Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Coup d’envoi aux célébrations du 375e de Montréal

    Les policiers profitent des festivités pour faire valoir leurs revendications

    Cette journée historique a culminé avec l’illumination du pont Jacques-Cartier, pour laquelle des milliers de Montréalais se sont déplacés.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Cette journée historique a culminé avec l’illumination du pont Jacques-Cartier, pour laquelle des milliers de Montréalais se sont déplacés.

    Le Vieux-Montréal a été mercredi au coeur des célébrations qui ont donné le coup d’envoi aux festivités du 375e anniversaire de la fondation de la métropole.

     

    Cette journée historique a culminé avec l’illumination du pont Jacques-Cartier, pour laquelle des milliers de Montréalais se sont déplacés. Ce legs de 40 millions fera briller cet emblème de Montréal pour les dix prochaines années.

     

    Un peu plus tôt, Montréal Avudo, un spectacle multimédia, a été lancé. Il plonge les spectateurs dans le rêve d’un enfant pour raconter l’histoire de la métropole à travers son fleuve.

     

    En matinée, le maire Denis Coderre a accueilli à l’hôtel de ville les premiers ministres du Québec et du Canada, Philippe Couillard et Justin Trudeau. Les trois politiciens lançaient des « bonne fête » aux passants qu’ils croisaient alors qu’ils se rendaient à pied à la basilique Notre-Dame pour une messe patrimoniale.

     

    Manifestation des policiers

     

    Tandis que le maire Denis Coderre et les pompiers célébraient une entente de principe, l’ambiance était tout autre chez les policiers, qui ont profité des festivités du 375e anniversaire de Montréal pour manifester dans les rues de la métropole.

     

    Ils étaient des centaines à s’être donné rendez-vous pour perturber les événements de la Ville de Montréal, qui donnait mercredi le coup d’envoi des festivités.

     

    Les policiers déplorent être « méprisés » par la Ville de Montréal parce qu’ils sont notamment sans contrat de travail depuis décembre 2014.

     

    Le rassemblement a débuté devant les bureaux de la Fraternité sur le Plateau. Les manifestants ont ensuite marché jusqu’au Vieux-Montréal. Le maire Denis Coderre y tenait une réception à l’occasion du 375e anniversaire de Montréal, et plusieurs activités y sont prévues pour souligner les festivités.

     

    Dès le début de la manifestation, les policiers en service ont empêché les citoyens de se joindre au mouvement de contestation. Tôt mercredi, les policiers syndiqués ont donné le ton à la journée avec un coup d’éclat. La Fraternité a fait installer quatre immenses panneaux publicitaires où elle se moque du maire Coderre, dont une aux abords du pont Jacques-Cartier.

     

    L’affiche montre le maire Coderre souriant, coiffé d’un chapeau de fête. « Un maire qui méprise ses policiers et ses policières depuis trois ans, ça se fête », peut-on lire sur les affiches.

     

    En début d’après-midi, le Service de police de Montréal (SPVM) a fait le point pour rassurer la population sur les perturbations prévues. Le SPVM a assuré avoir sensibilisé ses policiers en devoir de ne tolérer aucun débordement de leurs confrères protestataires.

     

    « Nous traitons cette manifestation comme n’importe quel autre rassemblement », a assuré Alain Gagnon, inspecteur-chef à la division de la planification opérationnelle du SPVM.

     

    Pour distinguer les policiers qui manifestent de ceux qui sont en service, le SPVM a prévu que ses troupes portent un dossard jaune, tandis que les manifestants en auront un rouge.

     

    Du côté des pompiers, les festivités étaient tout autres, puisqu’ils ont réussi à s’entendre avec la Ville après un marathon de négociations amorcé depuis quelques semaines.

     

    La mésentente portait sur le régime de retraite des 2400 pompiers, ainsi que sur plusieurs différends des dernières années en matière de relations de travail.

     

    L’entente de principe en question permettra la restructuration du régime de retraite des pompiers en conformité avec les dispositions de la loi 15 sur les régimes de retraite des employés municipaux, est-il indiqué dans le communiqué.

     

    Elle prévoit aussi la fin de tous les moyens de pression reliés à l’adoption de cette mesure législative ainsi que le règlement des litiges concernant les moyens de pression et la manifestation à l’hôtel de ville du 18 août 2014. L’entente de principe sera présentée aux 2400 pompiers en assemblée générale dans les prochains jours, et un vote suivra.

     

    La loi 15 a été adoptée le 5 décembre 2014. Elle impose notamment le partage moitié-moitié du coût des régimes de retraite municipaux. Elle a été contestée en cour par plusieurs syndicats.

     

    L’association avertit qu’elle ne formulera aucun commentaire sur cette entente.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.