Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Accès aux études universitaires - Un soutien personnalisé pour les moins nantis

    L'initiative a haussé de 10 % le nombre de jeunes prêts à faire une demande d'admission

    30 novembre 2009 |Amélie Daoust-Boisvert | Éducation
    Au Nouveau-Brunswick et au Manitoba, la barrière entre les élèves à faible revenu et les études universitaires est moins infranchissable lorsqu'ils reçoivent un soutien personnalisé.


    L'initiative Un avenir à découvrir a haussé d'environ 10 % le nombre de jeunes francophones à faibles revenus du Nouveau-Brunswick qui souhaitaient présenter une demande d'admission dans une université par rapport aux jeunes qui ne participaient pas au projet.

    Des chercheurs de la Société de recherche sociale appliquée ont suivi 5400 jeunes de 51 écoles secondaires engagés dans le programme. Ils bénéficiaient, tôt dans leur parcours, d'ateliers d'éducation au choix de carrière plus approfondis que ceux normalement dispensés, et d'une promesse de bourse de 8000 $ pour leurs études postsecondaires, sans aucune exigence de performance.

    La moitié des enfants provenant de familles à faible revenu ne poussent pas leurs études au-delà du secondaire.

    La proportion d'élèves manitobains prévoyant que l'argent freinerait leurs aspirations est passée de 22 à 10 % dans la cohorte d'élèves soutenus.

    «Chaque année, on déposait un montant dans un compte en banque virtuel aux étudiants qui poursuivaient dans le projet», explique la chercheuse Heather Smith Fowler. «La seule preuve qu'ils devaient faire, c'est que leur famille était à faible revenu.»

    Les deux cohortes étudiées devraient maintenant avoir fait leur entrée à l'université ou sur le marché du travail, mais les chercheurs n'ont pas encore pu compiler le taux réel d'inscription.

    «On cherche des moyens d'encourager les études postsecondaires dans des familles où ce n'est pas la tradition ou dans lesquelles les revenus sont faibles. Ce n'est pas clair ce qui fonctionne, et c'est ce qu'on essaie de comprendre», dit la chercheuse.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.