Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Lettre

    «Bonjour-Hi»: à Paris, est-ce mieux?

    30 décembre 2017 | Carol Patch-Neveu Montréal, le 27 décembre 2017 | Actualités en société

    Au premier matin de notre dernier séjour à Paris, nous étions stupéfaits d’entendre un « Good Morning » en guise de salutation comme si de rien n’était. Difficile de ne pas avoir l’air de touristes dans un hôtel. Mais de là à nous confondre d’emblée avec des Américains. Sommes-nous bien en France, dans le Paris 6e ? J’ai cédé à la tentation de rappeler à ce Parisien qu’il devrait être plus fier de la langue de son pays. Avant notre départ, au JT 20 heures de France 2, on faisait état du « déplorable » manque de bilinguisme en restauration et hôtellerie dans la capitale. Et alors ? Le seul mot convenable en guise d’accueil, à mes yeux, à Paris par surcroît, est un « Bonjour » bien senti ou le plus classique « Bonjour monsieur, dame » qui vous donne envie de vous poser tel un papillon. Tant pis pour les touristes et gens d’affaires qui ne font pas l’effort d’apprendre quelques mots et formules de politesse.

     

    Ensuite, dans un bistro du quartier, la manière de nous accoster nous donne envie de larguer les amarres. Le jour de notre départ, notre non moins charmant serveur de tous les matins, ayant soigné son bonjour matinal, nous annonce qu’il visitera sous peu le Québec. J’ai décelé une douce vengeance dans son regard. Que pensera-t-il de mon éloge du français lorsqu’il magasinera rue Sainte-Catherine ou écoutera nos artistes et humoristes d’ici en entrevue ? « Bonjour-Hi », de d’autres « ça l’a pas de sens », « t’sé genre », « c’est full cool » et les nombreux sacres ! Décidément, des deux côtés de l’Atlantique, le français manque d’amour…













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.