Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Une nouvelle vague de froid polaire est annoncée

    Environnement Canada a levé mardi son avertissement de froid extrême

    3 janvier 2018 | Annabelle Caillou - Avec La Presse canadienne | Actualités en société
    Les amateurs de sports d’hiver en ont profité pour se dégourdir les jambes, comme ce fondeur dans le parc Jeanne-Mance, au pied du mont Royal.
    Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Les amateurs de sports d’hiver en ont profité pour se dégourdir les jambes, comme ce fondeur dans le parc Jeanne-Mance, au pied du mont Royal.

    Après une semaine de températures glaciales, Environnement Canada a levé son avertissement de froid extrême au Québec mardi matin. Un court répit pour les Québécois, qui feront face à une nouvelle tempête d’ici la fin de semaine.

     

    La neige qui est tombée sur le sud de la province mardi a apporté des températures légèrement moins froides, permettant d’apprécier davantage les activités extérieures.

     

    « Il faisait -15° [mardi] à Montréal, ce n’est plus un froid extrême, mais ça reste bien en dessous de la norme pour ces temps-ci de l’année, qui est de -5°, explique le météorologue chez Environnement Canada Jean-Philippe Bégin. Mais on se console quand même avec ça. »

     

    Une nouvelle tempête, venant de la côte est des États-Unis, frappera toutefois le Québec dans la nuit de jeudi à vendredi, prévient-il. Neige, pluie et grésil se mêleront pour ensuite laisser place à des vents forts à modérés qui apporteront une nouvelle vague de froid. « On va retrouver des températures autour de -15°, mais avec un refroidissement éolien autour de -35° à cause du vent », précise M. Bégin.

     

    L’Estrie, l’est du Québec et les provinces maritimes devraient être les plus touchés.

     

    Vols annulés

     

    Les températures polaires n’ont pas manqué d’apporter leur lot de complications dans les aéroports du pays ces derniers jours. Le dégivrage des avions a provoqué de nombreux retards et annulations de vols. La neige a d’autant plus compliqué les opérations des compagnies à l’aéroport Pearson de Toronto.

     

    Camille Maurel, qui y faisait escale entre Paris et Montréal, a attendu plus de quatre heures avant de pouvoir embarquer dans un avion d’Air Canada, lundi. « On avait une heure d’attente entre nos deux vols, mais l’avion a eu du retard, et encore du retard, avant d’être annulé et qu’on l’apprenne dans un courriel, explique-t-elle, offusquée. On entendait les vols pour Vancouver, Ottawa et les États-Unis être annulés au fur et à mesure, mais on ne pensait pas que ce serait le cas pour un court trajet comme le nôtre. »

     

    À l’aéroport Montréal-Trudeau, la situation était encore chaotique mardi : près d’un vol sur trois affichait un retard — tant du côté des départs que des arrivées — d’au moins une heure.

     

    Record d’appels

     

    Les automobilistes ont aussi pâti du temps froid, la chaussée devenue glissante sur certaines portions de routes.

     

    « Nos services ont été fortement sollicités depuis le 27 décembre, on va franchir le cap des 50 000 appels ce soir », explique le porte-parole de CAA-Québec Pierre-Olivier Fortin.

     

    La journée la plus occupée, le 28 décembre, près de 11 800 appels ont été enregistrés, tandis qu’en temps normal, durant l’hiver, CAA-Québec reçoit tout au plus 3000 appels en une journée.

     

    « Dans 75 % des cas, c’est pour un service de survoltage ou de remorquage lorsqu’une voiture refuse de démarrer ou s’est enlisée », fait-il remarquer.

     

    Depuis le début de la vague de froid, 1100 véhicules ont été déployés sur le territoire pour venir en aide aux citoyens, et 200 personnes étaient disponibles quotidiennement pour répondre aux appels.

     

    Les services d’Urgences-santé ont aussi noté une augmentation de leur volume d’appels, entraînant près de 15 % plus d’interventions que d’ordinaire. « C’est surtout relié à des chutes à l’extérieur des domiciles privés, mais aussi sur les trottoirs dans les rues et quelques accidents de véhicules », indique le porte-parole, Steve Fiset.


    La température n’arrête pas les festivités Malgré l’avertissement de froid extrême, des milliers de personnes ont assisté au spectacle marquant le passage en 2018 qui se tenait au quai Jacques-Cartier dans le Vieux-Port de Montréal, dimanche. Considérant le refroidissement éolien, les températures ressenties étaient pourtant d’environ -30 °Celsius. Plusieurs villes, dont Calgary, Edmonton ou encore Ottawa et Toronto ont quant à elles ajusté leurs plans en raison du froid, annulant ou déplaçant certaines activités.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.