Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    L'Abitibi ouvre grand les bras aux immigrants

    Accompagnés pour certains par leurs enfants, les immigrants que Val-d’Or aimerait bien attirer chez elle ont notamment visité quelques-unes des usines du parc industriel.
    Photo: Lisa-Marie Gervais Le Devoir Accompagnés pour certains par leurs enfants, les immigrants que Val-d’Or aimerait bien attirer chez elle ont notamment visité quelques-unes des usines du parc industriel.

    « Pas grand-chose », voire « rien du tout ». C’est ce que connaissait de l’Abitibi Mamadou Diallo, un Ivoirien d’origine au Québec depuis quatre ans. « Pourquoi l’Abitibi ? J’aime le nom. Ça sonne bien », lance-t-il en rigolant, peu avant que l’avion nolisé décolle de Montréal.

     

    Avec une cinquantaine d’immigrants, surtout du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et d’Amérique latine, il a participé à un séjour d’une journée à Val-d’Or dans le cadre d’une activité de maillage entre travailleurs et entrepreneurs de la région, en grave pénurie de main-d’oeuvre. Une grande séduction appelée « Emploi en sol québécois », organisée par la Fédération des chambres de commerce du Québec et des partenaires locaux, qui a lieu ces jours-ci dans cinq régions du Québec en mal de travailleurs. « On a 400 emplois affichés pour le territoire de Val-d’Or, c’est du jamais vu », souligne Hélène Paradis, présidente de la chambre de commerce locale. Et 6500 emplois seront à pourvoir au cours des cinq prochaines années. Rien qu’au Wal-Mart, 80 postes sont affichés.

     

    « On a 165 employés, mais on en prendrait 30 tout de suite », lance Simon Bertrand, directeur des ressources humaines chez Meglab, une entreprise d’équipement minier électronique, qui a offert des visites de groupes aux intéressés.

     

    Détenteur d’un diplôme en électronique et d’un DEP en électrique d’ici, Mamadou Diallo espère bien qu’il pourra y trouver son compte. Ce père de famille, qui travaille dans une usine de volaille de Montréal-Nord, en a assez qu’on lui dise qu’il n’a pas « d’expérience pertinente » ou d'« expérience canadienne ». « Même qu’à ma dernière entrevue, on m’a dit que j’étais surqualifié. Mais c’est quoi ça ? C’est une excuse pour ne pas m’embaucher », dit-il.

     

    Sur le tarmac enneigé, Mahdi Vakili se prend en photo avec sa femme et son fils, qui l’accompagnent pour la journée. Venu d’Iran il y a cinq ans avec sa famille, il est aussi à la recherche de cette fameuse « expérience canadienne ». Ce technicien informatique trilingue a passé une vingtaine d’entrevues pour des emplois à Montréal, sans succès. « Moi, ça fait trois, quatre mois que je cherche du boulot. Ma femme est étudiante. Les deux, on n’a pas de revenus. J’ai besoin d’un emploi à tout prix. N’importe où. »

     

    Kadi Azzouz a travaillé 14 ans dans l’industrie de la construction au Maghreb avant de venir s’installer au Québec avec sa femme médecin, tous deux sélectionnés comme travailleurs qualifiés. Il s’est rapidement fait dire qu’il ne parlait pas suffisamment l’anglais. « J’ai senti que j’avais été trahi. » Même après être retournés aux études, sa femme et lui se sont résolus à faire de petits boulots pour survivre. L’Algérien joue son va-tout sur les régions. « Je suis sur le bien-être social, mais c’est une honte, pour moi. Il me semble que je ne suis pas trop exigeant, je veux juste un job dans mon domaine. Rien qu’un petit job », dit-il dans un cri du coeur.

     

    De tous les immigrants qui s’installent au Québec, 86 % choisissent la métropole, alors que 55 % des emplois sont en région. Malgré tout, plusieurs d’entre eux ont un vrai désir de vivre à l’extérieur de Montréal. « Depuis que je suis arrivée, je ne sens pas que j’ai immigré. Quand j’entendais parler du Canada, j’imaginais les forêts, les arbres, les lacs… À Montréal, je n’ai pas trouvé ce que je voulais. Ce n’était pas l’aventure que je recherchais », raconte Hadjar Lamri, venue d’Algérie il y a quatre mois. « Si je trouve le poste qui me convient, je m’installe en Abitibi. C’est ce que je veux. »

     

    Originaire du Cameroun, Patrick Thierry Moussi a dû changer son opinion des régions. « On s’est fait draguer, mais le Saguenay, la Gaspésie… je ne voulais rien savoir, raconte-t-il. Aujourd’hui, une réalité s’impose : la qualité de vie. »

     

    Une séduction par l’humour

     

    « On n’a pas à se battre avec des ours le matin en allant travailler », a plaisanté Kristel Aubé-Cloutier, l’une des guides touristiques du circuit en autobus. Tout au long de la journée, les maîtres de cette opération charme n’ont pas hésité à jouer la carte de l’humour pour déboulonner les mythes et les idées préconçues. Oui, il y a de la mouche, mais non, il n’y a pas d’essaims si gros qu’ils enlèvent les enfants. Il n’y a pas non plus neige en juillet. « Si vous pensiez que vous veniez dans des cabanes en bois rond avec des bûcherons, bienvenue dans la modernité », avait même plaisanté le maire Pierre Corbeil à l’accueil de la matinée.

     

    L’autobus roule dans le village historique de l’Ancienne mine Bourlamaque, surnommé « le petit Westmount du Nord », soulignent les animateurs, qui n’hésitent pas à vanter les joies et beautés de leur région grande comme « le Liban, Israël et la Belgique réunis ! » Les milliers d’hectares de forêt boréale, l’église orthodoxe ukrainienne qui souligne la mémoire des bâtisseurs immigrants venus d’Europe et… l’absence de cônes orange. « On a aussi 20 000 lacs. C’est du un pour sept. Trouvez-vous six amis et on vous donne un lac », rigole Paul-Antoine Martel, animateur à la vie rurale et communautaire de Val d’Or.

     

    Tout comme le criquet a été l’arme de séduction massive dans le film La grande séduction, le soccer a quant à lui été sciemment utilisé comme appât par les animateurs, qui n’ont pas manqué de pointer au passage quelques terrains de sport — dont le super terrain de gazon synthétique enseveli sous la neige. « T’as vu leur réaction quand j’en ai parlé ? a dit M. Martel. On veut que les gens se sentent bien ici. Au-delà du travail, on veut qu’ils pensent à vivre ici. »

     

    Seule inquiétude des visiteurs, les prix des loyers, plutôt élevé dans cette région prospère. Le Comité d’accueil des nouveaux arrivants est toujours là pour donner un coup de main, rappelle l’un de ses plus anciens membres, Habib Sila, que l’on surnomme affectueusement « Habibtibien ». « Mon conseil aux gens, c’est de leur dire de rester ouverts d’esprit. La région a beaucoup à offrir. » Et la balle est maintenant dans le camp des entreprises.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.