Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le froid sème la pagaille dans les aéroports

    De Montréal, un habitant de Detroit a décollé avec plus de deux heures de retard pour se retrouver bloqué à Toronto.
    Photo: Olivier Zuida Le Devoir De Montréal, un habitant de Detroit a décollé avec plus de deux heures de retard pour se retrouver bloqué à Toronto.

    Le froid avec le nécessaire dégivrage des avions, la neige à Toronto, voire l’absence inopinée d’équipage ont provoqué retards et annulations de vols lundi dans les principaux aéroports canadiens.

     

    Dès les premières heures lundi Air Canada a émis sur les réseaux sociaux « une alerte voyage » en prévoyant des « modifications sans frais des réservations » au départ de Toronto, Montréal, Calgary et Ottawa.

     

    Les retards au décollage ont augmenté au fil de la journée du Nouvel an pour atteindre parfois jusqu’à cinq heures en milieu d’après-midi, selon les affichages des sites des aéroports.

     

    À Toronto, la neige a compliqué les opérations des compagnies et près de 500 vols avaient déjà été retardés ou annulés à l’aéroport Pearson vers 15 h 30 locale, selon le site FlightAware.

     

    Des centaines de passagers, bloqués, tentaient sur les réseaux sociaux d’obtenir de l’aide, des informations ou déversaient plus généralement leur colère.

     

    « Vous m’avez coûté deux jours de vacances et un jour de salaire », a posté Carla Whyte sur son fil Twitter. Une autre voyageuse, Anne-Marie Robart parlait de « vacances ruinées » attendues pendant toute une année.

     

    De Montréal, un habitant de Detroit a décollé avec plus de deux heures de retard pour se retrouver bloqué à Toronto où Air Canada ne lui proposait un vol que mardi dans la soirée en dépit des deux vols encore prévus lundi.

     

    La compagnie WestJet, outre la météo récalcitrante, a dû présenter des excuses pour des annulations « en raison d’un problème de manque d’équipage ».

     

    « Nous souhaiterions ne jamais ennuyer nos passagers de cette façon et nous présentons de sincères excuses », a indiqué la compagnie.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.