Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Allégations de nature sexuelle: Gilbert Rozon visé par neuf femmes

    Mercredi dans la soirée, Gilbert Rozon a annoncé sur Facebook qu’il se retirait de ses diverses fonctions.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Mercredi dans la soirée, Gilbert Rozon a annoncé sur Facebook qu’il se retirait de ses diverses fonctions.

    Neuf femmes racontent au Devoir ainsi qu’au 98,5 FM avoir été victimes de harcèlement et d’agressions sexuelles de la part du fondateur de Juste pour rire, Gilbert Rozon, et ce, dans la foulée du mouvement #MeToo.

     

    L’animatrice Pénélope McQuade, la comédienne Salomé Corbo et la recherchiste Sophie Moreau, la réalisatrice Lyne Charlebois, l’entrepreneure Geneviève Allard, la recherchiste Anne-Marie Charrette ainsi que l’étudiante Marlène Bolduc ont accepté de témoigner à visage découvert. Deux autres femmes ont aussi contacté Le Devoir avec des témoignages similaires.

     

    Les témoignages recueillis font état d’inconduites sexuelles qui s’échelonnent sur trois décennies.

     

    Toutes l’ont connu dans un contexte professionnel. Certaines étaient même mineures au moment des incidents rapportés. Et pendant des années, elles ont cru être seules.

     

    Lundi, une d’entre elles, la réalisatrice Lyne Charlebois, a publié un message où elle décrit un homme qu’elles ont toutes reconnu : Gilbert Rozon. À la suite de ce message, quelques-unes ont pu se contacter et ont décidé de parler au Devoir. D’autres témoignages ont été recueillis indépendamment.

     

    Contacté par Le Devoir, Gilbert Rozon a déclaré par la voix de son porte-parole préférer attendre de prendre connaissance du reportage avant de commenter. Mercredi dans la soirée, il a annoncé sur Facebook qu’il se retirait de ses diverses fonctions.

     

    « J’annonce que je quitte dès maintenant mes fonctions de président du Groupe Juste pour rire, de commissaire aux célébrations du 375e de Montréal ainsi qu’en tant que vice-président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain », a-t-il écrit.« Ébranlé par les allégations me concernant, je souhaite consacrer tout mon temps à faire le point », a-t-il ajouté précisant qu’il était « sincèrement désolé » auprès de « toutes celles et ceux qu'[il] a pu offenser au cours de [sa] vie ».

     

    Retour sur les événements

     

    Les plus récents remontent à l’été 2016. Geneviève Allard, une entrepreneure qui a rencontré l’homme d’affaires dans le cadre de l’émission télévisée Les dragons, a porté plainte auprès de la police en décembre.

     

    À la fin du printemps 2016, elle a échangé des courriels avec M. Rozon, qui s’est notamment présenté au lancement de son entreprise.

     

    Par la suite, elle lui a écrit pour le revoir. Une rencontre a eu lieu à son domicile le 19 juin 2016. « Il me demande où je suis. Je lui dis “à la maison”. Il m’a demandé si j’étais toute seule, je lui ai dit oui. Il m’a demandé si j’avais du vin. J’ai dit “non”, mais j’ai du champagne. Je lui donne mon adresse et il s’en vient. »

     

    Elle raconte avoir accueilli Gilbert Rozon sur son balcon et ne pas l’avoir fait rentrer chez elle. Ils discutent de la nouvelle copine de M. Rozon. Il explique qu’il aime être un mentor pour les jeunes.

     

    Elle relate lui avoir proposé d’aller dans un restaurant, car elle n’avait pas mangé et avait seulement bu du champagne. Au restaurant, ils boivent encore. Il l’aurait reconduite ensuite chez elle et, pendant qu’elle rentrait, il serait lui aussi entré et se serait écroulé sur le lit. Elle dit s’être endormie à côté de lui et s’être réveillée en se rendant compte qu’il était en train de la pénétrer.

