Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Gérard Bouchard juge la loi sur la neutralité religieuse peu utile et difficile à appliquer

    Le sociologue et historien Gérard Bouchard
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le sociologue et historien Gérard Bouchard

    Peu utile et difficile à appliquer. Le sociologue et historien Gérard Bouchard émet de sérieux doutes quant à la viabilité de la loi 62 sur la neutralité religieuse. « Je pense que c’est un projet de loi qui n’a aucune chance de passer le test des tribunaux », a déclaré au Devoir celui qui a coprésidé, avec Charles Taylor, la commission sur les accommodements raisonnables.

     

    Selon lui, les Québécois n’accepteront pas cette loi, eux qui avaient rejeté la charte des valeurs du Parti québécois (PQ), jugeant que l’interdiction du port de signes religieux à tous les employés de l’État allait trop loin.

     

    « Les Québécois ne sont pas des gens rudes, a-t-il soutenu. Avec ce que proposait la charte du PQ, il est devenu très clair que les femmes portant le hijab allaient perdre leur emploi, et là, les gens ont refusé en disant que ça allait trop loin. À mon avis, il se produira la même chose. »

     

    M. Bouchard est d’avis que cette loi attire « encore une fois » toute l’attention sur les femmes musulmanes. « On pense qu’il y a peut-être une centaine de ces femmes au Québec [qui portent le voile intégral]. Il n’y en a pas beaucoup. Est-ce que ça vaut la peine de remuer tout ça et de créer une sorte de déséquilibre ? »

     

    Difficilement applicable

     

    Ce professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi ne croit pas qu’il sera possible d’appliquer la loi de manière équitable. Et si une femme portant le niqab se présente à l’urgence ? « On ne va quand même pas la renvoyer chez elle », note-t-il. « L’hiver, à moins 30, si une mère veut prendre l’autobus avec ses enfants, le chauffeur va-t-il lui dire non ? » s’interroge M. Bouchard.

     

    Le concept de neutralité étant mal défini dans la loi, il s’inquiète des interprétations qui pourront en découler de la part des différents juristes et, par conséquent, des problèmes dans son application.

     

    « Et la porte ouverte aux accommodements religieux pourrait possiblement annuler la disposition », croit-il.

     

    En outre, certains critères de la loi permettant de trancher sur les accommodements existaient déjà avant 2007. « Les commissions scolaires, notamment, avaient déjà élaboré des protocoles en fonction de ces mêmes critères. Je ne vois pas ce que ça ajoute. »

     

    Jusqu’à samedi, un colloque international sur les dix ans de la commission Bouchard-Taylor, intitulé « Où en sont nos sociétés en matière de gestion de la diversité culturelle et religieuse ? », ne devrait pas manquer d’aborder ces questions.


    Forum sur l’emploi : une bonne nouvelle Gérard Bouchard accueille très favorablement l’idée du nouveau ministre de l’Immigration, David Heurtel, de muter la consultation sur le racisme systémique en un forum sur les problèmes en emploi des immigrants. « La réorientation annoncée me paraît tout à fait bienvenue. Elle est centrée sur le problème le plus important, soit le sous-emploi », a-t-il affirmé, ajoutant que ce recadrage permettra de se pencher sur la discrimination. Non pas que l’idée d’une consultation sur le racisme systémique eût été mauvaise. Mais le recadrage sur l’emploi et la discrimination permet de s’éloigner de ce qui aurait pu ressembler à un procès du racisme des Québécois, croit-il.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.