Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Lettre

    Pourquoi émailler son discours de mots anglais?

    16 novembre 2017 | Pierre Lincourt, l.n.d. Chicoutimi, le 14 novembre 2017 | Actualités en société

    Il est surprenant d’écouter le langage utilisé par des animateurs ou des artistes à la télévision qui n’hésitent aucunement à nous inonder de mots anglais au cours d’entrevues. En quelques heures à peine, on a entendu successivement dans des émissions en français, dimanche 12 novembre, des artistes parler de : « story telling », de « delivery » et de « spreading ».

     

    Ces termes s’ajoutent à d’autres, entendus dernièrement : « premier lead » à la télé, dit par une jeune comédienne, ou encore « shut down », « one-liner » et « edgy ».

     

    Pourquoi utiliser ces mots anglais ? Pour se tirer un rang au-dessus du public ? Pour montrer que l’on possède le jargon anglais du métier ? Par paresse ? Par snobisme ? Par ignorance ?

     

    Je donne ces quelques exemples, mais il y en aurait beaucoup d’autres, et il suffit de prêter l’oreille pour entendre ces mots anglais qui n’ont pas leur place dans notre langue, car le français possède les mots et expressions pour décrire ces réalités.

     

    Lorsque des anglophones s’expriment en français, on peut s’attendre à ce que des mots anglais apparaissent ici et là dans le discours, car ces locuteurs ne connaissent pas toujours tous les mots en français requis pour la communication, mais quand il s’agit de francophones qui disent aimer leur langue, on s’attendrait à ce qu’ils respectent leur public.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.