     

    « Je fige, je le repousse, je claque la porte et puis je m’en vais dans l’autre pièce, il dort une bonne partie de la journée. »

     

    Lorsqu’il s’est réveillé, il lui aurait dit qu’ils ont tous les deux trompé leur amoureux. Durant l’été, ils auraient échangé quelques courriels.

     

    En décembre, elle lui envoie un courriel relatant sa description des événements, il lui répond en niant certaines allégations, notamment la pénétration forcée. Elle a ensuite décidé de porter plainte à la police. Aucune accusation n’a toutefois été portée contre M. Rozon dans ce dossier.

     

    Dans la foulée du mouvement #MeToo, Mme Allard a publié une photo d’elle en compagnie de M. Rozon sur des réseaux sociaux, photo retirée depuis.

     

    Une autre allégation en 2016

     

    L’étudiante Marlène Bolduc a aussi raconté avoir été harcelée sexuellement par Gilbert Rozon alors qu’elle travaillait au festival Juste pour rire en juillet 2016.

     

    « Je travaillais pour l’organisme Vélopousse en tant qu’animatrice-cycliste. Le hasard a voulu que Gilbert et deux autres personnes viennent dans mon Vélopousse. » La jeune femme se rappelle qu’au début du trajet les hommes parlaient entre eux.

     

    « Un d’entre eux a dit que ça aurait été mieux de louer des voitures plutôt que des Vélopousses. Gilbert Rozon lui aurait répondu que lui, il était content du choix, parce qu’il avait une belle vue sur un beau dos cambré », se souvient-elle.

     

    « J’ai figé et j’ai eu un petit rire niaiseux, confie-t-elle. À un moment, il a même détaché le foulard qu’il avait au cou et me fouettait comme pour me dire d’aller plus vite », dit-elle.

     

    « J’ai tout de suite raconté à mes autres collègues ce qui était arrivé. On en a même reparlé en réunion et j’ai dit que j’avais été très mal à l’aise », se souvient-elle. Un chef d’équipe lui aurait dit cette soirée-là qu’il allait s’arranger pour qu’elle ne transporte plus Gilbert Rozon.

     

    Des allégations sur trois décennies

     

    La réalisatrice Lyne Charlebois, connue pour son film Borderline, était dans la vingtaine lorsqu’elle a rencontré celui qui deviendrait le grand manitou de Juste pour rire, en 1982.

     

    « J’étais photographe et j’avais eu un rendez-vous pour faire des photos pour La Grande Virée [l’ancêtre de Juste pour rire], se souvient-elle. Je l’ai rencontré le matin, il a regardé mon portfolio, il avait l’air bien excité, mais il m’a dit qu’il était occupé, que c’était mieux si on allait prendre un verre plus tard pour discuter de ce qu’il avait besoin, qu’il pouvait venir me chercher chez moi. »

     

    Cette soirée-là, Gilbert Rozon aurait soupé avec Mme Charlebois et son conjoint, qui venait de préparer un pâté chinois.

     

    « Il a mangé avec nous, il a eu bien du fun avec mon chum et ensuite on est partis [pour aller discuter au bar]. En chemin, il m’a dit qu’il n’habitait pas loin, qu’il voulait aller changer sa chemise parce qu’il l’avait portée toute la journée. Je n’ai eu aucune crainte, je suis rentrée chez lui », raconte-t-elle.

     

    Sa chemise, Gilbert Rozon ne l’aurait jamais enlevée.

     

    « Il a fumé un joint, je pense que j’en ai pris une puff. Il devait être comme 19 h 30, on n’avait pas bu de vin, on n’était pas du tout intoxiqués et, écoutez, la première chose que j’ai sue, c’est qu’on était dans sa chambre, il était sur moi et j’ai fait la planche. Dans ma tête, le gars que je venais de rencontrer était en train de me pénétrer. Il avait rencontré mon chum », raconte-t-elle.

     

    Mme Charlebois dit avoir quitté rapidement les lieux et avoir raconté l’incident à son conjoint.

     

    « Je n’ai jamais pensé à dénoncer ou à porter plainte. Dans ma tête, je savais que c’était un viol, mais je me demandais si j’avais fait quelque chose de pas correct. Je me trouvais vraiment niaiseuse », confie-t-elle.

