Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Éducation

    Classes multiâges, professeurs multitâches

    Les classes multiâges sont plus répandues en milieu rural, où de petites écoles survivent avec des populations en déclin.
    Photo: iStock Les classes multiâges sont plus répandues en milieu rural, où de petites écoles survivent avec des populations en déclin.

    Les enseignants n’en peuvent plus qu’on alourdisse leurs tâches : le syndicat de professeurs de Montréal qui bloque le renouvellement de classes regroupant des élèves de trois groupes d’âge, dans une école alternative du quartier Rosemont, veut envoyer un message aux gestionnaires de l’éducation.

     

    Selon ce que Le Devoir a appris de plusieurs sources, l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal cherche à attirer l’attention de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) sur l’alourdissement des tâches des enseignants.

     

    La stratégie du syndicat suscite la colère des enseignants, de la direction et des parents d’élèves de l’école alternative Rose-des-Vents, qui fonctionne depuis 30 ans avec des classes multiâges : les groupes sont formés d’élèves de première, deuxième et troisième années, puis d’élèves de quatrième, cinquième et sixième années.

     

    L’Alliance refuse de renouveler son accord permettant de poursuivre cette façon de faire hors norme pour la rentrée de l’automne prochain. Le syndicat a empêché l’an dernier une autre école alternative, Le Vitrail, de créer des classes semblables formées d’élèves de trois niveaux. L’Alliance cherche ainsi à « protéger l’école publique ».

     

    L’Alliance des professeurs a raison : ce type de classe alourdit la tâche des enseignants. « Il faut reconnaître qu’il y a une complexité accrue pour les enseignants », explique Stéphane Allaire, professeur en pratiques éducatives à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

     

    Une étude du ministère de l’Éducation du Manitoba, qui recense 57 rapports nord-américains sur le sujet, est arrivée en 2003 aux mêmes conclusions (toujours valides aujourd’hui, selon des experts) : « Les classes multiâges nécessitent davantage de temps de planification que les classes ordinaires. Une préparation insuffisante peut avoir un impact sur le succès du programme. »

    Ça fonctionne très bien pour nous depuis 30 ans. C’est un modèle qui convient à notre école.
    Claudia Aubry, qui supervise une classe de niveau 4, 5 et 6e années

    Un modèle différent
     

    La plupart du temps, des écoles créent des classes formées d’élèves de plusieurs niveaux en raison d’un surplus ou d’un manque d’élèves. Mais dans des écoles alternatives comme Rose-des-Vents, les classes à trois niveaux sont la raison d’être du projet éducatif, explique Marc-Antoine Mauzerolle, directeur de l’école.

     

    « Ça fonctionne très bien pour nous depuis 30 ans. C’est un modèle qui convient à notre école, mais on peut comprendre que d’autres préfèrent les classes traditionnelles », dit-il. « Les enseignants sont contents et les enfants rentrent ici avec le sourire », précise Claudia Aubry, qui supervise une classe de niveau 4, 5 et 6e années.

     

    Le Devoir a rencontré une demi-douzaine d’enseignants dans un local de l’école Rose-des-Vents. Certains ont des enfants qui fréquentent l’établissement. Ils ne tarissent pas d’éloges envers ce modèle différent des classes ordinaires : les grands aident les petits. Les plus vieux se responsabilisent en aidant les plus jeunes. Professeurs et élèves apprennent à se connaître en restant dans la même classe durant trois années.

     

    Bref, ici, tout le monde est content. Les gens de Rose-des-Vents digèrent mal que le syndicat livre une bataille politique en bloquant leur modèle qui fait le bonheur de tous ici.

     

    Bon pour les enfants

     

    Les recherches universitaires menées sur le sujet confirment que les enfants peuvent sortir gagnants de ce modèle.

     

    « Dans l’ensemble, au chapitre de la réussite, il n’y a pas vraiment de différence importante », dit Stéphane Allaire. Meilleur sentiment d’appartenance, plus grande implication des parents, socialisation plus facile : les classes multiâges comportent des bienfaits, souligne le professeur.

     

    Ces classes inusitées sont davantage répandues en milieu rural, où de petites écoles survivent avec des populations en déclin, explique Stéphane Allaire. « J’ai déjà vu une classe à cinq niveaux », dit ce spécialiste des classes multiâges.

     

    Stéphane Allaire et son équipe travaillent depuis une vingtaine d’années à trouver des stratégies pouvant aider les professeurs à gérer leurs classes multiâges. Un des trucs du métier consiste à enseigner les éléments communs aux différents âges des élèves. Tous les élèves apprennent la même chose, mais les élèves plus vieux sont évalués de façon plus stricte.

     

    Les enseignants doivent trouver une façon de se libérer pour aider les enfants qui ont besoin de plus de temps — c’est pourquoi les élèves et même leurs parents peuvent aider le professeur en classe.

     

    Le défi est plus important dans les classes formées d’élèves de première, deuxième et troisième années : les enfants de première année apprennent à lire, à écrire et à compter, tandis que les élèves de troisième année sont déjà avancés, remarque Stéphane Allaire.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.