Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Lettre

    Windows: le véritable rançongiciel

    18 mai 2017 | André Lemelin Montréal, le 16 mai 2017 | Actualités en société

    Dans la saga du rançongiciel WannaCry, il ne faut pas perdre de vue la racine du problème. Car WannaCry ne s’est attaqué qu’aux ordinateurs sous Windows XP. Un grand nombre de ces ordinateurs n’étaient pas protégés contre la faille du système d’exploitation utilisée par WannaCry. Pourquoi ? Parce que Microsoft ne supporte plus Windows XP depuis le 8 avril 2014. Pour appeler un chat un chat, Windows a pratiqué un racket de protection : ou bien vous nous payez pour passer à une version plus récente de Windows, ou bien vous vous exposez au piratage. Ce qui devait arriver arriva…

     

    En offrant inopinément une mise à jour d’urgence pour Windows XP, Microsoft a implicitement reconnu sa responsabilité. Mais sans en assumer pleinement les conséquences, évidemment. D’ailleurs, la mise à jour offerte par Microsoft ne s’installe pas sur tous les ordinateurs XP : personnellement, malgré l’aide d’un informaticien, je n’ai pas réussi à immuniser un de mes ordinateurs qui roule en XP.

     

    Les organisations et des individus qui ont continué avec Windows XP avaient d’excellentes raisons de le faire, mais ce n’est pas mon propos ici. Je me demande plutôt jusqu’à quand les organisations publiques et privées resteront passivement l’otage de Microsoft. Rien qu’au Québec, haut lieu mondial de l’intelligence artificielle, un consortium d’organismes ne pourrait-il pas mobiliser les ressources nécessaires en génie informatique pour développer un système d’exploitation et une suite bureautique en source libre, à partir de ce qui existe déjà ? Mais cela demande de la vision…













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.