     

    Depuis lundi, Mme Charlebois est bouleversée par le nombre de femmes qui se manifestent. « Je me dis que si seulement d’autres personnes nous entendent et qu’elles ont vécu la même chose avec cet homme-là, on fera un grand pas pour la société québécoise en le dénonçant », dit-elle.

     

    Il avait plaidé coupable en 1998

     

    Plusieurs des femmes rencontrées par Le Devoir et le 98,5 FM confient avoir cru en 1998 que les langues se délieraient lorsque Gilbert Rozon a plaidé coupable d’avoir commis des gestes de nature d’agression sexuelle.

     

    Il avait agressé une croupière lors d’une soirée au Manoir Rouville-Campbell. Il a obtenu l’année suivante une absolution inconditionnelle.

     

    « Gilbert Rozon avait admis avoir, sous l’effet de l’alcool, fait des gestes de nature sexuelle envers la victime en lui touchant les seins, alors que la victime ne le souhaitait pas », peut-on lire dans le jugement rendu par le juge Béliveau.

     

    La recherchiste Anne-Marie Charette se souvient d’avoir été déçue d’apprendre la nouvelle. Une dizaine d’années plus tôt, elle dit avoir été victime de ce qu’elle estime avoir été un piège de la part de son patron.

     

    « J’avais 25 ans, je travaillais aux communications pour Les monstres de l’humour. Gilbert, je le voyais tous les jours au bureau. Il m’a harcelée pendant plusieurs mois. Il pouvait venir me voir à mon bureau pour me demander quelque chose et il faisait exprès de se coller très près », dit-elle.

     

    Un jour, M. Rozon aurait téléphoné à Mme Charrette pour lui demander de venir lui apporter un dossier. « Pendant le festival, on louait des chambres à l’hôtel du Parc pour les artistes. Ça nous arrivait de devoir nous déplacer entre les deux lieux », explique-t-elle.

     

    M. Rozon lui aurait donné son numéro de chambre. Mme Charrette dit avoir senti qu’il voulait la piéger. « Je lui ai dit : "Non, je ne viendrai pas. Je sais ce que tu veux." Il m’a engueulée. Il m’a dit qu’il était mon boss, que le dossier était urgent, que je devais venir sur le champ », dit-elle.

     

    La jeune femme se serait donc rendue jusqu’à l’hôtel en espérant que rien ne lui arrive. « Dès qu’il a ouvert la porte, il m’a poussée sur le lit, il s’est couché sur moi. J’ai réussi à le repousser, mais je ne sais pas comment j’ai fait. Je suis sortie, je suis retournée prendre mes affaires au bureau et je suis partie chez moi », soutient-elle.

     

    Mme Charrette n’a jamais pensé non plus porter plainte. « Je me sentais vraiment petite, sachant l’homme puissant qu’il était. J’avais eu la force de le repousser, mais je n’avais pas la force d’aller voir la police. »

     

    Des allégations concernant des adolescentes

     

    Sophie Moreau, la fille de l’humoriste Jean-Guy Moreau, qui était un ami de Gilbert Rozon, dit avoir été victime de harcèlement verbal lorsqu’elle avait 15 ans.

     

    « Je travaillais à Juste pour rire l’été. La première fois, c’était en 1988. On était à la Place des Arts et Gilbert m’a demandé d’aller backstage avec lui. Je connaissais bien la Place des Arts, parce que mon père nous y amenait souvent. Je voyais que Gilbert ne se dirigeait pas vers la bonne place. On est arrivé près de la salle des machines et il m’a prise et m’a demandé de l’embrasser », se remémore-t-elle.

     

    Elle se rappelle avoir été capable de lui dire non, même si elle a figé.

     

    « Il a ri et on est remontés. » Puisqu’il connaissait bien ses parents, Gilbert leur avait dit qu’ils pouvaient compter sur lui. Après le travail, il l’a ramenée plusieurs fois chez les amis chez qui elle résidait pendant la saison estivale.

