation, la multiplication des écrans, le tout-à-l'auto et l'obsession de la sécurité ont transformé nos jeunes «en illettrés des éléments de la nature». Aller jouer dehors, aujourd'hui, est devenu une pénitence. Or, de nombreuses études le démontrent, «la disparition progressive de la nature dans la vie de nos enfants aurait un impact majeur sur leur santé, mentale et physique, d'ailleurs jugée de plus en plus préoccupante». Ce manque de nature rendrait donc malade (obésité, déficit de l'attention, haute pression, diabète, asthme) et priverait ceux qui en souffrent d'une expérience humaine essentielle. Telle est la thèse solidement développée par François Cardinal, éditorialiste à La Presse et journaliste spécialisé en environnement, dans Perdus sans la nature. Pourquoi les jeunes ne jouent plus dehors et comment y remédier.

    Appuyée sur de nombreuses études récentes et sur des entrevues avec une foule d'experts en la matière, la démonstration de Cardinal est convaincante. Pour bien la comprendre, il faut, écrit-il, «dé-granoliser» le mot «nature», «le prendre dans son sens le plus large: l'extérieur et le dehors, le plein air et la cour arrière, la ruelle et l'espace vert». Cardinal, par exemple, précise qu'«un enfant peut retirer des bénéfices en jouant à la marelle sur le trottoir, en apprenant les différentes espèces d'arbres ou en se "perdant" dans un boisé à proximité».

    Plaidoyer en faveur du jeu libre pratiqué à l'extérieur, qui aiderait au développement de l'autonomie des enfants et entraînerait une plus grande dépense d'énergie que les activités organisées, l'ouvrage de Cardinal critique l'attitude des parents hyperperformants qui surorganisent la vie de leurs enfants et pensent que le temps libre est du temps perdu. Le journaliste cite même une étude qui arrive à la surprenante conclusion que, «à l'adolescence, les lecteurs précoces [4 ans] lisaient beaucoup moins que les autres [6 ou 7 ans]». Il critique aussi l'obsession de la sécurité qui amène les parents à ne plus laisser leurs enfants aller au parc ou marcher pour se rendre à l'école, par crainte, notamment, d'un enlèvement. Or, précise-t-il, selon les statistiques de l'année 2008, contrairement à ce qu'on pourrait croire, «la probabilité que votre enfant soit victime d'un agresseur est donc à peu près de 0,00003 %».

    Les jeunes d'aujourd'hui, déclare Anne Charpentier, directrice de l'Insectarium de Montréal, ont «certes un intérêt pour l'environnement, mais pas pour la nature». Ils savent qu'ils doivent recycler pour protéger une nature dont ils ne savent rien. Charpentier parle du «paradoxe vert», en précisant que «les enfants qui sont déconnectés de la nature ne verront pas la nécessité de la protéger ni de devenir des citoyens avertis qui feront les bons choix plus tard».

    Peut-on renverser la tendance? Il faut essayer, lance Cardinal, en proposant quelques idées pour ce faire: favoriser le transport actif pour se rendre à l'école, revoir l'aménagement des cours d'école, des villes et des parcs dans le but de stimuler les activités extérieures, convaincre les enseignants des bienfaits d'aller dehors, redécouvrir les vertus du bon voisinage pour partager le souci de la sécurité des enfants, lâcher un peu la main de ses enfants pour les laisser jouer dehors librement, donner l'exemple en y allant soi-même et militer dans les instances appropriées pour permettre à ces idées de se concrétiser.

    Enfin, dernière suggestion mais pas la moins originale: changer de discours, afin de «susciter l'intérêt des plus jeunes pour la nature, la leur faire connaître, la leur faire aimer avant de les accabler avec les changements climatiques, la hausse possible des niveaux des mers, la fonte des glaciers et la multiplication des canicules».

    Pour leur permettre de découvrir que la nature n'est pas qu'une abstraction qui menace les inconscients que nous sommes, mais aussi, et surtout, la beauté foisonnante qui nous attend dehors.

    La richesse du vivant

    Rédacteur en chef du magazine Nature sauvage, le vulgarisateur scientifique Michel Leboeuf est un des experts interviewés par Cardinal. Dans Nous n'irons plus au bois, un très instructif et charmant essai paru un peu plus tôt cette année, il propose une défense et une illustration de «la biodiversité québécoise en péril». Ce concept, qu'il définit «comme la variété de la vie dans un endroit donné», concerne les espèces, dont 517 sont en situation précaire au Québec, mais aussi les écosystèmes et les gènes.

    Pourquoi protéger tout ça? Parce que la diversité de la nature, répond Leboeuf, nous procure du plaisir et nous rend de «précieux services en filtrant l'eau et l'atmosphère, en régularisant le climat, en absorbant tout ce CO2 que nous produisons en trop grande quantité». La plupart de nos médicaments, de même, proviennent des plantes et animaux sauvages. Nous avons, enfin, le devoir moral de protéger la beauté du monde. «Chaque espèce vivante, déclare Leboeuf, est un chef-d'oeuvre en soi, sculpté patiemment par l'évolution, soigneusement adapté à son environnement par le jeu de milliers d'années de tâtonnements, d'essais et d'erreurs.»

    Nous n'irons plus au bois explique les mécanismes de la diversité du vivant, présente les principaux écosystèmes québécois et les espèces menacées qui les habitent et nous rappelle, enfin, «notre responsabilité vis-à-vis de tout ce patrimoine naturel collectif».

    Le réchauffement climatique, insiste le vulgarisateur, n'est pas la seule menace qui guette le vivant. Les pluies acides, les coupes à blanc, la surpêche, l'utilisation des pesticides et le développement urbain sauvage font aussi des ravages.

    Il presse donc d'agir dans tous ces dossiers, de même que d'augmenter la proportion d'aires protégées au Québec, de mettre en valeur les collections québécoises de recherche en sciences naturelles et d'initier nos enfants aux choses de la nature. Pour le bien de cette dernière et pour le nôtre.

    ***

    louisco@sympatico.ca












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.