Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Portrait de la voiture des Québécois

    Sur nos routes, la présence des VUS, camionnettes et autres 4 x 4 est en augmentation

    Seulement 20 000 véhicules électriques arpentent les routes de la province, actuellement. Le gouvernement s’est donné comme objectif d’élever ce nombre à 100 000 d’ici 2020.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Seulement 20 000 véhicules électriques arpentent les routes de la province, actuellement. Le gouvernement s’est donné comme objectif d’élever ce nombre à 100 000 d’ici 2020.

    Fidèles à la tendance nord-américaine du « tout-à-l’auto », les Québécois continuent de préférer leur voiture aux autres modes de transport. En 2016, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) estimait que 4,67 millions de véhicules de promenade circulaient à travers la province. Soit une augmentation de 35 % depuis 2001.


    Symbole de liberté et d’indépendance, la voiture reste le moyen préféré des Québécois pour se déplacer au quotidien. Ces derniers sont même portés à acheter de plus en plus gros et se laissent séduire par les camions légers ces dernières années.

     

    Fourgonnettes, camionnettes et autres véhicules tout usage (4 x 4) ont envahi les routes de la province, au grand dam des experts, qui y voient un frein à la lutte contre le réchauffement climatique. Les véhicules plus lourds consomment davantage d’énergie et contribuent ainsi à la création de gaz à effet de serre.
     

    6,42 millions
    C’est le nombre total de véhicules immatriculés au Québec en 2016, comprenant les véhicules de promenade, institutionnels, professionnels ou commerciaux.

    Source : SAAQ
     

    Selon les données les plus récentes de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), près d’un million de ces véhicules se sont ajoutés au parc automobile entre 2001 et 2016, où au total 1 747 423 camions légers étaient immatriculés.

     

     

    Parallèlement, la voiture traditionnelle a perdu en popularité ; l’ajout de voitures a atteint un plafond en 2008, avec 39 919 nouvelles autos immatriculées au Québec, pour ensuite connaître une diminution constante.

       

    Un phénomène lié aux impacts de la crise économique de 2008, selon Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal. Les camions légers n’ont toutefois pas été touchés, note-t-il.

     

    « Cela s’explique beaucoup par la pression sociale, je crois. On voit nos voisins avec de gros véhicules, alors on veut plus gros. C’est aussi lié à l’accès au crédit, les taux d’intérêt sont très bas donc ça facilite l’achat de ce type de véhicules », explique-t-il.

     

    Il fait ainsi remarquer qu’entre 2015 et 2016, 102 560 camions légers de plus ont été immatriculés, tandis que 28 009 voitures ont quitté le parc automobile.

     

     

    Toujours plus de GES

     

    « On a doublé en 7 ans le montant d’argent dépensé en camions légers, et ça, c’est investir dans la congestion routière et la production de GES, pourtant à une époque où plus personne ne peut ignorer les changements climatiques », déplore M. Pineau.

     

    1912
    C’est l’année de la voiture de promenade la plus vieille immatriculée au Québec. Il s’agit d’une Fiat appartenant à un homme de 74 ans, vivant en Montérégie.

    Source : SAAQ

     

    Et à ses yeux, l’objectif que s’est donné le gouvernement du Québec d’atteindre 100 000 véhicules électriques ou hybrides rechargeables sur nos routes d’ici 2020 — dans le but de réduire l’empreinte carbone du secteur automobile — ne changera rien au problème.

     

    Il considère que ce n’est qu’une « goutte d’eau » dans un parc automobile de 4,6 millions de véhicules. « Ce n’est pas assez ambitieux, c’est même une blague. Rien qu’en une année, on arrive à avoir plus de 100 000 nouveaux camions légers sur les routes, alors 100 000 voitures électriques en 5 ans, ce n’est rien », constate-t-il.

       

    À l’heure actuelle, seuls 20 000 véhicules de cette catégorie arpentent les routes de la province.

    2,65 millions
    C’est le nombre d’hommes propriétaires d’une voiture au Québec en 2016.

    Source : SAAQ

    1,92 million
    C’est le nombre de femmes propriétaires d’une voiture au Québec en 2016.

    Source : SAAQ


    De son côté, le professeur d’économie de l’Université Laval Philippe Barla fait tout de même remarquer qu’avec les avancées technologiques, l’efficacité énergétique des nouveaux véhicules s’est grandement améliorée. Les nouveaux véhicules polluent beaucoup moins qu’autrefois.

     

     

    L’effet s’annule toutefois lorsqu’on considère que toute la flotte de nouvelles voitures a tendance à augmenter de tailles et de poids. « La Toyota d’aujourd’hui est plus lourde que celle d’il y a 15 ans. Avant, elle rentrait de la catégorie des compactes, maintenant, c’est dans les véhicules intermédiaires. »

     

    « Si on avait les modèles de voitures de 2003, qui étaient bien plus petits, mais avec la technologie d’aujourd’hui, ce serait mieux pour l’environnement », croit M. Barla.

     


    Pour Pierre-Olivier Pineau, Québec devrait adopter des mesures d’écofiscalité sur les routes pour changer la tendance. Il faudrait par exemple taxer davantage les gros véhicules, lever les restrictions aux voitures en libre-service, encourager les compagnies de covoiturage et diversifier l’offre automobile.

    49 ans
    C’est l’âge moyen des propriétaires des voitures immatriculées au Québec en 2016. Un chiffre plutôt élevé et qui va continuer à augmenter avec les années, croit Philippe Barla.

    « Ça suit beaucoup la démographie. La population vieillit, et les personnes âgées restent en santé plus longtemps et sont plus nombreuses à conduire », indique-t-il.

    Le professeur d’économie rappelle que les jeunes sont dorénavant moins portés à être propriétaires d’une voiture et que certains sont même réticents à passer leur permis de conduire, préférant favoriser le transport en commun et actif.

     

     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.