Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Idées

    L’État québécois a un rôle primordial à jouer dans la légalisation du cannabis

    15 juin 2017 |Texte collectif* | Actualités en société
    «La meilleure réglementation sans les investissements nécessaires pour en faire le suivi échouera, que la distribution soit publique ou privée», écrivent les auteurs.
    Photo: John Sommer Getty Images «La meilleure réglementation sans les investissements nécessaires pour en faire le suivi échouera, que la distribution soit publique ou privée», écrivent les auteurs.

    La légalisation du cannabis au Canada vise des objectifs sociaux, de santé publique et de sécurité qui seront beaucoup plus difficiles à atteindre si Québec choisit de confier la commercialisation au secteur privé. Le gouvernement québécois dit réfléchir actuellement à la question et il annonce des consultations qui auront lieu durant l’été. Nous espérons que ces consultations permettront une véritable réflexion qui était jusqu’à maintenant confinée au Conseil des ministres, et alimentée par un grand nombre de lobbyistes qui oeuvrent dans l’ombre pour s’approprier ce marché légalisé. C’est un changement très sérieux qui se profile. Le gouvernement Couillard aurait intérêt à considérer le rôle primordial de l’État si on veut atteindre les objectifs fixés.

     

    En légalisant le cannabis, le gouvernement canadien souhaite que les provinces puissent en encadrer la vente par des règles d’abord motivées par la santé publique. En contrôlant directement la vente, l’État pourra davantage s’assurer que toutes les règles qu’il édicte seront entièrement respectées, voire intégrées aux pratiques d’affaires d’une éventuelle entreprise d’État. N’oublions pas que, pour l’entreprise privée, le leitmotiv, ce sont les profits, pas l’état de santé de la population ! Ces entreprises se bousculent pour accaparer ce marché. Elles possèdent des millions de dollars et plusieurs sont cotées en bourse, car elles sont déjà présentes dans le marché thérapeutique.

     

    De même, en contrôlant la vente de cannabis, tant thérapeutique que récréatif, l’État serait mieux à même de garantir que les produits disponibles partout sur le territoire proviennent d’une filière économique légitime, dont les pratiques sont rigoureusement encadrées et qui paie ses taxes et ses impôts. […]

     

    À la portée des adolescents

     

    Sortir le crime organisé du commerce du cannabis ne se fera pas par magie en légalisant la vente. Il faudra bien sûr que le cannabis légal soit vendu à un prix concurrentiel, mais aussi qu’il soit disponible partout sur le territoire afin de couper les ailes aux trafiquants. Actuellement, même si cela se fait dans la clandestinité, le cannabis est à la portée de tous les adolescents et adolescentes, alors qu’on sait que les jeunes sont plus vulnérables aux conséquences de cette consommation. Pour les trafiquants, ce marché est secondaire car la véritable source de profits se trouve chez les consommateurs plus âgés. C’est en offrant une solution légale et accessible aux consommateurs adultes qu’on diminuera considérablement le marché noir. Il serait bien sûr utopique de penser que les jeunes n’auront plus jamais accès au cannabis, mais à tout le moins, on peut penser qu’il sera plus difficile pour une personne mineure de s’en procurer, un peu comme c’est le cas pour l’alcool. Il faut saisir l’occasion pour faire en sorte que la logique de la prévention prédomine et que l’information qui est distribuée aux consommateurs soit en accord avec le développement des données de la recherche sur la question.

     

    […]

     

    De récents sondages montrent qu’une bonne part de la population entretient des craintes légitimes à l’égard de la légalisation. Il nous apparaît qu’un contrôle de la vente par l’État, plus orienté vers l’atteinte de nos objectifs collectifs que vers la croissance des ventes, sera mieux à même d’apaiser ces craintes quant à ce changement important qui interviendra dans un an. Nous croyons que la vente du cannabis ne doit pas se faire dans les établissements où on vend d’autres substances psychoactives, tel que l’alcool. Afin de s’assurer que les objectifs de santé et de sécurité publiques demeurent la priorité d’un tel réseau, il est opportun d’envisager que la responsabilité en soit confiée au ministère de la Santé et des Services sociaux ou encore à une entité complètement indépendante du ministère des Finances.

     

    Des profits pour le privé ou pour notre santé et notre sécurité ?

     

    Comme tout commerce, celui du cannabis — tant thérapeutique que récréatif — générera des profits. Toutefois, dans les premières années, des investissements importants seront nécessaires pour poursuivre les deux objectifs de santé publique et de sécurité. Notamment, il faudra investir dans :

     

    la recherche et la formation continue portant sur les résultats de l’ensemble du projet ;

     

    la formation des divers intervenants (dans les écoles, les lieux de vente, les centres d’intervention, etc.) afin qu’ils puissent effectuer la prévention nécessaire et distribuer une information juste pour promouvoir de saines habitudes de vie ;

     

    la sécurité publique ;

     

    la mise en place d’une infrastructure de contrôle des marchés de distribution qui fasse en sorte que la réglementation en place soit respectée.

     

    Pour ce faire, il est primordial que ces profits aillent entièrement à l’État et soient consacrés formellement à ces priorités, avec une transparence dans l’usage des fonds. Ceci doit être clair et concret dès le début de la commercialisation. C’est d’autant plus important que l’État tirera d’autres bénéfices financiers de la légalisation par une éventuelle diminution des coûts sociaux, policiers et carcéraux liés à la lutte contre le petit trafic et la consommation clandestine.

     

    La meilleure réglementation sans les investissements nécessaires pour en faire le suivi échouera, que la distribution soit publique ou privée. De plus, une telle réglementation imposée à une industrie privée puissante sera difficile à mettre en oeuvre.

     

    Ainsi, le réinvestissement des profits du cannabis pour les objectifs de santé publique et de sécurité ne peut se faire que si l’État en gère la distribution, tant thérapeutique (pour assurer un suivi adéquat des personnes en besoin de soins) que récréative (pour informer adéquatement le public et prévenir les usages problématiques), et ce, en magasin comme en ligne.

     

    * Ont signé ce texte: Jean-Sébastien Fallu, professeur agrégé à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal ; Ianik Marcil, économiste indépendant ; Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal ; Yves Georges, président de la Fondation québécoise d’éducation en sécurité routière ; Line Beauchesne, professeure titulaire au Département de criminologie de l’Université d’Ottawa ; David-Martin Milot, M.D., président de Jeunes médecins pour la santé publique ; Kenneth Lester, professeur adjoint à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill et président de Lester Asset Management ; Jacques Létourneau, président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.