Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    L'hiver s'annonce difficile pour les motoneigistes

    Plusieurs municipalités envisagent de fermer des sentiers pour éviter des poursuites judiciaires

    L'interdit d'usage qui frappe les clubs de motoneiges des Laurentides à la suite du jugement Langlois de la semaine dernière dans le dossier du parc linéaire du Petit Train du Nord fait boule de neige dans la MRC des Laurentides et chez ses voisines du Nord et de l'Outaouais, qui craignent de faire les frais d'autres poursuites similaires.

    Le directeur général de la MRC des Laurentides, Luc Boulianne, confirmait hier que la route de motoneiges 43, une véritable autoroute de neige qui aurait permis aux motoneigistes de contourner le tronçon frappé par l'injonction, n'avait pas été cédée par bail cette année aux clubs locaux, qui ne peuvent ni l'entretenir, ni la surveiller, ni l'utiliser. Seuls les motoneigistes à titre individuel peuvent utiliser l'ancienne piste 43, connue sous le nom de «Corridor aérobique» malgré son usage par des motorisés. Le tronçon en question a une quarantaine de kilomètres. Le directeur général de la MRC a précisé que, selon l'attitude de Québec envers le jugement Langlois, la MRC pourrait aller jusqu'à interdire carrément l'accès de cette piste aux motoneigistes par règlement d'ici quelques semaines pour «prévenir d'autres poursuites».

    À Québec, pendant ce temps, Patricia Élie, l'attachée de presse de la ministre des Transports, Julie Boulet, précisait laconiquement qu'on évaluait différents scénarios et que les juristes se penchaient sur le jugement Langlois.

    D'autre part, la MRC des Laurentides a décidé de ne pas céder par bail aux clubs de motoneigistes, du moins jusqu'à nouvel ordre, les 15 km compris entre Sainte-Agathe et Saint-Faustin, soit le tronçon du parc linéaire situé au sud du tronçon de 38 km où la juge Hélène Langlois du District de Terrebonne a ordonné à la MRC de mettre fin aux nuisances causées par le passage répétitif à toute heure du jour des motoneiges. La MRC a aussi empêché l'utilisation par les clubs d'une autre section du même parc linéaire, située juste au nord du tronçon visé par l'injonction. En fin de compte, c'est tout le parcours du parc linéaire situé sur son territoire qui a été retranché du fief autrefois cédé aux clubs de motoneiges au début de l'hiver. Mais seul le tronçon de 38 km visé par l'injonction est totalement fermé. Du moins pour l'instant.

    La MRC Antoine Labelle, située juste au nord, songerait elle aussi à refuser l'accès aux motoneigistes au parc linéaire du Petit Train du Nord entre Labelle et Mont-Laurier, toujours pour prévenir des poursuites similaires au recours collectif remporté par les riverains plus au sud. Dans l'Outaouais, la MRC de Gatineau songerait à fermer la piste de 150 km qui relie cette ville à celle de Maniwaki pour les mêmes raisons.

    Ces fermetures prévues soulèvent une sourde grogne dans le milieu des affaires et chez les motoneigistes de la région. Certains parlent même de fermer l'autoroute 15 en guise de protestation!

    Pour la vice-présidente de la région Laurentides de la Fédération des clubs de motoneiges, Micheline Daigle, les fermetures qui s'ajoutent au tronçon ciblé par l'injonction sont d'autant moins justifiées que personne ne s'y est plaint du passage des motoneiges jusqu'à présent. En refusant de renouveler les baux sur toutes ces pistes importantes, dit-elle, les MRC portent un dur coup à l'économie des régions en cause. Et, dit-elle, Québec va devoir trouver une solution au problème du ravitaillement des machines. Même si on éloigne les pistes des résidences à certains endroits, il faudra, selon Mme Daigle, prévoir un moyen de les faire entrer quelque part en ville pour le plein d'essence et le ravitaillement des personnes. Des stationnements à l'extérieur des municipalités ne régleront pas ces problèmes, ajoute-t-elle en raison du risque de vol.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.