Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Québec consultera les experts et la population sur le cannabis

    Ottawa a annoncé son intention de légaliser le cannabis dès l’an prochain.
    Photo: iStock Ottawa a annoncé son intention de légaliser le cannabis dès l’an prochain.

    Québec met en branle des moyens pour consulter la population sur l’encadrement de la légalisation du cannabis.


    La consultation se fera cet été, d’abord avec des experts, puis auprès des groupes organisés et des gens ordinaires. Au bout de ce processus, à l’automne, le gouvernement provincial déposera un projet de loi-cadre.


    Ottawa a annoncé son intention de légaliser le cannabis dès l’an prochain. « Nous ne sommes pas opposés à la légalisation, a répété ce lundi matin à Montréal la ministre québécoise Lucie Charlebois, en dévoilant ce processus. Mais nous voulons nous assurer que la légalisation se fera en veillant à la santé et à la sécurité de tous. »


    Lucie Charlebois est ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines Habitudes de vie. Elle a passé la conférence de presse à répéter aux journalistes qui la questionnaient sur différents points de vue concernant la légalisation du cannabis que les défenseurs de ces opinions pourraient s’exprimer pendant l’une ou l’autre phase de la consultation estivale.


    C’est le cas des psychiatres soutenant que, sur la base de leurs expériences cliniques prouvant que le cerveau humain continue de se développer jusqu’à 25 ans, l’âge légal de la vente du cannabis devrait être haussé de 18 à 21 ans. L’Association des médecins psychiatres du Québec a pris position en ce sens dans les médias ce lundi.


    « Les psychiatres pourront témoigner dans notre forum des experts, où nous voudrons entendre tous les points de vue, a dit la ministre. Chacun pourra venir exprimer le sien. En ce moment, je veux laisser le débat se faire sur la place publique. »


    Ce débat se fera donc en trois temps :


    Les experts. Les professionnels nationaux et internationaux témoigneront dans le cadre d’un forum les 19 et 20 juin prochains. On y entendra notamment des professionnels de la santé ou de la sécurité en provenance des États qui ont déjà légalisé la production, la vente et la consommation du cannabis.


    L’expertise devrait permettre d’exposer les enjeux et de trouver des pistes de solutions pour la prévention et la sécurité publique, y compris la sécurité routière, la distribution, la vente et le respect de la réglementation.


    La synthèse des conclusions de ce forum savant sera vite proposée, promet la ministre, pour permettre ensuite à la population d’y réagir dans les deux étapes suivantes.


    Les régions. Les consultations régionales auront lieu de la fin août à la mi-septembre dans certaines régions du Québec. On y entendra les citoyens et les groupes de pression sur la protection de la santé et de la sécurité une fois la prohibition levée. Le point de vue des jeunes et des Autochtones fera l’objet d’attentions particulières, explique Mme Charlebois.


    Le Web. Une consultation en ligne complétera le portrait de groupe. Chacun pourra donc défendre son point de vue.


    Les trois partis de l’opposition (CAQ, PQ et QS) ont été mis au courant de cette démarche. Ils sont invités à participer aux débats.


    La loi-cadre sera bel et bien déposée à l’automne, confirme finalement la ministre Charlebois, bien que la démarche fédérale à l’origine de la mutation ne soit pas aboutie.


    Ottawa a déposé son projet de loi pour la légalisation en avril. Si le Parlement donne son feu vert, la nouvelle légalisation entrera en vigueur partout au Canada d’ici le 1er juillet 2018.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.