     

    « Il me disait qu’on devrait coucher ensemble. Je me souviens qu’une fois, j’étais en congé, il était venu cogner chez mes amis », indique-t-elle.

     

    Salomé Corbo affirme avoir également été victime des inconduites sexuelles de Gilbert Rozon en 1990 alors qu’elle avait 14 ans.

     

    « J’avais accès aux gros partys de fin de festival. Lors d’un de ces gros partys, Gilbert, qui était très intoxiqué, m’a agrippée et a passé sa main près de mes culottes, et a réussi à mettre un doigt dans mon vagin. Je lui disais “J’ai 14 ans, j’ai 14 ans, je suis une jeune fille.” Je parlais fort et j’espérais que les témoins autour réagissent, mais personne n’a réagi. Gilbert m’a lâchée et je suis partie », raconte la comédienne.

     

    Elle doute que Gilbert Rozon ait gardé un souvenir de l’incident, car ce n’est que lorsqu’elle est devenue connue qu’elle lui a reparlé. « Je n’ai jamais parlé publiquement de ce qui m’est arrivé à 14 ans parce que j’ai toujours eu l’impression que cet incident-là m’avait permis de me défendre. J’avais compris le rapport avec les loups, je l’ai vu comme un accident de parcours », confie-t-elle.

     

    En 2001, après un tournage, Salomé Corbo aurait eu droit à un commentaire déplacé de M. Rozon. « Je lui parlais et ma bretelle de soutien-gorge était descendue sur mon épaule. Je l’ai donc remontée et il m’a dit : “Hostie d’agace, vous êtes toutes pareilles” », se souvient-elle.

     

    La vague de mots-clics #MeToo qui a déferlé au Québec a motivé la comédienne à joindre sa voix à celles des autres femmes.

     

    « Aujourd’hui, je me dis que ce n’est pas parce que je n’en ai pas souffert que je dois le tolérer. […] C’est inacceptable comme comportement. Ce n’était pas un viol, mais quand ce comportement se multiplie à travers les décennies et que ça touche des femmes de divers horizons, je me dis qu’il faut que ça cesse », fait-elle valoir.

     

    En 1997, alors qu’elle était chroniqueuse à Salut bonjour !, l’animatrice Pénélope McQuade couvrait le festival Juste pour rire de 16 h à 3 h pour ensuite se rendre directement au plateau à 4 h.

     

    « Cette journée-là, j’étais avec ma fréquentation de l’époque. On était au Musée Juste pour rire, qui était le QG du festival. Je n’avais pas bu parce que je travaillais à 4 h. Je suis allée à la salle de bain, c’était une toilette privée. Tout de suite après moi, je sens quelqu’un qui rentre. Je vois la lumière se fermer et j’entends la porte se barrer. Et ce quelqu’un que j’ai aperçu était Gilbert Rozon », raconte-t-elle.

     

    « Il s’est jeté sur moi. J’ai complètement figé. Lui aussi d’ailleurs. »

     

    « Je me rappelle mes phrases qui résonnaient dans mon oreille, “Gilbert, non, Gilbert, non”. Ça ne s'est pas rendu plus loin. J’ai réussi à sortir et j’ai dit à ma fréquentation qu’on devait partir », se souvient-elle.

     

    Elle se rappelle avoir été ébranlée d’apprendre qu’il plaidait coupable à des accusations d’agression sexuelle quelques semaines plus tard.

     

    Pendant dix ans, elle ne lui a pas adressé la parole. Ce n’est que lorsqu’elle est devenue animatrice de Juste pour rire en direct qu’elle l’a côtoyé à nouveau.

     

    « J’ai, comme bien des gens, tendance à diminuer, à minimiser, à banaliser l’expérience, mais ces comportements-là sont inacceptables lorsqu’ils sont pris un à un, et du degré le moindre au degré le plus élevé. Et c’est tout ça mis ensemble qui représente toute cette espèce de culture autour de l’appropriation du corps et la domination de l’esprit des femmes. »

    Avec Annabelle Caillou













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.