Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Lettre

    Pour un retour au travail des retraités

    5 décembre 2017 | Denys Laliberté Gatineau, le 2 décembre 2017 | Actualités en société

    Le manque de main-d’oeuvre commence à se faire cruellement sentir dans plusieurs secteurs de notre économie. Des usines, des banques, des restaurants, des exploitations agricoles n’arrivent plus à recruter. C’est inquiétant puisque cela fragilise les entreprises et toute l’économie du Québec. Malheureusement, cette situation risque d’empirer si rien n’est fait pour la corriger. Plusieurs options s’offrent à nous pour affronter ce défi.

     

    Parmi celles-ci, pourquoi ne pas envisager de recourir aux retraités qui désireraient retourner sur le marché du travail pour améliorer leur niveau de vie, pour s’occuper, ou tout simplement pour continuer à contribuer à la société. Plusieurs hésitent à le faire au risque bien réel de perdre en partie ou complètement leur sécurité de vieillesse, leur supplément de revenu garanti pour les plus démunis. Alors qu’une majorité de retraités vivent dans la précarité, pour ne pas dire la pauvreté, pourquoi ne pas leur permettre de travailler, à leur convenance, quelques heures par semaine. Pour les inciter à le faire, il faudrait que les heures travaillées soient non imposables et n’aient aucun impact négatif sur le revenu de retraite.

     

    Tout en offrant un nouveau bassin de main-d’oeuvre, souvent très expérimentée, aux entreprises, cette mesure aurait un impact appréciable sur le niveau de vie de nombreux retraités et indirectement sur les entrées fiscales du gouvernement par une consommation accrue.

     

    En faisant preuve de flexibilité, il me semble que tous gagneraient au retour des retraités sur le marché du travail.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.